logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/03/2011

L'âge d'or de l'estampe japonaise

La période comprise entre 1770-1810, qualifiée "d'âge d'or de l'estampe japonaise", fut le témoin d' évolutions fondamentales dans l'art de l'ukiyo-e.

- Le nouveau type de papier, de meilleure qualité, plus épais et plus résistant, supporte parfaitement plusieurs impressions successives. La normalisation des formats de ce nouveau papier implique également de sensibles modifications dans l'édition des estampes. 

Suzuki Harunobu 1725-1770.jpg
Suzuki Harunobu   (1725-1770)     "Snow Walk"   1769
. 

- Vers 1765, quelques artistes dont Harunobu, Kiyomitsu et l'éditeur Emiya Kichiemon, perfectionnant le procédé du kentô, réalisent la mise au point des calages successifs du papier sur une dizaine de bois.

Suzuki Harunobu Lanterne et ombrelle 1770 Suzuki Harunobu.jpg
Suzuki Harunobu    "Woman Visiting the Shrine in the Night"    1770  
   . 

Ce processus permet l'impression de planches d'estampes entièrement polychromes, très belles, les nishiki-e ou estampe de brocart  dont Suzuki Harunobu (1725-1770)  sera le maître incontesté.

suzuki-harunobu 1766 Courtesan and Attendants on Parade.jpg
Suzuki Harunobu     "Courtesan and Attendants (kamuro) on Parade"   1766

 

- L'utilisation de nouveaux pigments d'origine synthétique en lieu et place des pigments naturels traditionnels donne un éclat et une fraîcheur nouvelle aux ukiyo-e. Importé de Hollande en 1820, le bleu de Prusse, intense et profond, sera utilisé de manière intensive dans les paysages d'Hokusai dès 1830.

KajikazawainKaiProvince.jpg
Katsushika Hokusai
 "Pêcheur à Kajikazawa dans la province de Kai"    1831-33
.

- Les artisans graveurs et les imprimeurs atteignent le plus haut degré de qualification et la production d'estampes est parfaitement maîtrisée. L'extrême finesse de la gravure, le relief des planches, les dégradés de couleurs (bokashi) atteindront leurs apogées au siècle suivant, vers 1820-1830, dans les célèbres paysages d'Hokusai et d'Hiroshige.

Hiroshige_32_Seba.jpg
Andô Hiroshige    (1797-1858)   
 " 69 Stations  du Kisokaido - Seba"    1834-1842 

 

L'estampe Ukiyo-e  reste indissociable du nom d'artistes prestigieux tels que Suzuki Harunobu (1725-1770) , le précurseur en matière de nishiki-e, images polychromes imprimées depuis plusieurs planches ;

Suzuki Harunobu June from The Series Elegant Poets in Four Season (Furyu shiki kasen).jpg
Suzuki Harunobu
"June" The Series Elegant Poets in Four Season   1768
. 

Torii Kiyonaga  (1752-1815), spécialiste des portraits d'acteurs de théâtre kabuki et de jolies femmes ;

Kiyonaga Torii 1752-1815 trois beautés sous la pluie.jpg
Torii Kiyonaga    "Trois beautés sous la  pluie"    1783
.
 
Tōshūsai Sharaku, actif de 1794 à 1795.  Artiste énigmatique, sa véritable identité demeure aujourd'hui mystèrieuse. La totalité de son œuvre, 141 estampes réalisées en 10 mois, représente de façon particulièrement vivante et audacieuse les acteurs de Kabuki les plus célèbres de son temps. 
Si la personnalité et la surprenante brièveté de la carrière de Sharaku demeurent inexpliquées, il n'en restera pas moins l'une des figures les plus marquantes de l'Ukiyo-e.
Sharaku Segawa Tomisaburo II as Yadorigi.jpg
Sharaku    "Segawa Tomisaburo dans le rôle de Yadorigi"     1795

 

Kitagawa Utamaro  (1753-1806), le plus célèbre de tous les artistes spécialisés dans les portraits féminins ;

kitagawa-utamaro-1752-1806-a-cortesa-yosooi-escrevendo-carta-ao-amante-da-serie-6-poetas-de-yoshiwara-1810.jpg
Kitagawa Utamaro   "The Courtesan Yosooi Writing a Letter to a Lover"   v. 1800
. 

Katsushika Hokusai  (1760-1849), artiste exceptionnel, connu sous le nom de "Vieux fou de peinture". Conjuguant réalisme pictural et poésie, il interprète la nature avec une profonde sensibilité.

Katsushika Hokusai 100 Poems Explained by the Nurse poem by Bun'ya no Tomoyasu 1835-40.jpg
Katsushika Hokusai   "100 Poèmes expliqués par la nourrice "    1835-1839    
 poème de Funya no Asayasu (X°siècle)  
.

Utagawa Kunisada  (1786-1865), alias Tokoyuni III, artiste des plus populaires et des plus prolifiques en son temps, auteur de nombreux portraits d'acteurs et d'une multitude de portraits féminins ;

 
Utagawa Kunisada Japanese Woman in The Snow 1820.jpg
Utagawa Kunisada   "Japanese Woman in The Snow"   1820

 

Andô Hiroshige (1797-1858), vraisemblablement le meilleur des paysagistes ;

Hiroshige 1855 The Fifty-Three Stations of the Tokaido Kawasaki.jpg
Andô Hiroshige    "The Fifty-Three Stations of the Tokaido-Kawasaki"    1855
.

et Tsukioka Yoshitoshi  (1839-1892), qui sera l'un des derniers grands artistes de l'ukiyo-e. 

Yoshitoshi Cent aspects de la lune 1885-1892.jpg
Tsukioka Yoshitoshi   "Cent aspects de la lune"  1885-1892

 

 

UTAMARO, Kitagawa (1753 - 1806) 1800.jpg

 

L'estampe traditionnelle ukiyo-e connut un grand succès populaire durant plus de deux siècles, mais sa production faiblira dès 1868, début de l'ère Meïji.

 

Le Japon s'est ouvert rapidement à la culture artistique occidentale et le 20° siècle entérine le déclin de l'estampe.

Passée de mode, concurrencée par la photographie et la lithographie, l'ukiyo-e semble désuète et sa production deviendra des plus réduites.

L'art de la xylographie ne disparaitra pas pour autant. Vers 1908-10, l'édition d'estampes connaîtra une nouvelle ampleur avec la naissance de deux styles de gravure sur bois, souvent complémentaires, parfois concurrents, le shin-hanga (nouvelle gravure), et le sosaku-hanga (gravure créative).

Les artistes du shin-hanga reprendront des thèmes traditionnels en les simplifiant avec une grande élégance, ceux du sosaku-hanga aborderont des thèmes contemporains et leurs estampes, beaucoup plus sobres, rejoindront parfois l'art abstrait.

.

.

 

Kitagawa Utamaro

"Hasseji and Kasumino of the Ebiya"

1800-1804

17/02/2011

L'estampe ukiyo-e

Les œuvres du genre ukiyo-e existent sous forme de peintures dites nikuhitsuga et sous forme d'estampes dites hanga.

La peinture étant réservée à une élite aristocratique, les estampes, imagerie populaire d'un coût modique, seront diffusées au plus grand nombre.

Il est probable que la majorité des peintres fondateurs des multiples écoles et d'ateliers familiaux producteurs d'ukiyo-e reçurent une formation initiale dans les écoles Kano et Tosa, écoles héritières de l'art classique et traditionnel japonais.

Kitagawa Utamaro Artist, Block Carver 1803.jpg

Kitagawa Utamaro (1753-1806)  "atelier d'artistes, gravure de bloc"   1803

.

Ukiyo-e  signifie "image d'un monde flottant". Le caractère uki, à l'époque médiévale, était imprégné de connotations bouddhiques. Il sous-entendait la lassitude engendrée par la brièveté de la vie terrestre.

Du sens religieux, l’époque d’Edo (1603-1868) ne conservera que le caractère illusoire et superficiel des plaisirs de la vie quotidienne.

- Les Ukiyo-e, peintures populaires et narratives, représentent des acteurs (yakusha-e) de théâtre (kabuki),  ..... 

Utagawa Kunisada Asayama Tessan acteur de Kabuki.jpg

Utagawa Kunisada (1786-1865)    "Asayama Tessan"   acteur de théatre Kabuki .

- des lutteurs de Sumo (sumo-e), des scènes érotiques (shunga ou higa), des courtisanes (bijins), ....

Kitagawa Utamaro Trois beautés de notre temps Okita, Ohisa, Toyohina.jpg
Kitagawa Utamaro  (1753-1806)    "Trois beautés de notre temps "  Okita, Ohisa, Toyohina   1793

 

- des légendes,des scènes de batailles, des guerriers (Yamato musha-e), .....

Utagawa Kunisada 1858 Portrait en pied de Miyamoto Musashi (Le plus célèbre samouraï expert au combat du sabre.jpg
Utagawa Kunisada   (1786-1865)  
"Portrait de Miyamoto Musashi' , célèbre samouraï expert au combat du sabre   1858

 

- la faune et les fleurs (kacho-ga).

Katsushika Hokusai 1830 Iris et Sauterelle.jpg
Katsushika Hokusai    (1760-1849)
"Iris et Sauterelle"      1830
.

- La représentation des "Vues célèbres" (meisho-e) et des paysages (fūkei-ga) ne s'affirmera que vers 1830 mais elle deviendra par la suite un thème majeur.

Katsushika Hokusai 1831-33 Reflet du mont Fuji dans le lac Kawaguchi.jpg
Katsushika Hokusai   "Reflet du mont Fuji dans le lac Kawaguchi"   1831-33

 

Hishikawa Moronobu (1618-1694), tout d'abord peintre et illustrateur de livres, fut, vers 1673, l'un des premiers artistes de l'estampe ukiyo-e. Considérant chacune de ses estampes comme une oeuvre unique, il sera le premier à les éditer en feuilles séparées (chimai-e).

Pendant longtemps, les Ukiyo-e  seront publiées en noir et blanc (sumizuri-e), puis, dès 1716, les imprimeurs les rehaussent de rouge et d'orange posés au pinceau (beni-e).

Hishikawa Moronobu un jeune couple.jpg
Hishikawa Moronobu    "Le  jeune couple"
.

En 1741, confrontés à la demande croissante d'Ukiyo-e, éditeurs et imprimeurs mettent au point le procédé d'impression polychrome. Les tons de pourpre et de jaune associés au rose et au vert multiplient les combinaisons de couleurs (benizuri-e).

Suzuki Harunobu Samuari couple walking in the rain.jpg
     Suzuki Harunobu  (1725-1770)   
 "A samurai couple walking in the rain"
.

En 1745, l'éditeur Kichiemon Kamimura invente les kentô, encoches de localisation qui assurent la plus grande précision dans le positionnement de toutes les planches utilisées pour une même estampe (miroita). Solution simple mais efficace apportée aux difficultés de la superposition de multiples couleurs, les kentô, tout en facilitant grandement le travail du graveur et de l'imprimeur, en améliore tout autant la productivité.

Suzuki Harunobu, 1764-1770 Woman Admiring Plum Blossoms at Night.jpg

Suzuki Harunobu  (1725-1770)    "Woman Admiring Plum Blossoms at Night"   1765 

 

De progrès techniques en progrès techniques, de l'émergence d'artistes de grandes qualités tels Harunobu, Utamaro, Kiyonaga, Sharaku, l'estampe ukiyo-e  atteindra son apogée moins de trois décennies plus tard. Ce sera ce qu'il est convenu d'appeler "l'âge d'or de l'ukiyo-e". 

 

05/01/2011

Takahashi Hiroaki dit "Shotei" 1871-1945

Takahashi Hiroaki Shotei.jpgTakahashi Hiroaki dit "Shotei", de son véritable nom Matsumoto Katsutaro, est un peintre japonais né à Tokyo en 1871.

Il fut adopté à l’âge de neuf  ans par la famille Takahashi dont il prit le nom.

Son oncle Matsumoto Fuko (1840-1923) l'initia à la peinture traditionnelle Nihonga* et, dès neuf ans, Takahashi copiait des œuvres anciennes.

A 16 ans, travaillant au Département Impérial des Affaires Etrangères, il copie des originaux de médailles et d'objets de cérémonie.

En 1891, avec un ami peintre Terazaki Kogyo, il participe à la fondation de la "Société de la Jeune Peinture du Japon".

Au cours de ces premières années, Takahashi expose ses propres peintures et travaille comme illustrateur de journaux, de magazines et de manuels scientifiques.

Iris at Horikiri 1916 waranebe.jpg
"Iris at Horikiri"      1916      Ed. Watanabe

En 1896, il conçoit des lithographies pour l'éditeur Hokunkai.

Puis, dès 1907, l’histoire de Takahashi devient indissociable de celle de Watanabe Shôzaburô (1885-1962), le concepteur du style Shin-Hanga.**

Watanabe fut le plus célèbre éditeur d’estampes du XXe siècle. Il ne quitta jamais le Japon mais sut créer des images qui séduiront très vite les amateurs européens et américains.

Ses estampes perpétuaient une vision romantique du vieux Japon qui, disparu dès la fin de l’époque Edo*** (1868), faisait encore rêver les étrangers.

Watanabe, recrutant Takahashi comme premier artiste en 1907, lui fit exécuter, sous son contrôle, les premiers dessins emblématiques du style Shin-Hanga.

Arai Inn 8 views south of the capital 1921 Watanabe.jpg

"Auberge Arai" -8 vues de la capitale- 1921  Ed. Watanabe

Takahashi prit dès lors le pseudonyme de "Shotei" et se spécialisa dans le dessin de paysages.

Les touristes et les collectionneurs étrangers, nostalgiques du "vieux Japon", s'intéresseront très vite aux estampes signées de son nom et, durant de nombreuses années, les dessins de Takahashi seront le fer de lance de la production de l'éditeur Watanabe.

Ikegami 8 views of the capital 1922.1.jpg
"Ikegami"   -8 vues de la capitale -    1922
Ed. Watanabe 
.

En 1921, tout en continuant d'utiliser la signature de "Shotei", signature désormais bien connue des pays occidentaux, Takahashi prit également le pseudonyme d'Hiroaki.

Shotei dessina environ 500 estampes pour Watanabe avant le tremblement de terre de Kanto en septembre 1923.

L'atelier et la galerie de Watanabe furent totalement détruits dans l’incendie qui suivit le séisme.

L’éditeur et ses artistes reprirent néanmoins leurs activités et Shôtei, en quelques années, dessina 250 estampes dont beaucoup étaient des reproductions de planches gravées avant 1923, toutes brûlées dans l’incendie.

Edo River 1923 Watanabe.jpg

"Edo River"    1923         Ed. Watanabe

Watanabe, négociant remarquable et homme d’affaire avisé, entrepris dès lors d'adapter sa production au goût des collectionneurs : les estampes anciennes étaient rééditées dans des couleurs plus vives, les estampes nouvelles s'appuyaient sur les techniques artistiques du monde occidental : dégradés des couleurs, utilisation du clair-obscur et de la perspective italienne. 

Junks in Inatori Bay 1926 Watanabe.jpg

                 "Jonques dans la baie d'Inatori"   1926     Ed. Watanabe.

Méthodique, rigoureux, Watanabe avait organisé la production de son atelier en spécialisant chacun des membres de son équipe.

Sous sa direction et son contrôle, les artistes réalisaient les peintures que des graveurs puis des imprimeurs convertissaient en estampes.

Il semblerait qu'après 1923, Watanabe ait laissé Takahashi dans l’ombre en le cantonnant dans une production purement commerciale, traditionnelle et peu innovante.

Le rôle de Takahashi consistait uniquement à alimenter le catalogue de l’éditeur d'une production de qualité, très classique mais adéquate au goût du marché et fort lucrative.

Red Lacquered Gate at Hongo 1926 watanabe.jpg

           "Porte Laquée Rouge à Hongo"     1926                       

          Ed. Watanabe                  

 

Parallèlement, Watanabe encourageait de jeunes artistes tels Natori Shunshen, Kawase Hasui, Koson Ohara, Shiro Kasamatsu et Ito Shinsui à s'inscrire dans le Shin-Hanga, le renouvellement pictural que prônait l'éditeur. La plupart de ces artistes devinrent ensuite les chefs de file du mouvement Shin-Hanga.

Dans les années 1930, travaillant toujours pour Watanabe mais probablement pour bénéficier d'une plus grande liberté d'expression, Takahashi collabore avec l'éditeur Fusui Gabo.

Fuji from Lake Sai 1929 - 1932 ed. Fusui Gabo.jpg
"Mont Fuji depuis le lac Sai"  1929-1932  Ed. Fusui Gabo 
.

Chez ce dernier, non seulement il devient éditeur de reproductions d’Ukiyo-e, mais il lui est également permis d'exploiter des thèmes qu'interdisaient la rigueur commerciale imposée par Watanabe.

Fuji from Lake Yamanaka 1939 32 éd. Fusui Gabo.jpg

"Mont Fuji depuis le Lac Yamanaka"  1939   Ed. Fusui Gabo 

.

Chez Fusui, il dessine des estampes de taille plus grande dites ōban (env. 38 x 25 cm) , rompant ainsi avec les formats chūban (env. 26 x 19 cm) le plus souvent imposés par Watanabe.

Homeward bound boats; blue and golden sky 1936 Watanabe.jpg
"Bateaux sur le chemin du retour; ciel bleu et or"    1936
Ed. Watanabe

Dans les années 30, il réalisera également plus de 200 estampes pour l'éditeur Shôbidô Tanaka dont 12 mitsugiri-ban (18 x 39,5 cm) et environ 180 estampes de plus petite taille.

Mount Fuji From Mizukubo, 1932.jpg
 "Mont Fuji depuis  Mizukubo"   1936   Ed. Watanabe
.

Takahashi n'a dessiné qu'une quantité limitée d'estampes de grand format de type oban, mais ses nombreux chūban et mitsugiri-ban, formats plus intimistes dits "commerciaux " constituent un riche héritage.

Fort prisées des collectionneurs européens et américains, les estampes de Takahashi Hiroaki étaient en grande majorité exportés vers l'Occident. Il fut, de ce fait, célèbre tant au Japon qu'à l’étranger.

Country house at Negishi 1936 watanabe.jpg
"Country house at Negishi"     1936
Ed. Watanabe 
.  

Pagoda 1939 ed.Shobido Tanaka.jpg.

La date et les circonstances de son décès ne sont pas connues avec précision. Un dictionnaire d'artistes japonais indique sa mort en 1944. Le catalogue de Watanabe, publié en 1951, le déclare victime de la bombe atomique lancée sur Hiroshima le 6 août 1945, ville où Takahashi s'était rendu en visite chez sa fille.

Plus vraisemblablement, selon les archives de sa famille et aux dires de ses descendants, il serait mort, victime d'une pneumonie, le 11 février 1945.

.

 

"Pagode"     1939   

Ed. Shôbidô Tanaka
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique