logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/02/2014

Michel-Jean Cazabon 1813-1888

Considéré comme le premier peintre trinidadien de renommée internationale, Michel-Jean Cazabon est né en 1813 à Corinth Estate, à proximité de San Fernando, sur l'île de Trinité.
Issu d'une famille martiniquaise aisée, Cazabon étudie en Angleterre au St Edmund's College de Ware de 1826 à 1830.
De retour à Trinidad en 1830, il se rend ensuite à Paris en 1837 où il suit les cours de Paul Delaroche (1797-1856) à l’école des Beaux-arts.
Comme nombre de peintres à l'époque, Cazabon effectue plusieurs voyages en France et en Italie pour y peindre des paysages.

Bateau de pêche dans  la baie de Naples  1843  Huile sur toile 38 x 46,3 cm Collection privée.jpg

"Bateau de pêche dans la baie de Naples"   1843 

Huile sur toile  38 x 46,3 cm     Collection privée.

Village près de Noyon, Oise, France  1845  Huile sur toile 27.2 x 35.6cm Collection privée..jpg

"Village près de Noyon"  Oise, France  1845

Huile sur toile  27.2 x 35.6cm      Collection privée.

 Bord de rivière, France  Huile sur toile 30.4 x 24.2 cm Collection privée..jpg

 

 

 

 

 

 

"Bord de rivière

France 

Huile sur toile  30.4 x 24.2 cm

Collection privée.

 

 Il côtoie les artistes de l’école de Barbizon tels que Théodore Rousseau (1812-1867), Jean-François Millet (1814-1875), Jules Dupré (1811-1889) et Jean-Baptiste Camille Corot (1796-1875).

Sur la plage  Huile sur toile 22 x 33 cm Collection privée.jpg

"Sur la plage"   Huile sur toile 22 x 33 cm   Collection privée.

Fait remarquable pour un artiste de couleur, Cazabon expose au Salon du Louvre de Paris en 1839, puis, chaque année, de 1843 à 1847.

La Tour de L'horloge, Vire, Normandie, France 1846.jpg

"La Tour de L'horloge, Vire"     Normandie, France   1846 

Collection privée.

Revenu d'un séjour en Trinité en 1845, Cazabon publie en 1851 à Paris une série de dix-huit lithographies, "Vues de la Trinité, 1851".

Vue depuis le mont  Tamana, Trinidad.jpg

"Vue depuis le mont Tamana, Trinidad"

En 1852, Cazabon revient définitivement à Trinité et s'installe à Port of Spain en qualité de peintre paysagiste et de professeur d’art.

Arches de bambou, Chaguaramas, Trinidad.jpg

"Arches de bambou, Chaguaramas"   Trinidad.

Femme au parasol  Aquarelle 35,56 x 25,4 cm.jpg

"Femme au parasol"       Aquarelle  35,56 x 25,4 cm

cazabon 4.jpg

"Trinidad, River"

Les îles de La Trinité, devenues officiellement colonie anglaise depuis la "Paix d'Amiens" de 1802, furent, de 1846 à 1854, placées sous l'autorité du gouverneur  George Harris. Ce gouverneur, devenu très vite le protecteur et le mécène de Cazabon, lui passa de nombreuse commandes de paysages.

Caledonia and Craig Islands, Trinidad and Tobago   Aquarelle  Belmont House, Faversham, Kent, Angleterre.jpg

"Caledonia and Craig Islands"    Trinidad and Tobago  

Aquarelle     Belmont House, Faversham, Kent, Angleterre.

La collection de 44 peintures du baron anglais George Harris figure aujourd'hui dans la maison de famille de Belmont, dans le Kent, en Angleterre. Il s'agit de l'une des plus importantes collections de paysages de l'île au XIX° siècle.

Maraval Valley, Trinidad  Aquarelle  Belmont House, Faversham, Kent, Angleterre.jpg

"Maraval Valley"      Trinidad     Aquarelle 

Belmont House, Faversham, Kent, Angleterre.

En 1857, Cazabon publie une seconde série de dix-huit lithographies de paysages, "Album  de la Trinité".

Maraval River, Trindad   Aquarelle.jpg

"Maraval River, Trindad"         Aquarelle

Visite d'une plantation, Trinidad.JPG

"Visite d'une plantation, Trinidad"

En 1860, en collaboration avec le photographe Hartmann, il publie une série de seize lithographies intitulée "Album de Demerara".

Bosquet de bambou, Trinidad.jpg

"Bosquet de bambou, Trinidad"

Vallée de Santa Cruz, Trinidad   Huile sur toile 46 x 36 cm.jpg

"Vallée de Santa Cruz, Trinidad"     Huile sur toile 46 x 36 cm.

Il collabore également à la réalisation de "l'Album Martiniquais" publié par Hartmann et le peintre-lithographe Eugène Cicéri (1813-1890).

Bosquet de bambou, Basse Pointe, Martinique  1850 Aquarelle sur  papier 20 x 25 cm Collection privée..jpg

"Bosquet de bambou"    Basse Pointe, Martinique   1850

Aquarelle sur papier 20 x 25 cm        Collection privée.

En 1862, Cazabon s'installe dans la ville de Saint-Pierre en Martinique. Saint-Pierre était dit à l'époque "Le petit Paris" et l'artiste espère y retrouver l'environnement intellectuel et mondain qu'il avait connu en métropole. 

Fonds St Denis, Martinique 1862 Aquarelle sur papier 21.9 x 30.8 cm Collection privée..jpg

"Fonds Saint Denis, Martinique"      1862

Aquarelle sur papier 21.9 x 30.8 cm      Collection privée.

La côte et le bureau des douanes, St Pierre, Martinique 1862-70  Aquarelle sur  papier  24,13 x 34,92 cm     Collection privée..jpg

  "La côte et le bureau des douanes"   Saint-Pierre, Martinique  1862-70 

Aquarelle sur papier  24,13 x 34,92 cm       Collection privée.

Rivage de la Martinique  Huile sur toile 44,5 x 54,5 cm.jpg

"Rivage de la Martinique"       Huile sur toile 44,5 x 54,5 cm

Après avoir vainement tenté durant quelques années de trouver une reconnaissance artistique à Saint-Pierre, Cazabon revient en Trinité en 1870.

La rivière, Belmont, Trinidad   c.1870.jpg

"La rivière, Belmont"    Trinidad      c.1870

Vue de Carenage, Trinidad.jpg

"Vue de Carenage, Trinidad"

Michel-Jean Cazabon ne retrouvera plus le statut social qu'il avait autrefois connu. Profondément déçu, il n'en continuera pas moins de peindre jusqu'à la vie de sa vie.

Jeune mulâtre   Aquarelle 29 x 21,5 cm Collection privée..jpg

"Jeune mulâtre"    Aquarelle 29 x 21,5 cm    Collection privée.

Sur la rivière   Caroni, Trinidad  Aquarelle et gouache sur  papier 14 x 22,2 cm Collection privée.jpg

"Sur la rivière Caroni, Trinidad

Aquarelle et gouache sur papier  14 x 22,2 cm     Collection privée.

Marchande  Aquarelle  35,56 x 25,4 cm.jpg

"La marchande"        Aquarelle  35,56 x 25,4 cm.

Décédé en 1888, Michel-Jean Cazabon est inhumé dans le cimetière Lapeyrouse de Port of Spain.

Port of Spain, Trinidad.jpg

   "Port of Spain, Trinidad"

Chute d'eau, Trinidad   Aquarelle sur papier 35.5 x 25.5 cm  Collection privée..jpg

 

 

 

 

 

 

 

"Chute d'eau, Trinidad"  

Aquarelle sur papier 35.5 x 25.5 cm

Collection privée.

 

 

Outre des collections privées à Trinité et à l'étranger, plusieurs de ses œuvres figurent dans le musée national et galerie d'art de la Trinité de Port of Spain.

31/07/2012

Jurij (Georg) Subic 1855-1890

George Subic (1855-1890), peintre slovène.jpgJurij (Georg) Subic, né à Poljane en 1855, était un peintre et fresquiste slovène.
Issu d'une famille d'artistes, il reçoit une formation initiale dans l'atelier de son père Štefan avant de travailler à Ljubljana dans l'atelier du peintre nazaréen Janez Wolf  (1825-1884).

Il intègre ensuite l'Académie des Beaux-Arts de Vienne de 1873 à 1875 où il étudie sous Joseph von Führich (1800-1876) et Christian Griepenkerl (1839-1916).


En 1879 et 1880, Subic se rend à Athènes pour y réaliser des copies de fresques de Pompéi dans la résidence de l'archéologue allemand Heinrich Schliemann.  

De 1880 à 1890, Jurij Subic s'installe à Paris où il travaille aux côtés du peintre tchèque Vojtěch  Hynais (1854-1925) et du hongrois Mihály Munkácsy (1844-1900).
Subic exposera aux Salons de 1883 et de 1884.
En 1882, accompagné du peintre français Gabriel Desrivières (1857-ap.1929), il effectue un premier séjour en Normandie.

 Le peintre Gabriel Desrivieres  1890.JPG

"Le peintre Gabriel Desrivières"   1890

huile sur toile  31 x 21 cm   Slovenian National Gallery, Ljubljana

La vieille couturière 1882  The Slovenian National Gallery.jpg

"La vieille couturière"  1882   huile sur toile 39 x 29 cm

Slovenian National Gallery, Ljubljana

Influencé par les artistes de Barbizon, il y peindra quelques paysages en plein air tels "Le verger", "Le Jardinier" et "Avant la chasse" qui sera la première peinture slovène acceptée au Salon de Paris en 1883.

Avant la chasse  1883  Slovenian National Gallery.jpg

"Avant la chasse"  1883     huile sur toile  87 x 65.5 cm

Slovenian National Gallery, Ljubljana

Au cours de son séjour parisien, Sujic se rendra régulièrement en Slovénie pour y peindre essentiellement des portraits d'un grand réalisme. Exécuté en 1885, le portrait d'Ivan Tavcar, écrivain et futur maire de Ljubljana en 1911, est l'un de ses tableaux les plus représentatifs.

Ivan Tavcar  1885  huile sur toile 137 × 101 cm   The Slovenian National Gallery.jpg

"Ivan Tavcar"   1885     huile sur toile 137 × 101 cm

Slovenian National Gallery, Ljubljana

En 1890, Subic se rend en Allemagne, près de Leipzig, pour y décorer les chambres du château de Raschwitz. Il décédera durant ce travail.

Le Jardinier 1882.jpg

"Le Jardinier"  1882    huile sur toile 26,3 x 18,5 cm

Slovenian National Gallery, Ljubljana

Jurij Subic fut le premier représentant de la peinture de plein-air en Slovénie.

A Lubiana, la Galerie Nationale de Slovénie possède une très belle collection de son travail.

21/06/2006

Adolphe-Félix CALS 1810-1880 "l'inventeur de l'impressionnisme"

Paris 1810 - Honfleur 1880


« Hélas, mon ami, je comprends de moins en moins où vous voulez aller. Vos paysages, voyez-vous, eh bien, pardonnez-moi de vous parler aussi brutalement... mais c'est aussi mauvais que ce que fait ce - comment l'appelez-vous ? - ce Corot ; oui, c'est cela, Corot. Vous me rappelez cela... Voilà où vous en êtes, mon pauvre Cals ! Je vous le dis comme je le pense. » Léon Cogniet à son élève Cals -

L'apprentissage chez le graveur Anselin à Paris lui profite plus que le passage dans l'atelier de Léon Cogniet. Il fit très tôt de la peinture une pratique du bonheur - ainsi le voyait son biographe Arsène Alexandre - ...... Il peignait parfois avec Daubigny autour de Paris et partageait avec lui la même attirance pour les tons rompus et voilés. Ses débuts furent aussi ceux d'un sage portraitiste exposant régulièrement depuis 1835 portraits et paysages au Salon annuel .....
Il osera cependant en 1863 le Salon des Refusés et se retrouvera aux côtés des intransigeants pour l'exposition de 1879 avec Degas, Forain, Monet, Pissarro, Zandomeneghi... . il fut sorti par le père Martine et le Comte Doria ....

Commence alors la seconde période de sa vie. Sa manière, moins brune, est toute aussi profonde et fouillée. Les tonalités plus grises établissent le lien avec deux peintres qu'il admirait profondément, Corot et Jongkind. On trouve à cette époque beaucoup de figures absorbées dans des taches quotidiennes, dans la grande tradition de Rembrandt et de Chardin.

À partir de 1871 Cals partagea sa vie entre Paris et Honfleur. Son amitié avec Jongkind, puis, lorsqu'il s'installe à Honfleur en 1873, ses relations avec les peintres de la Ferme Saint-Siméon, le placent dans les précurseurs de l'impressionnisme, avec des oeuvres comme soleil couchant à Honfleur en 1873, ou le déjeuner à Honfleur de 1875 - Musée d'Orsay à Paris - ... Il prit part aux expositions des Impressionnistes, dès la première en 1874 - à l'invitation de Claude Monet - puis en 1876, 1877, 1879 et 1881...

Cals

Cals se retrouve désormais seul avec sa fille à Honfleur pour y vivre des jours heureux. Sa manière est toujours entachée de ce gris qui fera dire à Victor Jannesson dans un ouvrage sur Cals daté de 1913 : « Pour notre part, nous préférerions encore un léger excès de cette couleur qui est celle des temps couverts, à la profusion de violet dont certains peintres inondent aujourd'hui leurs tableaux, sous prétexte qu'on en voit partout dans la nature - eux, mais pas nous - et que cette teinte, disent-ils, est favorable à la perspective .».

Les années 70 jusqu'à la mort de l'artiste en 1880 engendrent une troisième manière, « la plus large de toutes, la plus puissante, et la plus vraiment humaine » .... Il se concentre sur la mer, le port, les métiers de la marine, motifs sévères et graves encore. Les personnages sont enfouis en eux-mêmes et eux-mêmes enfouis dans la peinture...........
Le Musée Eugène Boudin conserve cinq portraits peints par Cals : ceux de Monsieur et Madame Martin, celui de Claudine sa servante, celui de sa fille, Marie et celui d'une femme de Honfleur. Firmin Martin, évoqué par un portrait en clair obscur, dans la veine de Rembrandt, est un des marchands de peintures de Barbizon et des pré-impressionnistes. Les portraits de Cals, sensibles, laissent transparaître l'âme du modèle ....

« Que depuis plus de vingt cinq ans la meilleure critique proclame que Adolphe Félix Cals est le véritable inventeur de l'impressionnisme ne change rien à son déficit de notoriété. Le terme a peu de sens en l'histoire de l'art, cependant Cals a bien empiriquement mis au point cette touche courte, régulière et surtout transparente qui restitue les vibrations de la lumière gris-bleu et donne ce sentiment d'espace et de liberté .....

De la génération à laquelle il est associé, Cals est le plus âgé. Il est né en 1810. C'est pourquoi, dans sa quête solitaire, modeste et inventive des impressions méditatives, si proche de Monet des années 80 entre Etretat et Giverny, il constitue le chaînon méconnu entre Corot et le plein impressionnisme éclatant. ....

Comme Courbet, Huet, Corot, Monet, Cals, appartient bien à ce courant de la peinture qui cherche à transcrire cette physique des éléments, si manifeste en Normandie, aussi primordiale que la captation de la lumière .»

Adolphe Félix Cals

20/06/2006

Stanislas LEPINE Caen, 1836-Paris,1892

Stanislas Lépine vint à Paris en 1855 et entra en apprentissage en 1860 dans l'atelier de Corot, dont il copia certains tableaux. Il rencontra Fantin-Latour qui, plus d'une fois, dut lui venir en aide financièrement. Lépine , par l'éclaircisement de sa palette , sut comprendre l'esprit de son maître conservant toujours comme lui le goût passionné de la nature. Inconnu à son époque, il resta toujours à l'écart de toute vie de groupe. Il exposa pour la première fois en 1859 et ne cessa jamais d'envoyer de ses peintures aux salons.Il préfigura les peintres impressionnistes avec lesquels il exposa d'ailleurs en 1874.

Paris, le pont des Arts peint entre 1878 et 1883 et La vue de la Seine et du Trocadéro sont, par bien des aspects, représentatifs de l'art de Lépine, peintre inconditionnel de Paris et tout particulièrement des quais de la Seine. Dans ces paysages au sein desquels la figure humaine est souvent pratiquement exclue ou réduite à l'état de pictogramme . L'artiste a su rendre avec sensibilité l'atmosphère de la saison dans cette scène où l'on distingue, à droite, le dôme de l'Institut de France et, au fond, les tours de Notre-Dame. L'absence quasi totale d'agitation illustre, tout autant que la palette nuancée, la délicatesse des paysages de Lépine.
Observateur attentif des conditions et des changements atmosphèriques , Lépine aimait à jouer de tons gris délicats qui lui suffisaient pour noter avec exactitude la qualité de la lumière. Sa palette est ainsi plus claire que celle des peintres de l'école de Barbizon et l'on considère souvent Lépine, avec Boudin et Cals, comme un de ceux qui, avec à peine quelques années d'avance, préparèrent la voie aux paysages impressionnistes.

Lépine ......la rue saint vincent ..montmartre

Stanislas Lépine choisit comme thème de ses compositions les rives de la Seine, le bassin de la Villette, la proche banlieue. La rue Saint-Vincent suggère le décor quotidien familier au peintre qui vécut à Montmartre, vieux village englobé par Paris lors de la réforme administrative de 1859 (création de huit nouveaux arrondissements à Paris). Longée de bâtisses aux façades irrégulières, inclinées, aux toits pentus découpant le ciel, se mêlant aux frondaisons, tortueuse, étroite, accidentée, la rue évoque ici la ville "d'Ancien Régime". Visage du Paris pré-hausmmannien, la rue Saint-Vincent s'anime au premier plan de figures pittoresques. Cette toile évoque le Paris de Balzac : rues étroites, sales, mal éclairées ou encore celui décrit par Zola dans L'Assommoir (1877) : " La maison paraissait d'autant plus colossale qu'elle s'élevait entre deux petites constructions basses, chétives, collées contre elle ; et, carrée, pareille à un bloc de mortier gâché grossièrement, se pourrissant et s'émiettant sous la pluie, elle profilait, sur le ciel clair, au-dessus des toits voisins, son énorme cube brut, ses flancs non crépis, couleur de boue, d'une nudité interminable de murs de prison. Les fenêtres sans persiennes montraient des vitres nues, d'un vert glauque d'eau trouble... Du haut en bas, les logements trop petits crevaient au-dehors, lâchaient des bouts de leur misère par toutes les fentes...".

Stanislas Lépine

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique