logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/02/2010

William Bliss Baker 1859-1886

William Bliss Baker est un peintre paysagiste américain né à New York en 1859.

A 17 ans, en 1876, il intègre l'Académie Nationale de Design pour y étudier durant 4 ans.

En 1879, lors de sa première exposition, il y remporte le premier prix de dessin.

WIlliam_Bliss_Baker 1881.jpg

Il étudie sous la direction de Mauritz Frederik Hendrick de Haas (1832-1895) , peintre réputé pour ses marines et d' Albert Bierstadt (1830-1902), célèbre pour ses paysages romantiques de l'ouest américain.

William Bliss Baker 0.jpg

Baker avait passé une grande partie de son enfance dans la petite station thermale de Ballston Spa, proche d'Albany.

Pêchant avec un ami sur le lac de Ballston, il découvre la propriété qui deviendra son atelier d'été quelques années plus tard.

En 1881, Baker installe un atelier baptisé "Le Château" à Clifton Park, petite ville près d'Albany dans le nord de l' Etat de New York.

WILLIAM BLISS BAKER LAC GEORGE 1883.jpg
 "A Pleasant Day at Lake George"    (1883) 

A partir de 1881, Baker expose chaque année à l'Académie Nationale du Design de New York. 

Bien qu'influencé par Albert Bierstadt et les peintres de l' "Hudson River School", Baker s'exprime dans un style très personnel, tant véridique que précis.

William Bliss Baker.png

Baker travaillait également chaque hiver dans un atelier situé dans l'immeuble Knickerbocker de New York City.

En 1885, âgé de 26 ans, devenu paysagiste de premier plan, il remporte le prix "Hallgarten".

William Bliss Baker - Fallen Monarchs.jpg
"Fallen Monarchs ", considérée comme le chef d'oeuvre de Baker, est une huile peinte en 1886 dans la région du lac Ballston.

En 1886, William Bliss Baker, adepte du patinage sur glace, se blesse gravement et souffre d'une lésion de la colonne vertébrale.

Il décède quelque mois plus tard à New York, à l'âge de 27 ans, des suites de sa blessure.

08/02/2010

Adelsteen Normann 1848-1918

Adelsteen_Normann vv.jpgAdelsteen Normann, fils de commerçant, est né à Bodö, dans le comté norvégien de Nordland en 1848.

En 1863, à la demande de sa famille, il entreprend une carrière commerciale à Bergen puis à Copenhague jusqu'en 1869.

En 1869, il décide de se consacrer à la peinture, et, comme beaucoup de ses contemporains originaires d' Europe du Nord, il effectue des études artistiques en Allemagne.

A l'âge de 22 ans, il intègre l'Académie des Beaux Arts de Düsseldorf où il devient l'élève d'Oswald Achenbach puis de 1872 à 1873, de son successeur, Eugène Dücker.

Il expose pour la première fois en 1872 à Düsseldorf, à Vienne en 1873, puis à Berlin et Munich.

Adelsteen Normann cx.jpg

A Londres, en 1874, lors de l'exposition de la Royal Academy, il est distingué par la "Prince of Wales Medal" et il y reçoit, de plus, une médaille d'argent en 1877.

Adelsteen_yoViewofaFjord.jpg

Bien qu'installé à Berlin, il voyage et peint fréquemment dans le nord de la Norvège, le plus souvent dans l'archipel des Lofoten, au large de Bodø, au nord du cercle polaire.

Adelsteen Normann x.jpg

Inspiré par sa passion et sa parfaite connaissance des fjords norvégiens, il peint essentiellement des paysages romantiques.

Adelsteen Normann k.jpg

En 1877, l'un de ses tableaux est acheté par le musée national de Stockholm.

Adelsteen Normann v.jpg

Il expose également au Salon des Artistes Français de Paris de 1882 à 1884 où il obtient une Médaille d'honneur.

Adelsteen Normann s.jpg

A Lyon en 1889 et 1897, il reçoit deux médailles d'or .

184.jpg

Il obtient une médaille de bronze lors de l'exposition universelle de Paris en 1889.

Adelsteen NORMANN.jpg

Il est alors l'un des peintres préférés de l'empereur Guillaume II et ses œuvres seront régulièrement exposées à Berlin de 1874 à 1917.

Adelsteen Normann - View of a fjord.jpg

La Norvège lui décerne le titre de chevalier de l'ordre de Saint Olaf.

0.jpg

Il est l'un des premiers artistes norvégiens à prendre pour motif le soleil de minuit.

Eilert Adelsteen Normann.jpg

Fin décembre 1918, Adelsteen Normann est atteint de la grippe espagnole.

Le 26 décembre, " Le peintre de la terre du soleil de minuit " décède à Oslo.

Adelsteen Normann c.jpg
Ses toiles, outre les musées norvégiens et le musée national de Stockholm, figurent dans de nombreux musées à Cologne, Düsseldorf, Leeds, Liverpool, Sydney et Budapest.

12/01/2010

Attilio Pratella 1856-1949

0.jpgParmi les nombreux artistes travaillant à Naples de la fin du XIXe siècle à la première moitié du XXe siècle, Attilio Pratella est l'un des peintres les plus célèbres.

Ses toiles, recherchées par de nombreux collectionneurs, décrivent à l'envi les multiples facettes et la luminosité du golfe napolitain .

Il fut et restera sans conteste : "II narratore dei mille volti di Napoli."

Né en 1856, fils d'un commerçant en grains de Lugo, ville de la province de Romagne, Pratella apprend les premiers éléments et la technique du dessin au collège Trisi de cette ville. Son professeur est le peintre Bonavera.

En 1877, à 21 ans, une bourse d'étude lui permet de s'inscrire à l'académie des Beaux Arts de Bologne à l'époque dirigée par Antonio Puccinelli.

Avant son départ pour Bologne, après une violente altercation familiale, il change son nom de Pratelli en Pratella.

La découverte des paysages d' Antonio Fontanesi, exposés à la pinacothèque de Bologne, sera, selon ses propres termes, "une révélation picturale".

19.jpgEn 1880, après deux années passées à Bologne, attiré par la réputation des maîtres de l'école napolitaine et titulaire d'une nouvelle bourse d'étude, il se rend à Naples.

A l'institut des Beaux Arts, il suit les cours dirigés par Domenico  Morelli et Filippo Palizzi.

Au bout de quelques mois, la ville de Lugo ne renouvelant plus sa bourse d'études, des soucis financiers le contraignent à chercher du travail.

Après avoir tenté de trouver un emploi d' assistant auprès d' un peintre de Palerme, il choisit, malgré des difficultés financières, de s'établir en Campanie et de faire de Naples, ville de ferments culturels et artistiques, sa ville d'adoption.

150.jpg

L'antiquaire Varelli lui conseille le décor de porcelaines dans le style Capodimonte, style qui se caractérise par la délicatesse et et la précision des détails peints.

81.jpg

Les décors du style dit "Capodimonte" sont toujours très expressifs et d'un réalisme saisissant.

559.jpg


Pratella décore également de paysages napolitains et de marines des boîtes de bois destinées à la pâtisserie Luigi Caflish, pâtisserie de Naples très courue.

Ces boîtes, fort rares aujourd'hui, sont devenues de véritables antiquités.

59.jpg

César Cacciapuoti, propriétaire d'une usine de céramiques, lui propose de peindre des scènes identiques sur des carreaux de sa fabrication.

Les céramiques décorées par Pratella obtiennent vite un franc succès et des expositions en sont organisées à travers toute l'Italie comme à l'étranger.

140.jpg

Parallèlement à cette activité, dès 1881, il expose ses propres tableaux à la galerie des Beaux Arts de Naples.

156.jpg

En 1885 au salon de Paris, il expose "Le vent". Cette toile lui vaut une certaine notoriété dans les milieux de la peinture européenne et il est invité à rejoindre la Société des Artistes Français.

En 1886-87, il partage à Naples une pièce meublée qu'il loue avec son ami le peintre Giuseppe Casciaro.

Ensemble, ils parcourent la banlieue, les bidonvilles, les quartiers malfamés de la ville pour y peindre les ruelles et des scènes de la vie quotidienne.

L'amitié entre les deux peintres durera toute leur vie.
24.jpg

En 1887, il expose à la biennale de Venise. Les œuvres de cette période, caractérisées par l'usage du petit format, révèlent l'influence de Giuseppe De Nittis, Federico Rossano et Marco De Gregorio, peintres fondateurs de l'école de Résina.

12.jpg

La même année de 1887, à 31 ans, Pratella épouse Annunziata Belmonte et ils emménagent dans une habitation proche de la fabrique Cacciapuoti.

De cette union naîtront cinq enfants dont trois - Fausto, Paolo et Ada - suivront les traces paternelles et deviendront, eux aussi, des peintres reconnus.

En 1888, peu après la naissance de Fausto, il cesse de collaborer avec l'usine Cacciapuoti et la famille, de nouveau en difficulté, s'installe dans le quartier de la colline du Vomero.

18 Street_Scene_In_Autumn.jpg

Son fidèle ami, Giuseppe Casciaro, habite également ce quartier et les deux hommes peignent ensemble sur la colline du Vomero mais aussi au cours d' excursions à Capri et à Ischia.

51.jpg

Bientôt suivis par d'autres jeunes peintres sur les pentes du Vomero, ils formeront le groupe dit des "Vomeresi". Le Vomero reste plus que jamais le "Montmartre de la peinture napolitaine."

Des artistes qui ont aimé et peint le Vomero de l'époque, les plus appréciés sont certainement Attilio Pratella et son grand ami Giuseppe Casciaro (1863 -1941). Tous deux ont su, par leurs talents, immortaliser des vues et des quartiers du Vomero aujourd'hui malheureusement disparus.

1.jpg

Au cours des années 1888-1890, Pratella peint des toiles qui deviendront de véritables documents de la vie napolitaine de l'époque :

27.jpg

89.jpg

"le quai de Santa Lucia"

86.jpg
84.jpg
"les blanchisseuses"
171.jpg

et toute la gestuelle des pêcheurs du port de Mergellina

170.jpg
174.jpg
178.jpg
160.jpg

Ainsi naquirent nombre de chefs-d'œuvre de Pratella :

"Le vent", "Vomero sous la neige"...

17 Salita di Antignano al Vomero.jpg

Annunziata, devenue son marchand, propose les œuvres de son mari à des galiéristes et des collectionneurs.

120.jpg

En 1890, il expose à la galerie des Beaux Arts de Naples. Une de ses toiles, "Le matin", est achetée par le Roi pour la Galerie d'art moderne de Capodimonte.

A partir de cette date, ses paysages sont de plus en plus appréciés et il exposera ses œuvres tant en Italie qu'à Berlin, Munich, Barcelone, Saint Pétersbourg, et Buenos Aires.

100.jpg

En 1897, à la biennale internationale de Venise, il présente "Pluie de mars" qu'il exposera ensuite au Salon de Paris de 1899 sous le titre de "Jour de mars".

3.jpg

 

En 1902, Attilio est nommé professeur honoraire de l'académie de Naples.

 

Pratella aime travailler chaque été à Capri.

6.jpg

 

 

 

Durant de nombreuses années, il y séjournera régulièrement pour en peindre les paysages et les rivages qu'il affectionne.

 

 

 

 

180.jpg

Durant plus de trente ans, Attilio Pratella continuera de peindre des paysages napolitains, des marines et des scènes populaires au succès commercial largement éprouvé.

26.jpg

Vers 1920, fatigué des critiques d'autres peintres de sa ville adoptive, il ne participe quasiment plus aux expositions collectives.

52.jpg

Il continue par contre d'exposer en solitaire et, jusqu'en 1934, son travail sera régulièrement présent dans des expositions que ce soit en Italie ou à l'étranger.

60.jpg

Ses derniers tableaux dévoilent un Pratella secret qui privilégie les paysages de campagne, les arbres, toiles ou la présence humaine est le plus souvent en retrait, parfois intuitive.

16.jpg
5.jpg

En parallèle de l'exécution de ses célèbres vues, Pratella cultive et développe tout au cours de sa vie une pratique intensive du dessin.

pratella1.jpg

Quelle que soit la nature du papier, rugueux, granuleux, pages lisses de carnets ou de cahiers, Pratella dessine...

Exécutés le plus souvent en petit format, ses dessins révèlent un travail quotidien de recherches incessantes.

Presque tous signés, ils constituent, durant toutes ses années d'activité, le journal intime du peintre.

 

560.jpg

Comme l'a écrit Carlo Siviero : "le canevas de la peinture pratellienne est toujours un dessin."

Attilio Pratella meurt à Naples en 1949.

Une rue de Naples porte aujourd'hui son nom et ses œuvres sont exposées dans de nombreux musées en Italie comme à l'étranger.

26/03/2009

Frederick Simpson Coburn 1871-1960

medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_9.7.jpgFrederick Simpson Coburn est un peintre-illustrateur québécois né à Upper Melbourne (Québec-Canada) en 1871.

Après des études au collège Saint-François, il intègre en 1887–88 l'école du Conseil des Arts et Manufactures de Montréal, puis l'école de l'art Carl Hecker de New York.

En 1890, à 19 ans, il part pour l' Allemagne où il s’inscrit à l’Académie Royale de Berlin.

En 1892, il se rend à Paris pour y suivre des cours à l’École des Beaux-Arts dans l’atelier du maître Jean-Léon Gérôme.

Dans les années suivantes, Frederick Coburn se rend à Londres puis aux Pays Bas, où il côtoie les peintres de la célèbre école de La Haye.

En 1896, à l'âge de 25 ans, il illustre le premier recueil du poète québécois William Henry Drummond, "The Habitant and other French-Canadian poems".
Accédant à la notoriété, Frederick Coburn entreprend dès lors une brillante carrière d'illustrateur.

En 1897, il s'installe à Anvers où il travaillera durant 20 ans.
Au cours de cette période il peint des paysages et des scènes d'intérieur.medium_1903_dutch_interior.4.jpg


"Nursing Mother, Dutch interior" 1903

medium_drinktothevoyageur_1905.3.jpg"Drink to the voyageur" 1905

medium_malvina.3.jpg

 

C'est à Anvers qu'il rencontrera son épouse, Malvina Scheepers, peintre belge de grand talent.







"Malvina"

 

Au cours de toutes ces années il effectue de fréquents séjours au Québec.

Ses dessins étant régulièrement reproduits aux Etats-Unis, il illustre quatre autres recueils de poésie de Drummond et des oeuvres littéraires d'auteurs connus comme Louis-Honoré Fréchette, Charles Dickens ou Edgar Allan Poe .

Revenu au Québec en 1916, il s'installe définitivement à Melbourne, son village natal.
Il y peindra durant près de quarante ans.

medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_0.3.jpg


Retenant les paysages canadiens comme thème central de ses peintures, il se consacre essentiellement à la représentation de scènes hivernales d'exploitations forestières dans les Laurentides et les cantons de l' Est du Québec.

medium_Frederick_Simpson_Coburn.3.jpg
medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_4.3.jpg
medium_Frederick_Simpson_Coburn_9.2.jpg
medium_Frederick_Coburn_1.2.jpg


Il excelle dans la représentation de paysages de l'hiver québécois empreints de couleurs, de lumières et de jeux d'ombres sur la neige.

medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_11.4.jpg
medium_Frederick_Coburn.3.jpg


Ses tableaux, exposés dans les galeries d'art canadiennes, remportent le plus grand succès et certains sont vendus à des collectionneurs Australiens et Japonais.

medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_1.3.jpg
medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_47.3.jpg


En 1928, à 57 ans, Frederick Coburn est nommé membre de
l'Académie Royale Canadienne des Arts.

medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_3.3.jpg


En 1938, lors de l'exposition "Un siècle d'art Canadien" organisée à Londres, deux de ses tableaux sont exposés à la National Tate Gallery.

medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_2.3.jpg
medium_FREDERICK_SIMPSON_COBURN_1871-1960_10.3.jpg


Devenu veuf en 1933, Frederick Coburn fait la connaissance de Carlotta, danseuse professionnelle.

La relation entre Coburn et Carlotta durera 27 ans et la danseuse sera pour le peintre la source de multiples inspirations.

medium_fre_Coburn_1936.4.jpg

 

 

 

 

 

 

Carlotta

"Rhumba de Cuba", 1936

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1960, Frederick Simpson Coburn décède dans son village natal de Melbourne à l'âge de 89 ans.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique