logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/01/2017

Charles Castellani 1838-1913

Charles Castellani.jpgCharles Castellani-Leonzi, né à Bruxelles en 1838, était un peintre de batailles.
Naturalisé français en 1874, Charles Castellani est décédé à Bois-le-Roi en 1913.

Les zouaves pontificaux à La bataille de Loigny 1879  Huile sur toile Musée de L'Armée, Paris..jpg

"Les zouaves pontificaux à La bataille de Loigny"   1879 

Huile sur toile            Musée de L'Armée, Paris.

Vers 1875, Charles Castellani eut l'idée de créer ses propres panoramas, spectacle pictural très en vogue à l'époque.
Exposés dans de grandes villes européennes telles Rome, Londres, Bruxelles, Madrid, les panoramas de Castellani connaissaient le succès.
En 1881, à Paris, dans une rotonde installée près de la place de la République, au 26 rue de Bondy, il ouvrit le "Grand Panorama National Français". Des panoramas de batailles et d'histoire y étaient proposés au public.
En 1883, après l'avoir exposé à Vienne, Castellani proposa au public un panorama consacré à la Commune de Paris.

Affiche Auteur inconnu Lithographie 60 x 40 cm 1883 Bibliothèque nationale de France..jpg

"La Commune  de Paris"    1883   Auteur inconnu

Lithographie 60 x 40 cm       Bibliothèque nationale de France.

La peinture panoramique de l'époque étant essentiellement dédiée à la représentation héroïque de la guerre de 1870 et au siège de Paris, le sujet était inédit.
Les dernières lois d'amnistie votées le 11 juillet 1880, La Commune n'était plus d'actualité et, Castellani étant ouvertement hostile à cette révolution, il pouvait paraître fort étonnant que l'artiste ait consacré un panorama à cet événement historique. (cf "Confidences d'un panoramiste, Aventures et Souvenirs" par Charles Castellani édité en 1895.)
Le panorama de la Commune exécuté par Castellani en 1883 fut certainement le seul consacré à cet événement.

Affiche Léon Choubrac dit Hope 1847-1885 France Lithographie 60 x 40 cm 1883 Bibliothèque nationale de France..jpg

 Léon Choubrac dit Hope   1847-1885      France

Lithographie 60 x 40 cm   1883    Bibliothèque nationale de France.

Ce panorama recèle de nombreuses zones d'ombre. Contrairement à la plupart des panoramas, il n'en existe aucune étude, esquisse, maquette, gravure, reproduction photographique ou livret explicatif. Son titre semble changer d'une affiche à l'autre : "La Commune de Paris, 1871" où "Le dernier jour de la Commune de Paris, 1871". Lors de sa présentation à Vienne, le panorama était intitulé "Vue de Paris des Buttes-Chaumont, le dernier jour de la Commune".

Les trois affiches connues vantant ce panorama montrent, sur un fond de paysage urbain incendié, un fédéré juché sur une barricade brandissant un drapeau rouge tandis que les soldats des troupes versaillaises donnent l'assaut.

Affiche Léon Choubrac dit Hope 1847-1885 Le Dernier jour de la Commune.jpg

Léon Choubrac dit Hope    1847-1885

"Le Dernier Jour de la Commune"    1883

Ces trois affiches, conformes à l'esprit du panorama, suggéraient une représentation spectaculaire de la Commune.
L'interprétation "versaillaise" du panorama de Castellani banalisait la violence des combats de "la semaine sanglante" de mai 1871. Devenu le spectacle d'une simple opération militaire de l'armée régulière, le panorama contribuait à diffuser une vision aseptisée de l'impitoyable et violente répression qui suivit la Commune.

Source : Bertrand Tillier  "La Commune, révolution sans images ?"  2004   Édition Champ Vallon.

 
 

16/11/2015

En Alsace, Août 1914 - Novembre 1918

Georges Bertin  Scott 1873-1942, dit Scott de Plagnolles  En Alsace ! 2 Aout 1914  Musée du Souvenir des Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan..jpg

Georges Bertin  Scott dit Scott de Plagnolles    1873-1942

"En Alsace !!"      2 Aoùt 1914 

Musée du Souvenir des Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan.

François Flameng 1856-1923 France Retour de prisonniers, pont de Kehl, novembre 1918 Aquarelle.jpg

François Flameng     1856-1923      France

"Retour de prisonniers, pont de Kehl"  

Strasbourg, Novembre 1918       Aquarelle.

02/07/2015

William Orpen 1878-1931

William Orpen   (Stillorgan, 1878 - Londres, 1931) 

Etudes artistiques à la Metropolitan School et à la Slade School of Fine Art de Londres.

Peintre portraitiste irlandais. Peintre officiel de guerre durant le premier conflit mondial. 

William Orpen Auto-portrait  1907 Huile sur toile 77 x 56 cm Arts Centre Mildura, Victoria, Australia..jpg

William Orpen     1878-1931      Ireland

"Auto-portrait"      1907        Huile sur toile   77 x 56 cm

Arts Centre Mildura, Victoria, Australia.

William Orpen  Lady Orpen  1907  Huile sur toile 97,2 x 86,4 cm  Tate Britain, London, United Kingdom..jpg

"Lady Orpen"   1907 

Huile sur toile   97,2 x 86,4 cm 

Tate Britain, London, United Kingdom.

 William Orpen 1878-1931  Ireland Major italien c.1908  Huile sur toile 76.2 x 63.5 cm Art Gallery of New South Wales, Sydney, Australia..jpg

"Major italien"  c.1908         Huile sur toile   76.2 x 63.5 cm

Art Gallery of New South Wales, Sydney, Australia.

William Orpen Mrs. Charles S. Carstairs  1914  Huile sur toile 99,7 x 87 cm  National Gallery of Art, Washington, USA..jpg

"Mrs. Charles S. Carstairs"     1914 

Huile sur toile      99,7 x 87 cm 

National Gallery of Art, Washington, USA.

William Orpen  Auto-portrait  1917   Imperial War Museum, Londres..jpg

"Auto-portrait"     1917  

Imperial War Museum, London, United Kingdom.

15/11/2014

Le Canada dans la première guerre mondiale

posters5_lg.jpg

posters7_lg.jpg
 
Affiches de recrutement des volontaires canadiens 
  vers 1914   
auteur inconnu
 
1stdiv.jpg
 
Débarquement de la 1° Division du Canada à Saint-Nazaire, février 1915
par Edgar M. Bundy   1862-1922     England
.
Le lieutenant-général Arthur Currie William Newenham Montague Orpen 1878-1931.jpg
 Lieutenant-général Arthur Currie  1875-1933
En 1917, commandant des quatre divisions du Corps canadien
 par William Newenham Montague Orpen   1878-1931   Ireland
.
Durant les quatre années de la guerre, se sont 628 000 Canadiens et Canadiennes qui serviront dans les forces armées.
A la fin de la guerre, 66 573 d'entre eux avaient été tués et 138 166 avaient été blessés.
Compte tenu de la faible population du pays -7 981 000 canadiens en 1915- le prix payé par le Canada sera énorme.

canada,peintres canadiens,peintres de bataille,première guerre mondiale

Le soldat Charles Daniel Smith du 1° bataillon d'infanterie canadienne portant des grenades à ses camarades. Cette action lui vaudra la "Distinguished Conduct Medal" (DCM) le 11 mars 1916.

Peinture de Kenneth Forbes 1918 1892-1980.jpg
"L'artillerie canadienne en action"   
 bataille de la Somme   juillet 1916
huile de 1918,  Kenneth Forbes  1892-1980    Canada
.
Back Him Up! Buy Victory Bonds [Canada], [vers 1918].jpg
"Back Him Up! Buy Victory Bonds"
"En  arrière toi là  bas ! achetez des obligations de la victoire
Affiche canadienne vers 1918     auteur inconnu
. 
Entre 1915 et 1919, au cours cinq campagnes différentes, le gouvernement canadien a émis puis vendu des "obligations de la Victoire". Une campagne d'affiches soutenait chaque émission "d’obligations de la Victoire".
Le produit des ventes était affecté à l'effort de guerre. 
 
The_Battle_of_Vimy_Ridge.jpg
"Bataille de la crête de Vimy"  du 9 au 12 avril 1917
 
par Richard Jack    1866-1952    England
 
La bataille et la victoire de Vimy (Pas-de-Calais) est un des hauts-lieux des faits d'armes canadiens au cours de la première guerre mondiale. 
.
Petit Vimy and Vimy Village from the Lens - Arras Road 1919.jpg
Petit Vimy et Vimy, village près de Lens - route d'Arras, 1919
par Mary Riter Hamilton  1873-1954   Canada.
.
Depuis le 10 avril 1997, le parc commémoratif de Vimy est devenu un lieu historique national du Canada. Il commémore le souvenir des Canadiens qui y ont perdu la vie et dont le lieu de sépulture ne nous est pas connu.

10/11/2014

Le culte de l'offensive à outrance...

Après les défaites françaises de 1870-1871, imputées à l'esprit défensif de l'armée impériale, le culte de l'offensive à outrance deviendra essentiel pour nombre de politiques et de chefs militaires. Inspirée des "Etudes sur le combat" publiées en 1880 de Charles Ardent du Picq (1821-1870), cette doctrine reposait sur la prépondérance du facteur moral devant nécessairement engendrer la volonté de vaincre au combat.

Louis Charles Bombled 1862-1927  France  Le Petit Journal, 16 mai 1915. Comme à Valmy, la charge à la baïonnette au chant de la Marseillaise..jpg

 Louis Charles Bombled   1862-1927     France 

 "Comme à Valmy, la charge à la baïonnette au chant de la Marseillaise."

Le Petit Journal Illustré, 16 mai 1915. 

Le lieutenant-colonel Louis de Grandmaison, chef du 3° bureau chargé des opérations de l'état-major de l'armée, développait le concept de l'offensive à outrance dans "Dressage de l'infanterie en vue du combat offensif" publié en 1908.

Charge infanterie française.jpg

Charge d'infanterie française, 1914.

En février 1911, Louis de Grandmaison exposait sa théorie lors des deux conférences prononcées devant des officiers de haut rang de l’état-major de l’armée : "Il faut impérativement avoir l'initiative, quitte à prendre des risques : le choc rapide d'une attaque frontale doit être recherché, les manœuvres et les préparations  sont critiquables."

A la baïonnette !!  Georges Bertin Scott 1873-1943 France.jpg

 "A la baïonnette !! "  Offensive d'infanterie française, 1914.

Georges Bertin Scott de Plagnolle   1873-1943     France.

Cette doctrine était également enseignée très tôt à l'École de Guerre, notamment par le général Ferdinand Foch, qui en fut le directeur de 1907 à 1911. Foch écrivait dans "Des principes de la guerre" : "Pas de victoire sans bataille : la victoire est le prix du sang [...] La guerre n'est que sauvagerie et cruauté et ne reconnaît qu'un moyen d'arriver à ses fins, l'effusion sanglante".

Damblans Numéro 1283, 25 juillet 1915..jpg

Eugène Damblanc, dit Damblans   1865-1945      France 

"Le Petit Journal Illustré"  numéro 1283, 25 juillet 1915.

Une infime minorité d'officiers supérieurs émettaient certaines réserves sur la tactique préconisée tels le colonel Estienne, "le père des chars", le général Lanrezac : "Attaquons, attaquons... comme la lune" et le colonel Pétain : "Le feu tue".

Assaut français dans la plaine de Champagne, septembre 1915..jpg

"Assaut français lors de la bataille de la Marne, 8 septembre 1914."

Autochrome extrait de "The Great World War a history"

Nommé à la tête du Conseil supérieur de la guerre en juillet 1911, le général Joffre confirmait et préconisait cette attitude offensive dans le "Règlement de manœuvre d'infanterie" du 20 avril 1914 : "L'attaque implique de la part de tous les combattants la volonté de mettre l'ennemi hors de combat en l'abordant corps à corps à la baïonnette. Marcher sans tirer le plus longtemps possible, progresser ensuite par la combinaison du mouvement et du feu jusqu'à distance d'assaut, donner l'assaut à la baïonnette et poursuivre le vaincu, tels sont les actes successifs d'une attaque d'infanterie".

Damblans   Pendant la bataille de la Meuse. Une charge à la baïonnette  Le Petit Journal supplément illustré, n° 1318, 26 mars 1916..jpg

Eugène Damblanc, dit Damblans   1865-1945      France

Le Petit Journal Illustré, n° 1318, 26 mars 1916.

Le général Charles Mangin exprimait parfaitement le culte de l'offensive à outrance: "Faire la guerre, c’est attaquer".

La charge.jpg

iinfanterie de ligne 1915.JPG

La charge, 1915.

L'assaut de l’éperon sud-est de Notre-Dame-de-Lorette, 15 avril 1915..jpg

L'assaut de l’éperon sud-est de Notre-Dame-de-Lorette, 15 avril 1915.

Pas-de-Calais, France.

Dès le début de la première guerre mondiale, le haut commandement français était partisan d’une offensive généralisée. Il prévoyait de mener une guerre de mouvement ne devant pas excéder quelques mois. L’artillerie appuierait de ses feux les attaques de l’infanterie jusqu’à 400 mètres des lignes ennemies qui seraient alors prises à la baïonnette.

Georges Bertin Scott 1873-1943 France  Offensive française en Champagne, hiver 1914-15..jpg

Georges Bertin Scott de Plagnolle   1873-1943      France

"Offensive française en Champagne, hiver 1914-1915."

Les tenants de "l'offensive à tout prix" qui commandèrent l’armée française durant les  premiers mois de la guerre mirent en pratique le concept de la fameuse supériorité des forces morales et de la volonté de vaincre. Ils avaient toutefois complètement occulté un aspect primordial de la théorie de Charles Ardant du Picq :  "Le feu tue et le combat moderne est un combat à distance qui refuse le corps à corps".

Jan Styka 1858 -1925  Poland  29 novembre 1914,  Mort de Władysław Szujski à la bataille de Sillery, Marne  Musée de Lublin, Poland..jpg

Jan Styka   1858 -1925      Poland 

 "Mort de Władysław Szujski à la bataille de Sillery, Marne, 29 novembre 1914.

Musée de Lublin, Poland.

Entre le 6 août et le 13 septembre 1914, l’armée française dénombrait plus de 320 000 morts, prisonniers ou disparus. De ces 40 jours de combat résultèrent, à durée équivalente, le taux de perte le plus élevé de toute la première guerre mondiale. Les officiers subalternes, entraînant les soldats au combat, seront proportionnellement les plus nombreux à tomber. 

08/11/2014

1914 Chiens de guerre

Le Panorama de la Guerre, 1914.jpg

Le Panorama de la Guerre, 1914

Chien de liaison utilisé pour le ravitaillement des  troupes allemandes, 1916.jpg

Chien de liaison utilisé pour le ravitaillement des  troupes allemandes, 1916

Sunter, mascotte du Tanks Corps anglais, 1916.JPG

"Stunter", mascotte du Tanks Corps anglais, 1916

Georges Louis Charles Busson  1859-1933 Aquarelle  Les deux amis, 1917 Musée Militaire, Collection Henri Leblanc, Paris.jpg

Georges Louis Charles Busson   1859-1933    France

"Les deux amis"  1917    Aquarelle 

Musée Militaire, Collection Henri Leblanc, Paris

Chien ambulancier de la Croix Rouge trouvant un blessé  Le Miroir, 27 mai 1917..jpg

"Chien ambulancier de la Croix Rouge trouvant un blessé."

  Le Miroir, 27 mai 1917.

Chris Collingwood England  Copains de tranchée, Flandres, 1917.jpg

Chris Collingwood      England 

"Copains de tranchée, Flandres, 1917"

02/11/2014

Dragons

 Dragon français.jpg

Dragon français   c.1900

Adolphe Ladurner  1798-1856 Dragon à cheval 1828  Huile sur carton 37 x 28,5 cm Collection privée..JPG

Adolphe Ladurner   1798-1856     France

"Dragon à cheval"   1828 

Huile sur carton 37 x 28,5 cm      Collection privée.

Jean-Louis-Ernest Meissonier  1815-1891 France Dragon à cheval portant le manteau en bandoulière Huile sur toile 31 x 23 cm Musée du Louvre, Paris.jpg

Jean-Louis-Ernest Meissonier  1815-1891    France

"Dragon à cheval portant le manteau en bandoulière"

Huile sur toile  31 x 23 cm      Musée du Louvre, Paris

Alphonse de Neuville 1835-1885 France  Officier de dragons traversant une rivière  Huile sur toile 48 x 38 cm Musée de l'Armée, Paris..jpg

 Alphonse de Neuville    1835-1885     France 

"Officier de dragons traversant une rivière"

Huile sur toile 48 x 38 cm      Musée de l'Armée, Paris.

Georges Louis Hyon 1840-1909  France Trompette de dragon Huile sur toile 20.32 x 15,85 cm Collection privée..jpg

Georges Louis Hyon  1840-1909    France

"Trompette de dragon

Huile sur toile 20.32 x 15,85 cm     Collection privée.

James Alexander Walker 1841-1898 England  Halte de dragons, 1883 Musée de l'Armée, Paris..jpg

James Alexander Walker   1841-1898     England 

"Halte de dragons"  1883     Musée de l'Armée, Paris.

Jean Baptiste Édouard Detaille 1848-1912  France  Dragon du 2e régiment  1896.jpg

Jean Baptiste Édouard Detaille   1848-1912     France 

"Dragon du 2° régiment"   1896

Jean Baptiste Édouard Detaille 1848-1912 France Dragon de la garde impériale, Second Empire  Lithographie, 1906  49 x 27,5 cm.jpg

Jean Baptiste Édouard Detaille   1848-1912     France

"Dragon de la garde impériale, Second Empire

Lithographie, 1906     49 x 27,5 cm

Josep Cusachs i Cusachs 1851-1908 Spain Dragon français Aquarelle sur papier 42 x 29 cm Collection Palacio de Pedralbes, Barcelona,  España..JPG

Josep Cusachs i Cusachs   1851-1908     Spain

"Dragon français"     Aquarelle sur papier 42 x 29 cm

Collection Palacio de Pedralbes, Barcelona, España.

Jules Monge 1855-1934 France Dragon  Huile sur toie 55 x 44 cm Collection privée..jpg

Jules Monge    1855-1934     France   "Dragon

Huile sur toile 55 x 44 cm          Collection privée.

Eugène Chaperon 1857–1898  France  Huile sur toile 81 x 54 cm c.1898 Collection privée..jpg

Eugène Chaperon   1857–1938    France  

"Dragon français"    1898

Huile sur toile 81 x 54 cm    Collection privée.

Henri Georges Chartier  1859-1924  France Dragons en vedette.jpg

Henri Georges Chartier    1859-1924      France

"Dragons en vedette"   1914

Anna Sofia Palm de Rosa 1859-1924  Sweden  Dragon éclaireur  1914.jpg

Anna Sofia Palm de Rosa   1859-1924     Sweden 

"Dragon éclaireur"    1914

Alphonse Lalauze 1872-1936  France Dragon  en vedette Gouache sur papier 91 x 64 cm Collection privée..jpg

Alphonse Lalauze   1872-1936     France

"Dragon  en vedette"  1917-18

Gouache sur papier 91 x 64 cm    Collection privée.

30/10/2014

Le Corps des Zouaves

Débarqué à l'aube du 14 juin 1830 à 30 kilomètres d'Alger dans la baie de Sidi-Ferruch, le corps expéditionnaire français, commandé par le général Louis de Bourmont, s'emparait des positions faiblement défendues par les Turcs.
Le Dey d'Alger, Hussein Pacha, capitulait le 5 juillet 1830 après plusieurs jours de durs combats. Le roi Charles X conférait le bâton de maréchal à Louis de Bourmont le 14 juillet 1830.

Le 15 août 1830, Bourmont constituait la première unité d’une milice forte de 500 indigènes. Cette troupe était issue de la tribu kabyle des Zwawa ou Zouaoua, peuplade qui offrit ses services à la France lors des débuts de la conquête de l’Algérie.
Charles Edouard Armand-Dumaresq  1826-1895  France Zouaves en tenue de campagne v. 1865-1870.jpg

Charles Edouard Armand-Dumaresq  1826-1895   France

"Zouaves en tenue de campagne"     v.1865-1870

Le 1er octobre 1830, le général Bertrand Clauzel, succédant à Louis de Bourmont, ordonnait la levée d’un bataillon de "Zouaves" recruté parmi les indigènes.

Jean Baptiste Édouard Detaille 1848-1912  France  Zouaves,tambour.jpg

Jean Baptiste Édouard Detaille   1848-1912     France 

"Zouaves, tambour."

Sous le règne de Louis-Philippe, l’ordonnance du 9 mars 1831 régularisait la création du Corps des Zouaves. L’armée dite d’Afrique était désormais officiellement composée d'unités venues de France et d'unités levées dans le pays ou corps spéciaux.
L’ordonnance royale du 7 mars 1833 modifiait sensiblement l’organisation du corps des  Zouaves. Des mesures plus strictes réglementaient et limitaient le recrutement des autochtones. Confronté aux difficultés d'accès au corps des Zouaves, l'effectif des troupes indigènes diminuera au fil des années.

Victor Armand Poirson 1859-1893 France Zouave Aquarelle 1886.jpg

Victor Armand Poirson   1859-1893     France

"Zouave"  1886          Aquarelle

Une ordonnance royale du 8 septembre 1841 réorganisait la composition de l’armée française. Elle prescrivait la formation d’un régiment de Zouaves formé de trois bataillons composés essentiellement de métropolitains et de Français d'Afrique du Nord.
Le 7 décembre 1841, une nouvelle ordonnance royale réorganisait l'infanterie d'Afrique. Trois bataillons de tirailleurs indigènes, un pour chacune des provinces d'Alger, d'Oran et de Constantine, étaient constitués. Les troupes indigènes issues du corps des Zouaves furent incorporées dans ces bataillons de tirailleurs (Turcos).
Dès 1842, les Zouaves, tout en conservant leur uniforme, étaient devenus des régiments d'infanterie exclusivement français.

Zouaves 1870.jpg

"Zouaves"  guerre franco-prussienne  1870

Les régiments de marche de Zouaves (R.M.Z.) prendront part à la première guerre mondiale. Quelques régiments composés de bataillons de Zouaves et de Tirailleurs formeront des régiments mixtes (R.M.Z.T).

Bernard Jullian Zouave 1914  Dessin 50 x65 cm.jpg

Bernard Jullian    France

"Zouave 1914"    Dessin 50 x 65 cm

En août 1914, des bataillons de Zouaves issus des quatre régiments d’active se trouvaient sur le front. En décembre 1914 et en janvier 1915, cinq nouveaux régiments de Zouaves, dont trois en Algérie et deux au Maroc, seront constitués.

Zouave 1914  Autochrome Collection privée..jpg

"Zouave 1914"         Autochrome    Collection privée.

Après les premiers mois du conflit, l’Etat-major, jugeant l'uniforme des zouaves et des tirailleurs trop voyant et inadapté au théâtre des opérations, décidait de le modifier. Dès 1915, la tenue de drap kaki, dite "moutarde" devenait la caractéristique de l’armée d’Afrique et des troupes coloniales.
A l'arrière du front, la chéchia et la ceinture de laine bleue permettaient encore de distinguer les zouaves des autres combattants.

Eugène Burnand  1850-1921 Switzerland Josef-Louis Helminger, de Riedwir (Alsace), zouave de l’armée française. Musée national de la Légion d'honneur, Paris..jpg

Eugène Burnand   1850-1921     Switzerland

"Josef-Louis Helminger, de Riedwir (Alsace), zouave de l’armée française."

1917   Musée national de la Légion d'honneur, Paris.

En première ligne, les chéchias, lorsqu'elles n'étaient pas encore remplacées par le casque métallique Adrian modèle 1915, étaient masquées par des manchons de toile de couleur sable.
De la couleur de ces nouvelles tenues, qualifiées du sobriquet de "moutarde", naîtra la nuance kaki qui s'imposera dans toute l'armée après 1922.
Les zouaves, comme les tirailleurs et les spahis, retrouveront leur tenue "orientale" lors des prises d'armes, des cérémonies et comme tenue de sortie à partir de 1928.

Zouaves 1914.jpg

Zouaves 1914

La devise du 4° régiment de zouaves était "Être zouave est un honneur. Le rester est un devoir."
Les régiments de Zouaves, comme toutes les troupes africaines, furent souvent employés lors d’assauts particulièrement meurtriers. Les régiments coloniaux seront maintes fois anéantis, remaniés et reformés.
A Mesnil Les Hurlus, Marne Les Zouaves à l'Assaut 25 septembre 1915..jpg

"A Mesnil Les Hurlus, Les Zouaves à l'Assaut."

25 septembre 1915.

Village du nord-est de la Marne, Mesnil-lès-Hurlus comptait 97 habitants en Août 1914. Complètement détruit pendant la première guerre mondiale, le village ne fut jamais rebâti.

Seconde offensive de Champagne. Du 25 septembre au 7 octobre 1915, 140 000 soldats Français, Africains et Marocains seront tués, blessés et disparus en près de douze jours de combats.
"Là, en Champagne, sur douze kms de pauvre terre, 2 millions d’hommes ont passé une année à s’entre-tuer. Cinq villages disparaîtront à tout jamais, il s’agit de Mesnil-les-Hurlus, de Perthes-les-Hurlus, d’Hurlus, de Tahure et de Ripont.
En octobre 1915 enfin, après plus de 300 assauts  infructueux, les fantassins français enlèvent les tranchées. Cette offensive d’automne fut un affreux échec malgré le petit gain de terrain qui provoqua un instant des espoirs démesurés."
"Je les grignote"  Champagne 1914-1915 de Louis Guiral   éd. Le Livre d'histoire.

Combat du 9° Zouaves à Cœuvres et Valsery (Aisne), 15 juin 1918.jpg

"Combat du 9° Zouaves à Cœuvres et Valsery (Aisne), 15 juin 1918."

Après le régiment d'infanterie coloniale du Maroc (RICM)  et le régiment de marche de la Légion étrangère, les régiments de zouaves et les régiments de tirailleurs algériens et tunisiens furent parmi les plus décorés de l'armée française.

Le drapeau du 9e Zouaves 1918.jpg

"Le drapeau du 9° Zouaves  1918"

Dans le département du Pas-de-Calais, en contrebas de la rivière Souchez, au lieu-dit les Ecouloirs, "La vallée des Zouaves" commémore le souvenir des durs combats menés par la division marocaine le 8 mai 1915 pour la conquête de la crête de Vimy.
Le corps des Zouave sera dissous en 1962 après la fin de la guerre d'Algérie.

26/10/2014

1914-1918 Les cuistots

Lucien Jonas 1880-1947  France  Le cuistot.JPG

Lucien Jonas   1880-1947      France     "Le cuistot"

Arras - cuisine roulante allemande prise par notre cavalerie, 1915.jpg

"Arras - cuisine roulante allemande prise par notre cavalerie, 1915"

Ernest Gabard 1879-1957  France.jpg

Ernest Gabard    1879-1957      France     "Cuistot"

André Romand 1889-1982  France  Cuisine roulante 1916 Aquarelle Cormentreuil, Marne..jpg

André Romand   1889-1982       France 

Aquarelle, 1916   "Cuisine roulante"  Cormentreuil, Marne.

Cuisine du camp des travailleurs chinois de Blangy sur Bresle (Seine- Maritime),1917..jpg

Cuisine du camp des travailleurs chinois.

Blangy sur Bresle (Seine- Maritime),1917.

Jean-Jacques Berne-Bellecour  1874-1939 France Les cuistots 1916.JPG

Jean-Jacques Berne-Bellecour   1874-1939       France

"Les cuistots"  1916

Paul Corbeau 1892-1973  France  La Roulante 1917  Aquarelle.jpg

Paul Corbeau   1892-1973     France 

"La Roulante"  1917     Aquarelle

Cuisine roulante et ses servants lors de la bataille de Verdun, 1916..jpg

Cuisine roulante et ses servants lors de la bataille de Verdun, 1916.

Les cuistots du moulin de Laffaux, Chemin des Dames (Aisne) 15 avril 1917.jpg

"Les cuistots du moulin de Laffaux"

Chemin des Dames (Aisne) 15 avril 1917

Georges Paul Leroux 1877- 1957  France   Le cortège des cuistots  1918.jpg

Georges Paul Leroux   1877- 1957    France  

"Le cortège des cuistots"  1918

André Romand 1889-1982  France Cuistots Aquarelle.JPG

André Romand   1889-1982     France

"Cuistots"    Aquarelle

22/10/2014

1914-1915...L'assaut

Yaroslav Veshin 1859-1915 Czech Republic  Première guerre balkanique 1912-1913 Fantassins bulgares à l'assaut des lignes turques..jpg

Yaroslav Veshin    1859-1915   Czech Republic 

"Na nozh"  "A la baïonnette"  1912

Fantassins bulgares à l'assaut des lignes turques.

Première guerre balkanique, 1912-1913

. Carl Strathmann 1866-1939  Germany  L'assaut 1914 Huile sur toile 200 x 247 cm Münchner Stadtmuseum, Munich..jpg

Carl Strathmann   1866-1939     Germany     "L'assaut"  1914

Huile sur toile  200 x 247 cm    Münchner Stadtmuseum, Munich.

Henri de Groux  1866-1930  Belgium  L'Assaut, Verdun, c. 1918.jpg

Henri de Groux    1866-1930    Belgium 

"L'Assaut, Verdun"  c.1918

 Louis Charles Bombled 1862-1927  France  Comme à Valmy  couverture du Petit Journal, 16 mai 1915.jpg

Louis Charles Bombled   1862-1927   France  

"Comme à Valmy, la charge à la baïonnette au chant de la Marseillaise."

Couverture du Petit Journal, 16 mai 1915.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique