logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/01/2017

Vann Nath 1946-2011

Vann Nath.jpgVann Nath, né en 1946 dans le village de Phum Sophy, province de Battambang, était un artiste peintre cambodgien.
Vann Nath grandit à Wat Sopee où il étudie dans la pagode. Sa famille étant très pauvre, dès l'âge de 14 ans, il travaille dans une usine où il perçoit un salaire dérisoire. Respectant la tradition cambodgienne, Vann Nath sert comme moine de 17 à 21 ans.
En 1965, il s'inscrit dans une école privée de peinture. Après deux ans d'études, il parvient à tirer profit de son travail de peintre.
En 1969, Vann Nath crée une petite entreprise et produit des affiches de cinéma et des portraits à l’effigie du roi Norodom Sihanouk.
En avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir au Cambodge.
Dans le cadre des réformes agraires du régime, l'artiste et sa famille sont brutalement déportés dans la commune rurale de Norea, près de Battambang, pour y travailler dans les rizières.
Le 29 décembre 1977, Vann Nath, accusé de violer le code moral instauré par l'Angkar*, est arrêté par les Khmers rouges.

Arrestation  Acrylique sur toile  Musée de Toul Sleng  (S-21), du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Arrestation

Acrylique sur toile 

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Emprisonné à Wat Kandal, temple bouddhiste utilisé comme centre de détention, Vann Nath est transféré le 7 janvier 1978 dans une prison de sécurité à Phnom Penh. Cette prison de sécurité, connue sous le nom de S-21 ou Tuol Sleng** par les Khmers rouges, était jusqu'au milieu des années 70 un lycée, qui, construit par les français vers 1950, était appelé Chao Ponhea Yat High School***.

Entrée au S-21  Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Entrée au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En août 1975, quatre mois après que les Khmers rouges aient gagné la guerre civile cambodgienne, le lycée fut transformé en prison. Les cinq bâtiments du complexe furent entourés de barbelés électrifiés et toutes les fenêtres furent munies de barreaux de fer. Les salles de classe furent transformées en de minuscules cellules carcérales et en chambres d'interrogatoire et de torture.

Photographie au S-21  Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Photographie des arrivants au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Prisonniers du S-21 attendant leur interrogatoire. Acrylique sur toile Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Prisonniers du S-21 attendant leur interrogatoire"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

De 1975 à 1979, environ 17 000 personnes, hommes, femmes et enfants, ont été emprisonnées, interrogées, torturées puis exécutées à Tuol Sleng et à Choeung Ek.

Interrogatoire au S-21 Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Interrogatoire au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Situé à 17 km au sud-ouest de Phnom Penh, Choeung Ek était le lieu principal d'exécution et le charnier de la prison de Tuol Sleng. Choeung Ek, d'une superficie de deux hectares, était sous les ordres de Douch, directeur du centre S-21.

Exécution au camp de Choeung Ek Acrylique sur toile   Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Exécution au camp d'extermination de Choeung Ek"

Acrylique sur toile  

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Le sept janvier 1979, Phnom Penh fut libéré par l'armée vietnamienne. Tuol Sleng ne comptait que sept prisonniers survivants.
Vann Nath fut l'un d'entre eux.

Self portrait Acrylique sur toile   c.1980 Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Self portrait"

Acrylique sur toile    c.1980 

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Il ne dut sa survie qu’à son talent de peintre. Douch****, l’impitoyable directeur de la prison de Tuol Sleng, l’épargna pour réaliser des portraits de Pol Pot*****.

Portrait de Pol Pot examiné par Douch..jpg

"Portrait de Pol Pot examiné par Douch"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Dès sa libération, Vann Nath témoigne de l’univers carcéral dans une série de tableaux d’un réalisme brut. Ses toiles seront ensuite de plus en plus souvent exposées au Cambodge et en France, notamment à l’université de Paris VIII qui s’est mobilisée pour perpétuer cette mémoire de l’extrême.

Mère et son enfant lors du génocide c. 1980 Acrylique sur toile 78 x 53 cm Collection privée..jpg

"Mère et son enfant lors du génocide"     c.1980

Acrylique sur toile 78 x 53 cm      Collection privée.

Plusieurs mois après sa libération, Vann Nath fut, durant la décennie suivante, recruté par l'armée cambodgienne pour combattre les Khmers rouges le long de la frontière thaïlandaise.
En 1998, Vann Nath publie l'unique récit écrit par un survivant de la prison: "Dans l’enfer de Tuol Sleng". Ce livre, publié en anglais et en suédois en 1998, sera traduit en français en 2008.

Tortures au S-21 Acrylique sur toile Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Tortures au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En 2001 et 2002, Vann Nath a travaillé intensivement avec le cinéaste cambodgien Rithy Panh lors de la réalisation d'un film documentaire intitulé "S-21: La machine de mort khmère rouge". Vann Nath, interviewé dans le film, y est confronté aux gardiens de l’époque de la prison de Tuol Sleng.

Vivre auprès des morts Acrylique sur toile   Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Vivre auprès des morts"

Acrylique sur toile  

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En juin 2009, Vann Nath, quoique malade, témoigne au procès de Douch.

Fin janvier 2011, Vann Nath était à Paris pour la tenue du Forum des Images intitulé "Un état du monde et du cinéma". A cette occasion, il participa à plusieurs débats sur le génocide cambodgien******.

Le 24 mai 2011, l'université de Paris VIII conféra le titre de "docteur honoris causa" à Rithy Panh et à Vann Nath.
Vann Nath est décédé d'un arrêt cardiaque le 5 septembre 2011 dans une clinique de Phnom Penh. Il était âgé de 66 ans.
Artiste unique dans l'histoire du Cambodge, l'infatigable porte-parole des victimes des Khmers rouges laisse un témoignage inestimable de la douloureuse histoire de son pays entre 1975 et 1979.


* l'Angkar dit aussi Angkar padevat (Organisation révolutionnaire) était le nom utilisé par le parti communiste du Kampuchéa (PCK, Parti communiste du Cambodge).
** Ponhea Yat Chao fut le dernier roi de l'empire khmer et le premier roi du Cambodge. Il a régné de 1417/1421 à 1462/1467.
*** Tuol Sleng en khmer signifie "colline des arbres vénéneux" ou "colline empoisonnée". La sinistre prison de Tuol Sleng est devenue depuis janvier 1980 un musée du génocide khmer.
**** Douch ou Duch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, fut, de 1975 à 1979 sous le régime des Khmers rouges, le directeur de la prison S-21 de Phnom Penh. En juillet 2007, Douch fut inculpé pour crimes contre l'humanité. En 2009, il a été condamné en appel à la détention à perpétuité par le tribunal parrainé par l'ONU.
***** Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sâr (1925-1998), fut, à partir de 1975, le chef principal du régime communiste cambodgien appelé Kampuchéa démocratique. Pol Pot est décédé en 1998 à Anlong Veng, petite ville du nord du Cambodge près de la frontière thaïlandaise.
****** Les crimes perpétrés sous le régime des Khmers rouges sont souvent désignés sous le nom de génocide cambodgien mais la qualification de génocide n'est pas reconnue sur le plan international pour le Cambodge. Il n'existe pas de consensus sur le nombre total de victimes; toutefois, les 1,7 million de morts -soit 21% de la population cambodgienne de l'époque-, évalués par le programme d'étude sur le génocide cambodgien de l'Université Yale, semblent de nos jours le chiffre le plus crédible.

24/12/2016

Morteza Katouzian 1943-

morteza-katouzian.jpgMorteza Katouzian, né le 3 Juillet 1943 à Téhéran, est un artiste peintre iranien.
Autodidacte, passionné de dessin et de peinture, il affine son talent durant toute sa jeunesse.

The Moving 1987 Huile sur toile 112 x 84 cm.jpg

"The Moving"      1987

Huile sur toile   112 x 84 cm    Morteza Katouzian Gallery.

En 1960, il débute une carrière de graphiste professionnel dans une agence de publicité où il illustre des brochures, des couvertures de livres et conçoit des affiches et des logos.

In the Memory of Parvin Etesami 1985  Huile sur toile 84 x 112 cm.jpg

"In the Memory of Parvin Etesami"     1985 

Huile sur toile  84 x 112 cm      Morteza Katouzian Gallery.

En 1974, responsable des expositions de Téhéran Graphics International, il organise "African Affamés" parrainé par l'organisation internationale IAA. Katouzian y remporte le prix de "l'Affiche de l'intégration".

On the Pavement 1984  Huile sur toile 71 x 36 cm.jpg

"On the Pavement"       1984 

Huile sur toile 71 x 36 cm      Morteza Katouzian Gallery.

Dans les années précédant la révolution iranienne de 1979, il fut l'un des fondateurs du syndicat des artistes graphiques. Il en sera le président du conseil d'administration durant deux ans.

The Sad Girl 1986 Huile sur toile 76 x 60 cm.jpg

"The Sad Girl"     1986

Huile sur toile  76 x 60 cm     Morteza Katouzian Gallery.

Au cours des dernières années, Morteza Katouzian a participé à de nombreuses expositions collectives et a tenu quatre expositions individuelles. Ces expositions, au vu de la grande qualité des œuvres exposées, connurent le plus grand succès de l'histoire de l'art en Iran.

A Child of our City  1992  Huile sur toile 100 x 72 cm ..jpg

"A Child of our City"    1992 

Huile sur toile  100 x 72 cm     Morteza Katouzian Gallery.

En 1979, l'exposition de ses œuvres au musée d'art contemporain de Téhéran connu 20 000 visiteurs.
En 2008, Morteza Katouzian expose 94 de ses toiles au Complexe culturel-historique de Sa'dābād de Téhéran.

Life's Burden 1995 Huile sur toile 120 x 95 cm.jpg

"Life's Burden"    1995

Huile sur toile  120 x 95 cm     Morteza Katouzian Gallery.

En Juin 2008, Morteza Katouzian, en raison de 50 ans d'activité dans le domaine de la peinture et de 30 années d'enseignement dédiées à la jeunesse iranienne, fut officiellement distingué par l'UNESCO.

Exhausted from Work 1997 Huile sur toile 120 x 90 cm.jpg

"Exhausted from Work"     1997

Huile sur toile 120 x 90 cm    Morteza Katouzian Gallery.

Durant 30 ans, des dizaines de peintres ont été formés dans l'atelier de Katouzian. Les peintures de ses élèves ont fait l'objet de trois expositions collectives dont une au musée d'art contemporain de Téhéran. Katouzian fit publier un livre des tableaux de ses élèves en 2005.

Persian girls  Huile sur toile.jpg

"Persian girl

Huile sur toile     Collection privée.

Un grand nombre d'œuvres de Katouzian sont reproduites sous forme d'affiches et quatre livres traitant de ses peintures ont été publiés.

The Baluch in Bazar 1996 Huile sur toile 110 x 83 cm.jpg

"The Baluch in Bazar"       1996

Huile sur toile  110 x 83 cm     Morteza Katouzian Gallery.

Si cinq de ses tableaux figurent au musée d'art contemporain de Téhéran, la très grande majorité de son travail est la propriété de collectionneurs iraniens ou étrangers.

Tired Old Man 2005 Huile sur toile 60 x 45 cm.jpg

"Tired Old Man"      2005

Huile sur toile  60 x 45 cm      Morteza Katouzian Gallery.

Morteza Katouzian est aujourd'hui considéré comme le maître des peintres réalistes iraniens.

17/12/2016

Pere Borrell del Caso 1835-1910

Borrell del caso.jpgPere Borrell del Caso, né à Puigcerdà en 1835, était un peintre et graveur catalan.
Après avoir appris avec son père l'art de travailler le bois, il suit les cours de "La Llotja", école des Beaux-Arts de Barcelone*. Il y suit les cours du peintre nazaréen Claudi Lorenzale (1816-1889) et du paysagiste catalan Lluís Rigalt i Farriols (1814-1894).
Dans les années 1870, Pere Borrell del Caso devint professeur de peinture au Colegio Peninsular de Barcelone.
Portraitiste accompli, Pere Borrell del Caso exécutait également des scènes religieuses. Plusieurs de ses toiles, d'influence nazaréenne, figurent dans le musée national d'art de Catalogne de Barcelone.
Refusant par deux fois, les propositions d'enseigner à "La Llotja", en 1897, il fonde avec le paysagiste Francesc Guasch i Homs (1861-1923), une académie privée de dessin et de peinture, la "Sociedad de Bellas Artes".
Pere Borrell del Caso est aujourd'hui essentiellement connu pour son tableau exécuté en 1874, le célèbre trompe-l'œil "Escapando de la crítica", "Évasion de la critique".

Escapando de la crítica  1874 Huile sur toile  Siège de la banque d'Espagne, Madrid..jpg

"Escapando de la crítica"     1874

Huile sur toile 76 x 63 cm    Siège de la banque d'Espagne, Madrid.

Deux fillettes 1880 Huile sur toile  69 x  69 cm Museu del Modernisme Català, Barcelone..jpg

"Deux fillettes"    1880

Huile sur toile    69 x 69 cm

Museu del Modernisme Català, Barcelone.

Deux enfants rieurs.jpg

"Deux enfants rieurs"

Pere Borrell del Caso est décédé à Barcelone en 1910 à l'âge de 75 ans.

*la Llotja est le nom populaire de l‘école supérieure de design et d'art fondée en 1775 par l'association des commerçants de Barcelone sous le nom d'école gratuite de stylisme. Son siège initial était situé dans la loge de mer de Barcelone, "la Llotja de mar", salle des ventes construite au XVIII° siècle à l'usage des marchands de la ville.

24/11/2016

Catharina Klein 1861-1929

Klein.jpgCatharina Klein, née en 1861 à Eylau, petite ville de Prusse orientale, était une artiste peintre de nationalité allemande.
Elle achève des études artistiques à Berlin avant de s'y établir et de participer à de nombreuses expositions. Son travail, remarqué par la bourgeoisie allemande, acquiert une certaine notoriété.

1-32.jpg

Les éditeurs, forts nombreux vers 1880-1890 en Europe occidentale, utilisent encore massivement le remarquable vecteur de diffusion de l'image qu'est l'impression lithographique. Le perfectionnement des presses et la mise au point du processus d'impression chromo-lithographique autorisent une multitude d'utilisations nouvelles de l'image.
Le travail de Catharina Klein se prête parfaitement tant à l'illustration de livres qu'à sa reproduction sur carte postale et les meilleurs éditeurs lui achètent les droits de diffusion de ses œuvres.

0.jpg

Les plus connus, tels Meissner & Buch de Leipzig(*), Raphael Tuck & Sons de Londres (**), Theodor Stroefer (TSN***) de Nuremberg ou Vouga et Cie de Genève, publieront d'abondance des œuvres de Catharina Klein durant plusieurs décennies. 

19.jpg

Son travail devant être publié sous forme de cartes postales, de cartes de vœux, d'agendas, de calendriers ou de livres de planches d'images à peindre, Catharina Klein employait une technique basée sur une combinaison de gouache et d'aquarelle opaque.

14-2.jpg

La quasi-totalité de ses œuvres sont signées "C. Klein".
Les plus belles de ses créations seront sélectionnées par l'éditeur suisse Vouga & Cie de Genève et Puck & Sons de Londres qui publieront, à l'usage des aquarellistes, quelques petits recueils de cartes postales à reproduire puis à découper.

B3.jpg

L'ouvrage intitulé "Huit Modèles de Fleurs par C. Klein" s'inscrit dans une série comportant également huit modèles de fruits.11.jpg

Les critiques d'art de l'époque ne manifestaient que très peu d'intérêt pour ce travail considéré comme essentiellement commercial. 
En 1893, lors de l'exposition universelle de Chicago (The Dorlotés Columbarium Exposition), une toile de Catharina Klein figure dans le pavillon britannique.

1-63.jpg

Catharina Klein a formé de nombreuses jeunes femmes, élèves de son atelier berlinois.
En 1911, elle publiera deux petits livres sur la manière de peindre les fruits et les fleurs.

B2.jpg

Livre de Catharina Klein édité par Raphael Tuck & Sons Ltd.

386_001.jpg

Alphabet : série de 26 cartes postales où chacune des lettres de l’alphabet est agrémentée de fleurs entrelacées.

90.jpg

Catharina Klein est également connue sous le nom de Catherine Klein.

Lors de la première guerre mondiale, l'Allemagne étant en conflit avec la Grande-Bretagne et la France, son prénom sera modifié par les éditeurs afin d'éviter la mévente de ses oeuvres.

1-3.jpg

Si l'artiste privilégiait la peinture florale, et tout particulièrement, les roses, sujet récurrent dans son travail , il existe également de nombreuses variations composées de fruits, d'oiseaux ou de papillons.

10.jpg

20.jpg

22.jpg

Artiste prolifique, Catharina Klein a peint plus de 2 200 natures mortes pour 75 éditeurs.
Ses peintures florales, reproduites à des millions d'exemplaires, circulent encore aujourd'hui dans le monde entier.

3.jpg

Catharina Klein est décédée à Berlin en 1929.

9.jpg

La quasi-totalité de son travail sera détruit lors des bombardements de Berlin, Leipzig et Londres au cours de la seconde guerre mondiale.

7.jpg

Son œuvre peinte, exceptionnelle et très variée, ne survit malheureusement qu'à travers quelques lithographies et de nombreuses reproductions de cartes postales. 

80.jpg

 
(*) Meissner & Buch : Implanté à Leipzig,  1861-1939.
En 1861, Julius August Meissner et August Buch reprennent l'entreprise de lithographie fondée en 1852 à Leipzig par CL Bartsch & Co.

4.jpg

Julius Friedrich Meissner succède à son père décédé en 1866. Après le départ de Buch, Julius Meissner, devenu l'unique propriétaire, modernise l'entreprise au cours des années 1870.

1-1.jpg

En 1885, il  ouvre une annexe à Londres puis à Berlin et dans les années suivantes en Italie, en France, en Belgique et à New York.

1-2.jpg

La société exportait principalement des cartes de vœux et de Noël mais en 1888, Meissner s'oriente vers l'édition d'art. Les affiches et reproductions artistiques de haute qualité éditées par Meissner & Buch semblent avoir été commercialisées par la boutique "Anderson  Nexo Print".

21.jpg

Meissner & Buch imprime sa première carte postale artistique vers 1897 et devient un important producteur de cartes postales de haute qualité jusqu'à la première guerre mondiale. Meissner & Buch favorisait l'impression de séries à l'intention des collectionneurs.

14.jpg

Les deux fils de Friedrich Meissner rejoignent la direction de l'entreprise familiale, Julius Wilhelm en 1900 et Wilhelm Kurt en 1909. 

3-1.jpg

Après 1918, si la société publie encore quelques éditions d'art, elle s'oriente vers une production essentiellement commerciale.

14-1.jpg

Dès 1930, la firme éprouve des difficultés financières et, en 1939, les membres de la famille Meissner sont évincés de la direction  de l'entreprise.

82.JPG

 En 1972, le gouvernement Est-Allemand reprend la gestion de la société qui, après la réunification de l'Allemagne en 1990, sera disséquée  et vendue par lot.


(**) Raphael Tuck & Sons  -1866-1960-  Londres, Paris, Berlin, New York.
Société fondée en 1866 à Londres par Raphael Tuck, un allemand vendeur de cartes de  vœux et de lithographies populaires.

En 1871, Tuck publie ses premières cartes de Noël imprimée en Prusse, son pays natal.

2.jpg

Raphaël Tuck pris sa retraite en 1881 et son fils Adolph dirige l'entreprise familiale. Il ouvre une filiale à Paris en 1882, puis à Berlin, Montréal et New York en 1885.

9 (2).jpg

En 1894, un an après avoir été nommé imprimeur officiel de la reine Victoria, Adolph Tuck imprime sa première carte de "souvenir".

1-6.jpg

A Londres, Tuck sera le premier a imprimer des cartes postales en chromolithographie et deviendra l'un des éditeurs les plus importants d'Angleterre.

16.jpg

La grande majorité des cartes éditées par Tuck ont été imprimées en Prusse, en Saxe et en Hollande jusqu'à la première guerre mondiale.

15.jpg

Adolph Tuck dirigera l'entreprise jusqu'à sa mort en 1926. La société sera ensuite dirigée par son fils Reginald.

81.jpg

L'usine et les bureaux de Londres seront détruits en 1940 lors d'un bombardement, mais Tuck publiera de nouveau après la guerre.

18.jpg

Reginald Tuck décède en 1954 et son frère Desmond lui succède avant de prendre sa retraite en 1959. Peu de temps après la société d'édition sera achetée par Purnell & Sons.


(***) TSN : Theodor Stroefer, Nuremberg, Bavière   1876-1945

Importante société Bavaroise, éditeur de beaux-arts. 
Etabli à à Munich en 1876 puis à Nuremberg en 1893, Theodor Stroefer publie en  coopération avec l'Institut d'art des reproductions graphiques de Ernst Nister (1842-1909).

b1 théo.jpg

La société TSN débute l'impression des cartes postales artistiques sur chromolithographie vers 1897.

b4.jpg

Theodor Stroefer décède en 1927. Son fils August (1882-1945) dirige ensuite l'entreprise qui sera entièrement détruite lors des bombardements de la seconde guerre mondiale.

 

19/10/2016

Isaac Levitan 1860-1900

Isaac Levitan selfportrait 1880.jpgIsaac Ilitch Levitan, né en 1860 dans un shtetl * aux abords de Wirballen, actuellement Kybartai, petite ville située dans le sud-ouest de la Lituanie, était un peintre paysagiste.
Pauvre mais cultivée, la famille Levitan s'établit à Moscou dans les années 1870.
Extrêmement doué pour les arts, Isaac Levitan parvient à intégrer l'École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou en 1873.

Jour de printemps 1876-1877  Huile sur toile  53 x 40,7 cm  Collection privée..jpg

"Jour de printemps"    1876-1877 

Huile sur toile   53 x 40,7 cm          Collection privée.

Le décès de sa mère en 1875 puis de son père en 1877 le laissent dans un profond dénuement, mais, compte tenu de son talent et de sa renommée naissante, l'École lui accorde la gratuité de l'enseignement.

Chêne 1880  Huile sur toile 57,6 x 57,5 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Chêne"   1880

Huile sur toile  57,6 x 57,5 cm    Galerie Tretyakov, Moscou.

En 1876, Isaac Levitan travaille dans l'atelier du paysagiste Alexeï Savrassov (1830-1897) qui préconise le travail en plein air. Savrassov initie ses élèves au travail des peintres de l'école de Barbizon, dont Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875) que Levitan apprécie particulièrement.

La passerelle, village de Savvinskaya  1884  Huile sur toile.jpg

"La passerelle, village de Savvinskaya"    1884 

Huile sur toile  25 x 29 cm    Galerie Tretyakov, Moscou.

En 1879, après une tentative d'assassinat sur l'empereur Alexandre II de Russie, les juifs sont expulsés des villes de Russie. Isaac Levitan, contraint de quitter Moscou, s'établira dans la banlieue de Saltykovka.

Le village de Savvinskaya près de Zvenigorod 1884 Huile sur roile 43,5 x 67 cm  Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Le village de Savvinskaya près de Zvenigorod"    1884

Huile sur toile   43,5 x 67 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

En 1880, durant ses études, Levitan fait la connaissance de l'écrivain Anton Tchekhov.
Devenu l'un des amis les plus proches d'Anton Tchekhov, Levitan illustre la nouvelle "La Steppe" éditée en 1888.

L'hiver dans les bois 1885  Huile sur toile 55 x 45 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"L'hiver dans les bois"   1885 

Huile sur toile   55 x 45 cm       Galerie Tretyakov, Moscou.

En 1880, le mécène et collectionneur d'art Pavel Mikhaïlovitch Tretiakov achète la première d'une des nombreuses œuvres de Levitan, "Autumn day, Sokolniki", représentation d'une journée d'automne dans un parc de Moscou.

Jour d'automne. Sokolniki 1879 Huile sur toile 63,5 x 50 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Jour d'automne, Sokolniki"   1879

Huile sur toile   63,5 x 50 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

Fortement influencé par le peintre Vassili Polenov (1844-1927), Levitan devient membre de la société des "Ambulants" ** en 1884.

L'étang 1887  Huile sur toile 42 x 66 cm Musée d'Etat russe, Saint-Pétersbourg..jpg

"L'étang" 1887 

Huile sur toile   42 x 66 cm    Musée d'Etat russe, Saint-Pétersbourg.

En 1897, Levitan est élu membre de l'Académie Impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg.

Le silence du monastère 1890 Huile sur toile 87,5 x 108 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Le silence du monastère"    1890

Huile sur toile  87,5 x 108 cm      Galerie Tretyakov, Moscou.

En 1898, l' École de peinture, de sculpture et d'architecture de Moscou lui confie la classe de paysage.

Eaux profondes 1892 Huile sur toile  150 x 209 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Eaux profondes"   1892 

Huile sur toile  150 x 209 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

En 1889-90, Levitan voyage en France et en Italie.

Près de Bordighera, Nord de l'Italie 1890 Pastel sur papier 49 x 64 cm Galerie Tretyakov, Moscou..JPG

"Près de Bordighera, Nord de l'Italie"    1890

Pastel sur papier   49 x 64 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

Souffrant d'une maladie cardiaque, Isaac Levitan meurt en 1900 dans son atelier moscovite de la rue Bolchoï Trekhsviatitelski.

Clair de Lune 1899 Huile sur toile  63,5 x 49 cm Musée d'Etat russe, Saint-Pétersbourg..jpeg

"Clair de Lune"    1899

Huile sur toile  63,5 x 49 cm   Musée d'Etat russe, Saint-Pétersbourg.

Décédé à 39 ans, Isaac Levitan est considéré comme l’un des plus grands paysagistes russes et européens du dix-neuvième siècle.

L'appel de la cloche vespérale 1892 Huile sur toile. 87 x 107,6 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"L'appel de la cloche vespérale"    1892

Huile sur toile  87 x 107,6 cm      Galerie Tretyakov, Moscou.

Le peintre a laissé plus d'un millier de peintures à l'huile, d'aquarelles et d'études et dessins sur papier.

Le repos  éternel 1893-1894  Huile sur toile 150 × 206 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Le repos  éternel"       1893-1894 

Huile sur toile 150 × 206 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

Nombre de ses œuvres figurent dans la Galerie Nationale Pavel Tretiakov de Moscou et dans le musée d'Etat russe de Saint-Pétersbourg.

le village de Savvinskaya près de Zvenigorod lors de l'été 1884..jpg

"Le village de Savvinskaya près de Zvenigorod, été 1884"

Huile sur toile   33 x 52 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

Inaugurée en 1972 dans la ville de Ples dans la maison même de Levitan sur les bords de la Volga, le musée Isaac Levitan détient une vingtaine de tableaux et un grand nombre d'études de l'artiste.

Bleuets 1894  Pastel sur carton 62,3 x 47,7 Collection privée..jpg

"Bleuets"    1894 

Pastel sur carton   62,3 x 47,7 cm        Collection privée.

Automne doré    1895 Huile sur toile Huile sur toile  82 × 126 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Automne doré"    1895

Huile sur toile    82 × 126 cm     Galerie Tretyakov, Moscou.

Brise sur la Volga 1895 Huile sur toile 72 x 123 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Brise sur la Volga"      1895

Huile sur toile  72 x 123 cm    Galerie Tretyakov, Moscou.

Crue printanière  1897 Huile sur toile 64,2 x 57, 5 cm  Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Crue printanière"    1897

Huile sur toile   64,2 x 57, 5 cm      Galerie Tretyakov, Moscou.

Mars  1895 Huile sur toile 60 x 75 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Mars"     1895

Huile sur toile 60 x 75 cm Galerie Tretyakov, Moscou.

Pommiers en fleurs 1896 Huile sur carton  17 x 26 cm Galerie Tretyakov, Moscou..jpg

"Pommiers en fleurs"     1896

Huile sur carton  17 x 26 cm       Galerie Tretyakov, Moscou.

Prairie dans les bois  1898 Pastel sur papier 63,5 x 49 cm Musée d'Etat russe, Saint-Pétersbourg..jpg

"Prairie dans les bois"     1898

Pastel sur papier  63,5 x 49 cm     Musée d'Etat russe, Saint-Pétersbourg.

*Un shtetl était un grand village, une petite ville ou un quartier juif en Europe de l'Est avant la Seconde Guerre mondiale.

**Les Ambulants ou Itinérants, en russe "Peredvijniki", est le terme donné aux artistes adeptes d'un mouvement pictural réaliste apparu en Russie en 1863. Ce mouvement était une réaction contre l'enseignement officiel, les sujets imposés et les méthodes de l'Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. La Société des Ambulants, soucieuse de rendre l'art accessible à un vaste public, organisa des expositions itinérantes dans les grandes villes russes jusqu'en 1923.

 

30/07/2016

Ravi Varmâ 1848-1906

Raja_Ravi_Varma.jpgRavi Varmâ, né en 1848 au palais royal de Kilimanoor dans le Kérala, état de l'extrême sud de l'Inde, était un artiste peintre de grande notoriété.
Dès son plus jeune âge, Ravi Varmâ fait preuve d'un certain talent et, à 14 ans, remarqué par le mahârâja Ayilyam Thirunal de l'état princier du Travancore, il reçoit l'enseignement du peintre du palais, Râma Svâmî Nâidû.

En 1868, le peintre britannique Theodor Jenson, invité à Travancore par le mahârâja, lui enseigne la peinture à l'huile.
En 1873, Ravi Varmâ obtient le premier prix lors d'une exposition à Madras et ses œuvres sont exposées à Vienne.

Une famille gitane  1893 Huile sur toile Art Gallery Chitra Sri, Thiruvananthapuram , Kerala..jpg

"Une famille gitane"    1893

Huile sur toile

Art Gallery Chitra Sri, Thiruvananthapuram , Kerala.

En 1874, il remporte une médaille d'or lors de l'exposition de Madras.
En 1880, il gagne le grand prix, la médaille d'or Gâekwâr lors d'une exposition à Poona.

Portrait de Maharani Chimanbai II Huile sur toile c.1882 Maharaja Fateh Singh Museum, Vadodara, Inde..jpg

"Portrait de Maharani Chimanbai II"     c.1882

Huile sur toile  

Maharaja Fateh Singh Museum, Vadodara, Inde.

Invité par les râja de Mysore et de Baroda pour exécuter leur portrait, Madhava Rao, régent de Baroda, lui suggère d'utiliser l'imprimerie pour diffuser son œuvre.

Portrait de Sir T. Madhava Rao, Diwan de Baroda.jpg

"Portrait de Madhava Rao, Diwan de Baroda"

c. 1880       Huile sur toile 

Maharaja Fateh Singh Museum, Lakshmi Vilas Palace, Vadodara (Baroda), Gujarat.

En 1894, Ravi Varmâ installe un atelier de chromolithographie à Bombay.
Célèbre en Inde pour ses illustrations du Mahâbhârata et du Rāmāyana*, très anciens poèmes relatant des épopées mythologiques, les chromolithographies de Ravi Varmâ touchent un immense public.

Sri Shanmukaha Subramania Swami Le dieu indou Kârttikeya (ou Murugan) avec ses consorts sur sa monture (ou Vāhana), un paon..jpg

"Sri Shanmukaha Subramania Swami"

Le dieu indou Kârttikeya (ou Murugan) avec ses consorts sur sa monture, un paon.

Dès la fin du XIX° siècle, les reproductions de ses œuvres inondent le pays et les personnages mythologiques de Ravi Varmâ envahissent l'imaginaire indien. Présents sur les murs des moindres maisons de village, ils sont parfois vénérés au même titre que les murtis**, représentation traditionnelle des divinités hindoues.
Durant son séjour à Bombay, Ravi Varmâ peint les femmes en sari de l'état du Maharashtra.

Femme à la lampe Huile sur toile.jpg

"Femme à la lampe"

Huile sur toile.

Femme en sari  tenant  un éventail  Huile sur toile  Victoria and Albert Museum, Londres..jpg

"Femme en sari  tenant  un éventail

Huile sur toile      Victoria and Albert Museum, Londres.

Voyageant à travers l'Inde, il représente le plus souvent les déesses hindoues sous les traits de femmes de l'Inde du Sud.

Portrait d'une dame aristocratique du Malabar jouant du swarbat  Huile sur toile Art Gallery Sri Jayachama Rajendra, Jaganmohan Palais, Mysore, Karnataka..jpg

"Portrait d'une dame aristocratique du Malabar jouant du swarbat

Huile sur toile

Art Gallery Sri Jayachama Rajendra, Jaganmohan Palais, Mysore, Karnataka.

 

Son succès dépasse très largement les frontières de l'Inde et il expose à Chicago en 1892.

Fille d'un village du nord de l'Inde transportant du lait 1904  Huile sur toile  Art Gallery Chitra Sri, Thiruvananthapuram , Kerala, Inde..jpg

"Fille d'un village du nord de l'Inde transportant du lait"

1904    Huile sur toile

Art Gallery Chitra Sri, Thiruvananthapuram , Kerala, Inde.

Ravi Varmâ, diabétique, est décédé en 1906, à l'âge de 58 ans, dans le palais royal de Kilimanoor.

Quelques-unes de ses œuvres sont exposées à la Sree Chitra Art Gallery du Musée Napier de Thiruvanantapuram.

Femme Malayali jouant de la veena Huile sur toile  Art Gallery Chitra Sri, Thiruvananthapuram, Kerala..jpg

"Femme Malayali jouant de la veena"

Huile sur toile  Art Gallery Chitra Sri, Thiruvananthapuram, Kerala.

Plus de cent ans après sa mort, des reproductions de ses lithographies figurent encore dans de nombreuses maisons de l'Inde et, depuis 2013, un cratère de la planète Mercure porte son nom.
Le gouvernement de l'état du Kerala a institué le prix "Raja Ravi Varma Puraskaram", prix qui est décerné chaque année à quiconque faisant preuve d'excellence dans le domaine des arts et de la culture.

Portrait d'une dame c.1900  Huile sur toile 120 x 86,3 cm National Gallery of Modern Art, New Delhi..jpg

"Portrait d'une dame"       c.1900 

Huile sur toile    120 x 86,3 cm 

National Gallery of Modern Art, New Delhi.

 

*Mahâbhârata et Rāmāyana : Poèmes de langue sanskrite composés entre le III° siècle av. J.-C. et le III° siècle de notre ère. Constitué de sept chapitres et de 24 000 couplets (48 000 vers) relatant deux épopées mythologiques. Le Râmâyana et Mahâbhârata sont des textes fondamentaux de l'hindouisme et de la mythologie hindoue.
**La murti est, dans l'hindouisme, la représentation d'un dieu, permettant sa vision cultuelle. Les dieux ont souvent plusieurs bras, plusieurs têtes et des attributs particuliers. Chaque dieu à son propre vahana, dit véhicule ou monture. Dans la statuaire, la forme prime sur la matière dont est faite la murti. Cependant, certaines matières telles que l'or, l'argent, le bronze ou la pierre, sont associées à certains dieux.

13/03/2016

Emile Henri Blanchon 1845-?

Emile-Henri Blanchon 1845.jpgEmile Henri Blanchon, né à Paris en 1845, était un peintre français.
Elève du célèbre peintre académique Alexandre Cabanel (1823-1889), il est connu pour avoir remporté, avec Henri Gervex (1852-1929), le concours organisé en 1878 pour décorer les murs, le plafond et le couloir de la salle des mariages de la nouvelle mairie du XIX° arrondissement de Paris.
Les deux peintres, tournés vers la modernité, présentent des projets innovants pour l'époque et des scènes de la vie quotidienne de l'arrondissement succèderont aux scènes allégoriques et mythologiques traditionnelles.
Henry Gervex peindra "Le port de La Villette", "Le mariage civil" et "Le Bureau de bienfaisance" et Emile Blanchon, "Le Marché aux bestiaux", "La déclaration de naissance" et "L'école d'adultes ou cours du soir".


Au Salon de 1884, Emile Blanchon présente "Un Fort de la Vallée* - Halles Centrales".

Un Fort de la Vallée - Halles Centrales 1884   Huile sur toile 275 x 148 cm Collection privée..jpg

"Un Fort de la Vallée - Halles Centrales"    1884  

Huile sur toile  108,27 x 58,58 cm     Collection privée.

* "La vallée de la misère" ou plus simplement "La Vallée" était le nom donné au pavillon IV de la volaille et du gibier des Halles centrales dessinées en 1854 par l’architecte Victor Baltard. Cet ancien marché, jadis situé sur le quai de la Mégisserie et le quai des Grands-Augustins, était connu sous la dénomination de "la Vallée de la misère" en raison du grand nombre d’animaux abattus dans des conditions de travail déplorables. Au fil du temps "la Vallée de la Misère" devint plus simplement "la Vallée" et ce vieux nom s’imposa à la nouvelle construction lorsque, dès 1866, les marchands de volailles et de gibiers se sont installés dans le pavillon IV des Halles centrales.

Dans le roman publié en 1873, "Le ventre de Paris", Emile Zola, fait souvent allusion au pavillon de la volaille en utilisant l’expression "la Vallée".

Victor Gabriel Gilbert  Un coin des Halles  c.1880  Huile sur toile 235 x 331 cm  Musée des Beaux-Arts, Bordeaux, France..jpg

Victor Gabriel Gilbert  1847-1933

"Un coin des Halles"   c.1881    Huile sur toile  235 x 331 cm

Musée des Beaux-Arts, Bordeaux, France.

Victor-Gabriel Gilbert  Le marché aux poissons, Halles  centrales   1881.jpg

Victor Gabriel Gilbert 

"Le marché aux poissons, Halles centrales"    1881

Léon Lhermitte  Les Halles 1895 - Huile sur toile 404 x 635 cm  Musée du Petit Palais, Paris..jpg

Léon Lhermitte     "Les Halles"   1895  

Huile sur toile  404 x 635 cm     Musée du Petit Palais, Paris.

Les Forts des Halles.  
L’office des porteurs officiels du marché, créé au XIII° siècle par Saint Louis, regroupe les chasse-marée et la communauté des vendeurs de poisson de mer sur le marché parisien. Suite à l’ordonnance de 1415, les porteurs se voient conférer les titres de “jurés-porteurs" et d’officiers de la Ville de Paris. Nommés par le Prévôt des marchands, ils prêtent serment devant lui et demeurent sous sa compétence directe jusqu’au XVIII° siècle.
A l’image de toutes les corporations, l’office des porteurs est supprimé de 1789 à 1799 avant d’être rétabli au XIX° siècle par Napoléon Bonaparte dans le but d’encadrer et de minimiser les pratiques frauduleuses.

Organisés en syndicats, les porteurs gagneront ensuite leur appellation définitive de “Forts des Halles"**.

fort.JPG

Les conditions d’accès au titre de "Fort" étaient fort rigoureuses.
Les "Forts" devaient être de nationalité française, physiquement très robustes, mesurer plus de 1,67 mètre, avoir plus de 21 ans et moins de 30 ans, être libérés des obligations militaires et posséder un casier judiciaire vierge.
Ils devaient de plus réussir des exercices intellectuels et physiques comportant un test écrit et oral du niveau du certificat d'études primaires ainsi qu’une épreuve de portage d’une charge de 200 kg devant être charriée sur les épaules sur une longueur 60 mètres, soit l’équivalent de la longueur d’un pavillon des Halles.

Les épreuves étaient très sélectives : en moyenne, moins de 40 candidats sur 500 étaient retenus à chaque promotion.

arton679.jpg

      Porte-bouquet en faïence fine à décor imprimé polychrome d’un fort des halles serrant la main d’un boulanger et, en arrière-plan, les affichettes du syndicat de la boulangerie et du bulletin des Halles. Début du XX° siècle  D:19,5 cm.

Le nombre de "Forts" était d'environ 700 membres. Ils étaient répartis en sections, une par pavillon où l'on distingue les Forts à viandes, les Forts à volailles, les Forts à légumes, les Forts des hauts fruits, les Forts des beurres, œufs et fromages, les Forts à poissons, etc.

Un coin de la Halle aux poissons, le matin 1880  Huile sur toile  Palais des Beaux-Arts, Lille, France.jpg

Victor Gabriel Gilbert  1847-1933

"Un coin de la Halle aux poissons, le matin"  1880 

Huile sur toile    Palais des Beaux-Arts, Lille, France.

 les-forts-des.jpg

Organisés hiérarchiquement autour d’un chef qui porte le titre de syndic, chaque membre se voit décerner une médaille, en argent pour le syndic, en cuivre pour le simple "Fort", où figurent les armes de Paris et qui porte au verso le nom et le numéro d’ordre du détenteur.
La tenue traditionnelle du "Fort" se compose d’une blouse de toile bleue et d’un chapeau de feutre à large bord, le coltin, qui, muni d’une calotte de plomb à l’intérieur, permettait de supporter de lourdes charges "coltinées" sur la tête. Le coltin protégeait non seulement la tête mais aussi le cou et les épaules des "Forts".

forts.JPG

Les "Forts" étaient principalement chargés :
  − Du déchargement et du transport des sacs, cageots et colis de marchandises entre les quais de livraison et les stands des grossistes. Rémunérés au tonnage transporté, les "Forts" avaient l’opportunité de changer de secteur au cours de leur carrière en passant de nouvelles épreuves de force. Les secteurs des volailles (pavillon dit de la Vallée*) et des poissons (la Marée), les moins rémunérateurs, étaient les moins convoités.
  − De la surveillance des marchandises, entre le lieu d’arrivage et l’aire de stockage, par les facteurs***.
  − De l’entreposage dans les resserres des denrées non vendues le jour même.
  − Du contrôle du fonctionnement du marché, du respect des poids et des prix.

Louis-Robert Carrier-Belleuse  1848-1913  Porteurs de farine Huile sur toile 1885 Musée du Petit Palais, Paris.jpg

Louis-Robert Carrier-Belleuse  1848-1913    "Porteurs de farine"  1885

Huile sur toile     Musée du Petit Palais, Paris.

"Les Forts à farine" utilisaient une canne qui, tout en assurant l'équilibre, autorisait la répartition du poids de la charge sur trois points d’appui.

Au début du XX° siècle, la disparition du transport à dos d'homme entraîne le déclin de la profession. Le recrutement cesse définitivement à partir de 1952. A cette date, 710 "Forts" sont encore en activité.

0.jpg

Le 22 février 1969, date du transfert du marché à Rungis, les 279 derniers "Forts", reclassés dans l'administration de la préfecture de police, étaient chargés de la surveillance et du contrôle du marché.    
La corporation ne survivra pas aux nouvelles conditions de travail mises en place sur le site de Rungis, elle est aujourd’hui disparue. La plupart des derniers "Forts" furent affectés au sein de la police municipale de la ville de Paris.

 ** A l'origine, le terme "Fort des Halles" ne qualifiait pas une personne ou une fonction mais un édifice conçu en 1848 par les architectes Victor Baltard et Félix Callet. Construit en pierre, lourd, laid, massif et inadapté à la vente, le bâtiment sera démoli en 1853 sur ordre de Louis Napoléon Bonaparte.

***Facteur des halles : intermédiaire entre le producteur et l'acheteur chargé de la vente en gros à la criée des denrées alimentaires apportées dans les pavillons des halles. La loi de 1896, visant à lutter contre la fraude, instaure le titre de mandataire en lieu et place des facteurs. Intermédiaires agréés et contrôlés par la préfecture de la Seine, les mandataires sont chargés de la vente, en gros ou en demi-gros et exclusivement sous les pavillons, des denrées expédiées par les producteurs.

Marie- François Firmin-Girard 1838-1921   Les Halles Baltard, Paris   Pavillon des fleurs  Huile sur panneau  27 x 38 cm  Collection privée..jpg

Marie-François Firmin-Girard    1838-1921  

"Les Halles Baltard, Paris, Pavillon des fleurs"

Huile sur panneau    27 x 38 cm      Collection privée.

20/01/2016

Paja Jovanović 1859-1957

Paja Jovanovic.jpgPaja Jovanović, né en 1859 à Vrsac, ville de la province de Voïvodine, était un peintre académique réaliste serbe.
Dès 1875, à Vienne, il suit les cours de l'école de dessin du professeur Maholca avant d'intégrer l'Académie des Beaux-Arts en 1877.
De 1877 à 1879, durant trois ans, il suit les cours de l'allemand, peintre d'histoire, Christian Griepenkerl (1839 -1912). Durant toutes ses vacances, il voyage et peint dans les Balkans, notamment sur le rivage du Monténégro, en Albanie, en Bosnie-Herzégovine et dans le sud de la Serbie.

La danse du ventre c.1880.jpg

                  "La danse du ventre"         c.1880

De 1880 à 1883 il intègre la classe du célèbre peintre orientaliste autrichien Leopold Carl Müller (1834-1892).
En 1882, il reçoit le second prix pour "Le Monténégrin blessé", tableau présenté lors de l’exposition annuelle de l’Académie. Une bourse impériale lui est également attribuée.

Le Monténégrin blessé  1882  Huile sur toile 114 x 186 cm Galerie de la Matica, Novi Sad, Serbie..jpg

"Le Monténégrin blessé"      1882 

Huile sur toile 114 x 186 cm    Galerie de la Matica, Novi Sad, Serbie.

Dès la fin de ses études, Leopold Carl Müller le présente au marchand d'art anglais Thomas Wallis. Ce dernier lui propose de peindre des scènes de genre typiques des Balkans pour la galerie française de Londres. Ce contrat sera ensuite renouvelé jusqu'en 1889.

Le repos de l'Albanais c.1890.jpg

"Le repos de l'Albanais"      c.1890

En 1885, Jovanović installe un atelier à Vienne.

Le repos de la sentinelle  c.1890.jpg

"Sentinelle au repos"    c.1890

En 1885 et 1886, sur les conseils de Thomas Wallis, Jovanović voyage et travaille en Afrique du Nord et en Egypte.

Les charmeurs de serpents  1887.jpg

"Les charmeurs de serpents"     1887

En 1888, à l'âge de 29 ans, il est élu membre à part entière de l'Académie royale de Serbie.

Les combat de coqs 1888 Huile sur bois 76 x 55 cm Galerie de la Matica, Novi Sad..jpg

"Les combat de coqs" 1888

Huile sur bois 76 x 55 cm Galerie de la Matica, Novi Sad.

Les gardiens de la porte 1888-89.jpg

"Les gardiens de la porte"      1888-89

En 1889, Jovanović s'installe Paris et signe un nouveau contrat avec le galiériste londonien Arthur Tooth.

Le fauconnier c.1890-95.jpg

"Le fauconnier"     c.1890-95

A partir de 1895, Jovanović exécutera principalement des compositions historiques.

Un albanais en sentinelle 1896 Huile sur panneau 46 x 35 cm Collection privée..jpg

"Un albanais en sentinelle"   1896

Huile sur panneau  46 x 35 cm       Collection privée.

Il voyage et travaille à Munich, en Espagne, en Italie, en Suisse, dans le Caucase, à Constantinople et en Egypte.
Son travail est exposé à Vienne, Berlin, Londres et Rome.
En 1900, il reçoit une médaille d'or lors de l'Exposition Universelle de Paris.

Les vendanges  1905 Huile sur toile Panneau central du triptyque  Musée de la ville de Vrsac, Serbie..jpg

"Les vendanges"   1905

Huile sur toile

Panneau central du triptyque      Musée de la ville de Vrsac, Serbie.

Après 1905, devenu fort célèbre, il exécute des portraits pour une clientèle fortunée.

Portrait de la reine Marie de Yougoslavie c.1925 Huile sur toile 210 x 102 cm Musée national de Serbie,Belgrade..jpg

"Portrait de la reine Marie de Yougoslavie"    c.1925

Huile sur toile  210 x 102 cm     Musée national de Serbie,Belgrade.

Parmi ses nombreux portraits figurent celui du sculpteur Djordje Jovanović (1861-1953), de Mihajlo Pupin et du peintre Simington.

Portrait de Mihajlo Pupin 1903 Huile sur toile 96 x 114 cm Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Portrait de Mihajlo Pupin"       1903

Huile sur toile 96 x 114 cm Musée national de Serbie, Belgrade.

Portrait du peintre  Simington 1902-03 Huile sur toile, 76,5 x 99 cm Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Portrait du peintre Simington"      1902-03

Huile sur toile 76,5 x 99 cm      Musée national de Serbie, Belgrade.

Il peint également très souvent Muni, sa femme qui fut aussi son modèle.

Portrait de Muni 1916-1918 Huile sur toile marouflée sur isorel 65 x 53 cm Collection privée..jpg

"Portrait de Muni"   1916-1918

Huile sur toile marouflée sur isorel  65 x 53 cm  Collection privée.

Après la seconde guerre mondiale, Jovanović réside quelque temps à Belgrade et à Bucarest avant de repartir pour Vienne.
Paja Jovanović est décédé à Vienne en 1957 à l'âge de 98 ans.
Paja Jovanović et son compatriote Uros Predic (1857-1953), furent les chefs de file de la peinture académique et réaliste en Serbie.

Muni, femme de l'artiste, c.1925 Huile sur toile  73 x 99 cm Galerie de la Matica, Novi Sad..jpg

"Muni, femme de l'artiste"       c.1925

Huile sur toile 73 x 99 cm   Galerie de la Matica, Novi Sad.

Fort populaire et célèbre à son époque, Jovanović, inspiré par l’histoire de son pays natal, eut une grande influence sur les beaux-arts et la culture serbe.

Portrait d'un Serbe Huile sur toile 41 x 34 cm Collection privée..jpg

"Portrait d'un Serbe"

Huile sur toile 41 x 34 cm Collection privée.

Ses œuvres se trouvent dans de nombreux musées européens et le musée Paja Jovanović de Belgrade comporte plus de 200 œuvres signées de la main du peintre.

25/12/2015

Arturo Michelena 1863-1898

Arturo Auto retrato 1890.JPGFrancisco Castillo Arturo Michelena dit Arturo Michelena, né en 1863 à Valencia dans l'état de Carabobo, était un peintre vénézuélien.
Artiste précoce, il débute sous la tutelle de son père, le peintre Juan Antonio Michelena (1832-1918).
Il suit également les cours de la française Constance de Sauvage, disciple du peintre romantique Eugène Devéria (1805-1865).
Dès l'âge de 14 ans, il est chargé d'illustrer un livre traitant des coutumes du Venezuela.
Entre 1879 et 1882, pour répondre à des commandes de portraits, il ouvre, en association avec son père, une académie de peinture à Valencia.

Portrait de Maria Tello Mendoza 1889 Huile sur toile 61 x 50 cm Collection privée..JPG

"Portrait de Maria Tello Mendoza"    1889

Huile sur toile  61 x 50 cm       Collection privée.

Titulaire d'une bourse d'études, il se rend à Paris. En 1884, Il intègre l'académie Julian et suit les cours du peintre réaliste Jean-Paul Laurens (1838-1921).

La visite électorale  1886  Huile sur toile Collection privée..jpg

"La visite électorale"      1886 

Huile sur toile        Collection privée.

Dès 1885, il expose au Salon des Artistes Français. En 1887, son tableau, "L'enfant malade" reçoit une médaille d'or, plus haute distinction décernée à l'époque par l'Académie à un artiste étranger.

L'enfant malade 1886  Huile sur toile 80,4 x 85 cm Galerie Nationale d'Art, Caracas, Venezuela..jpg

"L'enfant malade"     1886 

Huile sur toile 80,4 x 85 cm    Galerie Nationale d'Art, Caracas, Venezuela.

En 1889, lors de l'Exposition universelle de Paris, une de ses toiles, "Charlotte Corday" reçoit une nouvelle médaille d'or.

Charlotte Corday menée à son exécution Huile sur toile 1889 National Art Gallery, Caracas..jpg

"Charlotte Corday menée à son exécution"    1889

Huile sur toile       National Art Gallery, Caracas.

En 1889, de retour au Venezuela, il est accueilli avec enthousiasme à Caracas.

La jeune mère 1889  Huile sur toile 172 x 141,8 cm National Art Gallery, Caracas..JPG

"La jeune mère"     1889 

Huile sur toile 172 x 141,8 cm    National Art Gallery, Caracas.

Dès 1890, Michelena effectue un nouveau séjour de travail à Paris. il y peindra quelques unes de ses œuvres majeures dont "Penthésilée" en 1891.

Penthésilée  reine mythologique grecque 1891 Huile sur toile..jpg

"Penthésilée"    Reine mythologique grecque    1891

Huile sur toile.

Nature morte 1891 Huile sur toile 80,5 x 100,3 cm National Art Gallery, Caracas, Vénézuela..jpg

"Nature morte"       1891

Huile sur toile 80,5 x 100,3 cm  National Art Gallery, Caracas, Vénézuela

La traite  1892 Huile sur toile 78 x 98 cm Collection privée..JPG

"La traite"      1892

Huile sur toile  78 x 98 cm      Collection privée.

En 1893, souffrant de tuberculose, Michelena est de retour au Venezuela.

Roses  Huile sur toile 1894 50,5 x 40,3 cm Collection privée..jpg

"Roses"     1894

Huile sur toile  50,5 x 40,3 cm       Collection privée.

Glaïeuls 1894. Huile sur toile 100 x 60 cm  Collection privée..JPG

"Glaïeuls"     1894

Huile sur toile  100 x 60 cm        Collection privée.

Portraitiste officiel et peintre à la mode, il exécute les portraits de personnalités tel celui du général Joaquin Crespo, président par deux fois du Venezuela.

Portrait équestre du général Joaquin Crespo 1897 Huile sur toile 346 x 253 cm Palais de Miraflores, Caracas..jpg

"Portrait équestre du général Joaquin Crespo"   1897

Huile sur toile  346 x 253 cm     Palais de Miraflores, Caracas.

Michelena peindra encore durant quelques années quelques scènes d'histoire célèbres dans son pays.

Francisco de Miranda dans la prison de San Fernando 1896 Huile sur toile 196,6 x 245,5 cm National Art Gallery, Caracas..JPG

"Francisco de Miranda dans la prison de San Fernando"  1896

Huile sur toile  196,6 x 245,5 cm    National Art Gallery, Caracas.

Plusieurs de ses œuvres restant inachevées, Arturo Michelena est décédé à Caracas en 1898, à l'âge de 35 ans.

Les chiots Huile sur toile.jpg

"Les chiots"       Huile sur toile

Cascade Catuche 1898 Huile sur toile 101 x 61 cm Galerie Nationale d'Art, Caracas.jpg

"Cascade Catuche"     1898

Huile sur toile 101 x 61 cm     Galerie Nationale d'Art, Caracas.

Avec Martín Tovar y Tovar (1827-1902) et Cristóbal Rojas (1857-1890), Arturo Michelena fut l'un des plus grands peintres vénézuéliens du 19ème siècle.

19/12/2015

Vlaho Bukovac 1855-1922

Vlaho Bukovac.jpgVlaho Bukovac, né Biagio Faggioni en 1855 à Cavtat, petite ville de Dalmatie, était un artiste peintre croate.
Né d'un père italien et d'une mère croate, Biagio Faggioni, influencé par le poète Medo Pucić (1821-1882), prendra le nom de Vlaho Bukovac en 1877.
En 1877, aidé par Medo Pucić et l'évêque Josip Juraj Strossmayer, mécène et fondateur de l'Académie croate des sciences et des arts, Bukovac se rend à Paris où il intègre l'École des Beaux-Arts pour y suivre les cours d'Alexandre Cabanel (1823-1889). Dès 1878, Bukovac expose au Salon de Paris.

Le violiniste Armando Meneghello 1885 Huile sur toile  44,5 x 31,5 cm Galerie des Beaux-Arts, Split, Croatie..jpg

"Le violiniste Armando Meneghello"   1885

Huile sur toile 44,5 x 31,5 cm   Galerie des Beaux-Arts, Split, Croatie.

Fleur 1887 Huile sur toile 127 × 97 cm Collection privée..jpg

"Fleur"    1887

Huile sur toile 127 × 97 cm     Collection privée.

Au printemps 1890 Huile sur panneau 65,5 x 46 cm Collection privée..jpg

"Au printemps"     1890

Huile sur panneau   65,5 x 46 cm     Collection privée.

Durant quinze ans, jusqu'en 1893, il présentera des paysages, des nus et des portraits aux Salons parisiens.

Portrait de Katarine Bibice 1891  Huile sur toile 60 x 48 cm Collection privée..jpg

"Portrait de Katarine Bibice"    1891 

Huile sur toile  60 x 48 cm         Collection privée.

Dès 1886, entré en relation avec les marchands d'art de Londres, Vicars Brothers, il effectue plusieurs voyages en Angleterre où il exécute nombre de portraits.

Jeune homme à la pipe 1891 Huile sur toile 46 x 38 cm Collection privée..jpg

"Jeune homme à la pipe"    1891

Huile sur toile  46 x 38 cm      Collection privée.

En 1893, de retour à Zagreb, Bukovac devint très vite le chef de file de nombreux événements culturels et artistiques. Organisateur de la première exposition artistique au palais de l'Académie, il initie le projet de construction du Pavillon des arts de Zagreb en 1895.

Portrait de Gustav Pongratz 1893 Huile sur toile 130 x 93 cm Collection privée..jpg

"Portrait de Gustav Pongratz"     1893

Huile sur toile  130 x 93 cm      Collection privée.

En 1896, Bukovac participe à l'exposition commémorative du millénaire de Budapest.

Portrait de Miss Berger 1897 Huile sur toile 85 x 110 cm  Collection Moderna galerija, Zagreb..jpg

"Portrait de Miss Berger"     1897

Huile sur toile  85 x 110 cm    Collection Moderna galerija, Zagreb.

En 1897, devenu l'un des membres les plus éminents de "l'école multicolore" de Zagreb, il incite les jeunes artistes à délaisser la "Société Académique" et fonde la "Société des Artistes Croates".

Baronne Rukavina 1898 Huile sur toile 53 x 64 cm Musée national de Serbie Belgrade..jpg

"Baronne Rukavina"    1898

Huile sur toile 53 x 64 cm   Musée national de Serbie, Belgrade.

Portrait d'une jeune femme 1900 Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Portrait d'une jeune femme"    1900

Musée national de Serbie, Belgrade.

En 1898, la "Société des Artistes Croates" organise sa première exposition, le "Salon croate". En désaccord avec le peintre académique, Izidor Kršnjavi (1845-1927), Bukovac quitte Zagreb et se retire dans sa ville natale de Cavtat jusqu'en 1902.

Rêveries 1905  Huile sur toile 58 x 43 cm Collection privée..jpg

"Rêveries"      1905

Huile sur toile   58 x 43 cm        Collection privée.

En 1900, Bukovac participe à l'Exposition Universelle de Paris.

En 1903, il est nommé professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Prague. Il y enseignera durant près de vingt ans.

Portrait de Branko Radulovic 1910 Huile sur toile Musée Bukovac, Cavtat, Croatie..jpg

"Portrait de Branko Radulovic"     1910

Huile sur toile       Musée Bukovac, Cavtat, Croatie.

En 1915, une exposition de son travail est organisée à Prague.

Portrait d'une jeune artiste 1914  Huile sur toile 125 x 90 cm Collection privée..jpg

"Portrait de la fille de l'artiste"    1914 

Huile sur toile  125 x 90 cm         Collection privée.

Portraitiste de grande notoriété, Bukovac était membre honorifique de l'Académie royale de Serbie.

Alexander I, Roi de Serbie, Croatie et Slovenie  1922  Huile sur toile  85 x 115 cm Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Alexander II, Roi de Serbie, Croatie et Slovènie"  1922 

Huile sur toile   85 x 115 cm    Musée national de Serbie, Belgrade.

Vlaho Bukovac est décédé à Prague en 1922 à l'âge de 67 ans. Il repose dans son village natal de Cavtat.

Depuis 1964, la maison de son enfance est devenue le musée Vlaho Bukovac.

Self Portrait  1914 Huile sur toile 50 x 40 cm Collection privée..jpg

"Self Portrait"    1914

Huile sur toile  50 x 40 cm      Collection privée.

Vlaho Bukovac fut l'un des plus remarquables peintres croates. Influençant toute une génération de jeunes artistes, il est considéré comme l'un des fondateurs de la peinture croate moderne.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique