logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/11/2016

Osman Hamdi Bey 1842-1910

Osman Hamdi.jpgOsman Hamdi Bey, né en 1842 à Istanbul, était un peintre et archéologue turc.
Fils aîné du Grand vizir İbrahim Edhem Pacha, Osman Hamdi révéla très jeune des dispositions artistiques, notamment un don particulier pour le dessin et la peinture.
Dès 1856, après avoir fréquenté l'école publique de Beşiktaş, il suit les cours de la faculté de droit de Constantinople.
En 1860, envoyé par son père parfaire ses études juridiques à Paris, il perfectionne parallèlement sa technique picturale.

Deux jeunes musiciennes 1880 Huile sur toile  58 x 39 cm  Pera Museum, Istanbul, Turkey..jpg

"Deux jeunes musiciennes"      1880

Huile sur toile  58 x 39 cm     Pera Museum, Istanbul, Turkey.

A l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, il étudie sous la direction de Jean-Léon Gérôme (1824-1904) et de Louis Boulanger (1806-1867).

De retour en Turquie en 1869, il est chargé d'un poste à la Direction des Affaires Etrangères de la province de Bagdad.
Cette ville éveillant sa curiosité pour l'histoire et l'archéologie, il participe à plusieurs fouilles.

A Lady of Constantinople 1881 Huile sur toile 185 x 109 cm Collection privée..jpg

"A Lady of Constantinople"  1881

Huile sur toile  185 x 109 cm       Collection privée.

De retour à Istanbul en 1871, Osman Hamdi Bey est nommé aide du chef du protocole du Palais impérial.

Jeune femme  cueillant des lilas 1881  Huile sur toile Pera Museum, Istanbul, Turkey..jpg

"Jeune femme cueillant des lilas"     1881 

Huile sur toile       Pera Museum, Istanbul, Turkey.

Dès 1881, il entreprend la fondation d'un musée archéologique qui sera inauguré le 13 juin 1891. Hamdi Bey devint ainsi le directeur du premier musée de Turquie qu'il baptisa Müze-i Humayun, "Musée de l’Empire". Ce musée est aujourd'hui le musée archéologique d'Istanbul.

La mosquée verte, Bursa 1882 Huile sur toile 185 x 100 cm Collection privée..jpg

"La mosquée verte, Bursa"    1882

Huile sur toile 185 x 100 cm     Collection privée.

En 1883, Osman Hamdi fit construire, face au musée archéologique, l'institut des Beaux-Arts, qui sera la première institution turque consacrée aux arts contemporains. Le bâtiment abrite de nos jours le musée de l’Orient Ancien.

A la porte de la mosquée 1891 Huile sur toile Penn Museum, Philadelphie, États-Unis..jpg

"A la porte de la mosquée"     1891

Huile sur toile       Penn Museum, Philadelphie, États-Unis.

Poursuivant conjointement ses activités picturales, en 1884, il fit construire un pavillon d'été à Eskihisar, village de la banlieue de Gebze, pour en faire son atelier.
Cet atelier, aujourd'hui propriété de l’État, est devenu depuis 1987 le musée de la Maison d’Osman Hamdi Bey. Il y figure des objets ayant appartenu au célèbre archéologue, des photos d'époque et, les originaux étant détenus par des collectionneurs privés ou de grands musées à travers le monde, des copies de ses tableaux.

Ab-ı Hayat Çeşmesi La fontaine, source de vie 1904  Huile sur toile Archeology Museum, Istanbul Turkey..jpg

"Ab-ı Hayat Çeşmesi"  "La fontaine, source de vie" 1904 

Huile sur toile      Archeology Museum, Istanbul Turkey.

Ab-ı Hayat Çeşmesi Détail..jpg

"Ab-ı Hayat Çeşmesi"     Détail.

Hamdi Bey dirigea les premières recherches d'antiquités et les premières fouilles archéologiques à la tête des équipes turques de chercheurs à Sidon au Liban. En 1887, Il y mit au jour plusieurs sarcophages, dont le "sarcophage d'Alexandre le Grand" considéré comme une des merveilles archéologiques visibles au musée d'Istanbul.

Le dresseur de tortues  1906 Huile sur toile  221,5 x 120 cm Pera Museum, Istanbul, Turkey..jpg

"Le dresseur de tortues"     1906

Huile sur toile  221,5 x 120 cm      Pera Museum, Istanbul, Turkey.

Osman Hamdi Bey est décédé en 1910 dans sa villa sur le Bosphore d'Istanbul Kurucesme.

Le marchand d'armes 1908 Huile sur toile 175 x 130 cm  Resim ve Heykel Müzesi, Ankara, Turkey..jpg

"Le marchand d'armes"    1908

Huile sur toile  175 x 130 cm    Resim ve Heykel Müzesi, Ankara, Turkey.

L'écrivain public  1910 Huile sur toile 77 x 110 cm Sakıp Sabancı Museum, Istanbul..jpg

"L'écrivain public"      1910

Huile sur toile  77 x 110 cm     Sakıp Sabancı Museum, Istanbul.

Très apprécié dans son pays, Osman Hamdi Bey compte parmi les grands noms de la peinture turque. Ses tableaux, outre des collections privées, figurent dans plusieurs musées turcs et étrangers.

13/03/2016

Emile Henri Blanchon 1845-?

Emile-Henri Blanchon 1845.jpgEmile Henri Blanchon, né à Paris en 1845, était un peintre français.
Elève du célèbre peintre académique Alexandre Cabanel (1823-1889), il est connu pour avoir remporté, avec Henri Gervex (1852-1929), le concours organisé en 1878 pour décorer les murs, le plafond et le couloir de la salle des mariages de la nouvelle mairie du XIX° arrondissement de Paris.
Les deux peintres, tournés vers la modernité, présentent des projets innovants pour l'époque et des scènes de la vie quotidienne de l'arrondissement succèderont aux scènes allégoriques et mythologiques traditionnelles.
Henry Gervex peindra "Le port de La Villette", "Le mariage civil" et "Le Bureau de bienfaisance" et Emile Blanchon, "Le Marché aux bestiaux", "La déclaration de naissance" et "L'école d'adultes ou cours du soir".


Au Salon de 1884, Emile Blanchon présente "Un Fort de la Vallée* - Halles Centrales".

Un Fort de la Vallée - Halles Centrales 1884   Huile sur toile 275 x 148 cm Collection privée..jpg

"Un Fort de la Vallée - Halles Centrales"    1884  

Huile sur toile  108,27 x 58,58 cm     Collection privée.

* "La vallée de la misère" ou plus simplement "La Vallée" était le nom donné au pavillon IV de la volaille et du gibier des Halles centrales dessinées en 1854 par l’architecte Victor Baltard. Cet ancien marché, jadis situé sur le quai de la Mégisserie et le quai des Grands-Augustins, était connu sous la dénomination de "la Vallée de la misère" en raison du grand nombre d’animaux abattus dans des conditions de travail déplorables. Au fil du temps "la Vallée de la Misère" devint plus simplement "la Vallée" et ce vieux nom s’imposa à la nouvelle construction lorsque, dès 1866, les marchands de volailles et de gibiers se sont installés dans le pavillon IV des Halles centrales.

Dans le roman publié en 1873, "Le ventre de Paris", Emile Zola, fait souvent allusion au pavillon de la volaille en utilisant l’expression "la Vallée".

Victor Gabriel Gilbert  Un coin des Halles  c.1880  Huile sur toile 235 x 331 cm  Musée des Beaux-Arts, Bordeaux, France..jpg

Victor Gabriel Gilbert  1847-1933

"Un coin des Halles"   c.1881    Huile sur toile  235 x 331 cm

Musée des Beaux-Arts, Bordeaux, France.

Victor-Gabriel Gilbert  Le marché aux poissons, Halles  centrales   1881.jpg

Victor Gabriel Gilbert 

"Le marché aux poissons, Halles centrales"    1881

Léon Lhermitte  Les Halles 1895 - Huile sur toile 404 x 635 cm  Musée du Petit Palais, Paris..jpg

Léon Lhermitte     "Les Halles"   1895  

Huile sur toile  404 x 635 cm     Musée du Petit Palais, Paris.

Les Forts des Halles.  
L’office des porteurs officiels du marché, créé au XIII° siècle par Saint Louis, regroupe les chasse-marée et la communauté des vendeurs de poisson de mer sur le marché parisien. Suite à l’ordonnance de 1415, les porteurs se voient conférer les titres de “jurés-porteurs" et d’officiers de la Ville de Paris. Nommés par le Prévôt des marchands, ils prêtent serment devant lui et demeurent sous sa compétence directe jusqu’au XVIII° siècle.
A l’image de toutes les corporations, l’office des porteurs est supprimé de 1789 à 1799 avant d’être rétabli au XIX° siècle par Napoléon Bonaparte dans le but d’encadrer et de minimiser les pratiques frauduleuses.

Organisés en syndicats, les porteurs gagneront ensuite leur appellation définitive de “Forts des Halles"**.

fort.JPG

Les conditions d’accès au titre de "Fort" étaient fort rigoureuses.
Les "Forts" devaient être de nationalité française, physiquement très robustes, mesurer plus de 1,67 mètre, avoir plus de 21 ans et moins de 30 ans, être libérés des obligations militaires et posséder un casier judiciaire vierge.
Ils devaient de plus réussir des exercices intellectuels et physiques comportant un test écrit et oral du niveau du certificat d'études primaires ainsi qu’une épreuve de portage d’une charge de 200 kg devant être charriée sur les épaules sur une longueur 60 mètres, soit l’équivalent de la longueur d’un pavillon des Halles.

Les épreuves étaient très sélectives : en moyenne, moins de 40 candidats sur 500 étaient retenus à chaque promotion.

arton679.jpg

      Porte-bouquet en faïence fine à décor imprimé polychrome d’un fort des halles serrant la main d’un boulanger et, en arrière-plan, les affichettes du syndicat de la boulangerie et du bulletin des Halles. Début du XX° siècle  D:19,5 cm.

Le nombre de "Forts" était d'environ 700 membres. Ils étaient répartis en sections, une par pavillon où l'on distingue les Forts à viandes, les Forts à volailles, les Forts à légumes, les Forts des hauts fruits, les Forts des beurres, œufs et fromages, les Forts à poissons, etc.

Un coin de la Halle aux poissons, le matin 1880  Huile sur toile  Palais des Beaux-Arts, Lille, France.jpg

Victor Gabriel Gilbert  1847-1933

"Un coin de la Halle aux poissons, le matin"  1880 

Huile sur toile    Palais des Beaux-Arts, Lille, France.

 les-forts-des.jpg

Organisés hiérarchiquement autour d’un chef qui porte le titre de syndic, chaque membre se voit décerner une médaille, en argent pour le syndic, en cuivre pour le simple "Fort", où figurent les armes de Paris et qui porte au verso le nom et le numéro d’ordre du détenteur.
La tenue traditionnelle du "Fort" se compose d’une blouse de toile bleue et d’un chapeau de feutre à large bord, le coltin, qui, muni d’une calotte de plomb à l’intérieur, permettait de supporter de lourdes charges "coltinées" sur la tête. Le coltin protégeait non seulement la tête mais aussi le cou et les épaules des "Forts".

forts.JPG

Les "Forts" étaient principalement chargés :
  − Du déchargement et du transport des sacs, cageots et colis de marchandises entre les quais de livraison et les stands des grossistes. Rémunérés au tonnage transporté, les "Forts" avaient l’opportunité de changer de secteur au cours de leur carrière en passant de nouvelles épreuves de force. Les secteurs des volailles (pavillon dit de la Vallée*) et des poissons (la Marée), les moins rémunérateurs, étaient les moins convoités.
  − De la surveillance des marchandises, entre le lieu d’arrivage et l’aire de stockage, par les facteurs***.
  − De l’entreposage dans les resserres des denrées non vendues le jour même.
  − Du contrôle du fonctionnement du marché, du respect des poids et des prix.

Louis-Robert Carrier-Belleuse  1848-1913  Porteurs de farine Huile sur toile 1885 Musée du Petit Palais, Paris.jpg

Louis-Robert Carrier-Belleuse  1848-1913    "Porteurs de farine"  1885

Huile sur toile     Musée du Petit Palais, Paris.

"Les Forts à farine" utilisaient une canne qui, tout en assurant l'équilibre, autorisait la répartition du poids de la charge sur trois points d’appui.

Au début du XX° siècle, la disparition du transport à dos d'homme entraîne le déclin de la profession. Le recrutement cesse définitivement à partir de 1952. A cette date, 710 "Forts" sont encore en activité.

0.jpg

Le 22 février 1969, date du transfert du marché à Rungis, les 279 derniers "Forts", reclassés dans l'administration de la préfecture de police, étaient chargés de la surveillance et du contrôle du marché.    
La corporation ne survivra pas aux nouvelles conditions de travail mises en place sur le site de Rungis, elle est aujourd’hui disparue. La plupart des derniers "Forts" furent affectés au sein de la police municipale de la ville de Paris.

 ** A l'origine, le terme "Fort des Halles" ne qualifiait pas une personne ou une fonction mais un édifice conçu en 1848 par les architectes Victor Baltard et Félix Callet. Construit en pierre, lourd, laid, massif et inadapté à la vente, le bâtiment sera démoli en 1853 sur ordre de Louis Napoléon Bonaparte.

***Facteur des halles : intermédiaire entre le producteur et l'acheteur chargé de la vente en gros à la criée des denrées alimentaires apportées dans les pavillons des halles. La loi de 1896, visant à lutter contre la fraude, instaure le titre de mandataire en lieu et place des facteurs. Intermédiaires agréés et contrôlés par la préfecture de la Seine, les mandataires sont chargés de la vente, en gros ou en demi-gros et exclusivement sous les pavillons, des denrées expédiées par les producteurs.

Marie- François Firmin-Girard 1838-1921   Les Halles Baltard, Paris   Pavillon des fleurs  Huile sur panneau  27 x 38 cm  Collection privée..jpg

Marie-François Firmin-Girard    1838-1921  

"Les Halles Baltard, Paris, Pavillon des fleurs"

Huile sur panneau    27 x 38 cm      Collection privée.

20/01/2016

Paja Jovanović 1859-1957

Paja Jovanovic.jpgPaja Jovanović, né en 1859 à Vrsac, ville de la province de Voïvodine, était un peintre académique réaliste serbe.
Dès 1875, à Vienne, il suit les cours de l'école de dessin du professeur Maholca avant d'intégrer l'Académie des Beaux-Arts en 1877.
De 1877 à 1879, durant trois ans, il suit les cours de l'allemand, peintre d'histoire, Christian Griepenkerl (1839 -1912). Durant toutes ses vacances, il voyage et peint dans les Balkans, notamment sur le rivage du Monténégro, en Albanie, en Bosnie-Herzégovine et dans le sud de la Serbie.

La danse du ventre c.1880.jpg

                  "La danse du ventre"         c.1880

De 1880 à 1883 il intègre la classe du célèbre peintre orientaliste autrichien Leopold Carl Müller (1834-1892).
En 1882, il reçoit le second prix pour "Le Monténégrin blessé", tableau présenté lors de l’exposition annuelle de l’Académie. Une bourse impériale lui est également attribuée.

Le Monténégrin blessé  1882  Huile sur toile 114 x 186 cm Galerie de la Matica, Novi Sad, Serbie..jpg

"Le Monténégrin blessé"      1882 

Huile sur toile 114 x 186 cm    Galerie de la Matica, Novi Sad, Serbie.

Dès la fin de ses études, Leopold Carl Müller le présente au marchand d'art anglais Thomas Wallis. Ce dernier lui propose de peindre des scènes de genre typiques des Balkans pour la galerie française de Londres. Ce contrat sera ensuite renouvelé jusqu'en 1889.

Le repos de l'Albanais c.1890.jpg

"Le repos de l'Albanais"      c.1890

En 1885, Jovanović installe un atelier à Vienne.

Le repos de la sentinelle  c.1890.jpg

"Sentinelle au repos"    c.1890

En 1885 et 1886, sur les conseils de Thomas Wallis, Jovanović voyage et travaille en Afrique du Nord et en Egypte.

Les charmeurs de serpents  1887.jpg

"Les charmeurs de serpents"     1887

En 1888, à l'âge de 29 ans, il est élu membre à part entière de l'Académie royale de Serbie.

Les combat de coqs 1888 Huile sur bois 76 x 55 cm Galerie de la Matica, Novi Sad..jpg

"Les combat de coqs" 1888

Huile sur bois 76 x 55 cm Galerie de la Matica, Novi Sad.

Les gardiens de la porte 1888-89.jpg

"Les gardiens de la porte"      1888-89

En 1889, Jovanović s'installe Paris et signe un nouveau contrat avec le galiériste londonien Arthur Tooth.

Le fauconnier c.1890-95.jpg

"Le fauconnier"     c.1890-95

A partir de 1895, Jovanović exécutera principalement des compositions historiques.

Un albanais en sentinelle 1896 Huile sur panneau 46 x 35 cm Collection privée..jpg

"Un albanais en sentinelle"   1896

Huile sur panneau  46 x 35 cm       Collection privée.

Il voyage et travaille à Munich, en Espagne, en Italie, en Suisse, dans le Caucase, à Constantinople et en Egypte.
Son travail est exposé à Vienne, Berlin, Londres et Rome.
En 1900, il reçoit une médaille d'or lors de l'Exposition Universelle de Paris.

Les vendanges  1905 Huile sur toile Panneau central du triptyque  Musée de la ville de Vrsac, Serbie..jpg

"Les vendanges"   1905

Huile sur toile

Panneau central du triptyque      Musée de la ville de Vrsac, Serbie.

Après 1905, devenu fort célèbre, il exécute des portraits pour une clientèle fortunée.

Portrait de la reine Marie de Yougoslavie c.1925 Huile sur toile 210 x 102 cm Musée national de Serbie,Belgrade..jpg

"Portrait de la reine Marie de Yougoslavie"    c.1925

Huile sur toile  210 x 102 cm     Musée national de Serbie,Belgrade.

Parmi ses nombreux portraits figurent celui du sculpteur Djordje Jovanović (1861-1953), de Mihajlo Pupin et du peintre Simington.

Portrait de Mihajlo Pupin 1903 Huile sur toile 96 x 114 cm Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Portrait de Mihajlo Pupin"       1903

Huile sur toile 96 x 114 cm Musée national de Serbie, Belgrade.

Portrait du peintre  Simington 1902-03 Huile sur toile, 76,5 x 99 cm Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Portrait du peintre Simington"      1902-03

Huile sur toile 76,5 x 99 cm      Musée national de Serbie, Belgrade.

Il peint également très souvent Muni, sa femme qui fut aussi son modèle.

Portrait de Muni 1916-1918 Huile sur toile marouflée sur isorel 65 x 53 cm Collection privée..jpg

"Portrait de Muni"   1916-1918

Huile sur toile marouflée sur isorel  65 x 53 cm  Collection privée.

Après la seconde guerre mondiale, Jovanović réside quelque temps à Belgrade et à Bucarest avant de repartir pour Vienne.
Paja Jovanović est décédé à Vienne en 1957 à l'âge de 98 ans.
Paja Jovanović et son compatriote Uros Predic (1857-1953), furent les chefs de file de la peinture académique et réaliste en Serbie.

Muni, femme de l'artiste, c.1925 Huile sur toile  73 x 99 cm Galerie de la Matica, Novi Sad..jpg

"Muni, femme de l'artiste"       c.1925

Huile sur toile 73 x 99 cm   Galerie de la Matica, Novi Sad.

Fort populaire et célèbre à son époque, Jovanović, inspiré par l’histoire de son pays natal, eut une grande influence sur les beaux-arts et la culture serbe.

Portrait d'un Serbe Huile sur toile 41 x 34 cm Collection privée..jpg

"Portrait d'un Serbe"

Huile sur toile 41 x 34 cm Collection privée.

Ses œuvres se trouvent dans de nombreux musées européens et le musée Paja Jovanović de Belgrade comporte plus de 200 œuvres signées de la main du peintre.

25/12/2015

Arturo Michelena 1863-1898

Arturo Auto retrato 1890.JPGFrancisco Castillo Arturo Michelena dit Arturo Michelena, né en 1863 à Valencia dans l'état de Carabobo, était un peintre vénézuélien.
Artiste précoce, il débute sous la tutelle de son père, le peintre Juan Antonio Michelena (1832-1918).
Il suit également les cours de la française Constance de Sauvage, disciple du peintre romantique Eugène Devéria (1805-1865).
Dès l'âge de 14 ans, il est chargé d'illustrer un livre traitant des coutumes du Venezuela.
Entre 1879 et 1882, pour répondre à des commandes de portraits, il ouvre, en association avec son père, une académie de peinture à Valencia.

Portrait de Maria Tello Mendoza 1889 Huile sur toile 61 x 50 cm Collection privée..JPG

"Portrait de Maria Tello Mendoza"    1889

Huile sur toile  61 x 50 cm       Collection privée.

Titulaire d'une bourse d'études, il se rend à Paris. En 1884, Il intègre l'académie Julian et suit les cours du peintre réaliste Jean-Paul Laurens (1838-1921).

La visite électorale  1886  Huile sur toile Collection privée..jpg

"La visite électorale"      1886 

Huile sur toile        Collection privée.

Dès 1885, il expose au Salon des Artistes Français. En 1887, son tableau, "L'enfant malade" reçoit une médaille d'or, plus haute distinction décernée à l'époque par l'Académie à un artiste étranger.

L'enfant malade 1886  Huile sur toile 80,4 x 85 cm Galerie Nationale d'Art, Caracas, Venezuela..jpg

"L'enfant malade"     1886 

Huile sur toile 80,4 x 85 cm    Galerie Nationale d'Art, Caracas, Venezuela.

En 1889, lors de l'Exposition universelle de Paris, une de ses toiles, "Charlotte Corday" reçoit une nouvelle médaille d'or.

Charlotte Corday menée à son exécution Huile sur toile 1889 National Art Gallery, Caracas..jpg

"Charlotte Corday menée à son exécution"    1889

Huile sur toile       National Art Gallery, Caracas.

En 1889, de retour au Venezuela, il est accueilli avec enthousiasme à Caracas.

La jeune mère 1889  Huile sur toile 172 x 141,8 cm National Art Gallery, Caracas..JPG

"La jeune mère"     1889 

Huile sur toile 172 x 141,8 cm    National Art Gallery, Caracas.

Dès 1890, Michelena effectue un nouveau séjour de travail à Paris. il y peindra quelques unes de ses œuvres majeures dont "Penthésilée" en 1891.

Penthésilée  reine mythologique grecque 1891 Huile sur toile..jpg

"Penthésilée"    Reine mythologique grecque    1891

Huile sur toile.

Nature morte 1891 Huile sur toile 80,5 x 100,3 cm National Art Gallery, Caracas, Vénézuela..jpg

"Nature morte"       1891

Huile sur toile 80,5 x 100,3 cm  National Art Gallery, Caracas, Vénézuela

La traite  1892 Huile sur toile 78 x 98 cm Collection privée..JPG

"La traite"      1892

Huile sur toile  78 x 98 cm      Collection privée.

En 1893, souffrant de tuberculose, Michelena est de retour au Venezuela.

Roses  Huile sur toile 1894 50,5 x 40,3 cm Collection privée..jpg

"Roses"     1894

Huile sur toile  50,5 x 40,3 cm       Collection privée.

Glaïeuls 1894. Huile sur toile 100 x 60 cm  Collection privée..JPG

"Glaïeuls"     1894

Huile sur toile  100 x 60 cm        Collection privée.

Portraitiste officiel et peintre à la mode, il exécute les portraits de personnalités tel celui du général Joaquin Crespo, président par deux fois du Venezuela.

Portrait équestre du général Joaquin Crespo 1897 Huile sur toile 346 x 253 cm Palais de Miraflores, Caracas..jpg

"Portrait équestre du général Joaquin Crespo"   1897

Huile sur toile  346 x 253 cm     Palais de Miraflores, Caracas.

Michelena peindra encore durant quelques années quelques scènes d'histoire célèbres dans son pays.

Francisco de Miranda dans la prison de San Fernando 1896 Huile sur toile 196,6 x 245,5 cm National Art Gallery, Caracas..JPG

"Francisco de Miranda dans la prison de San Fernando"  1896

Huile sur toile  196,6 x 245,5 cm    National Art Gallery, Caracas.

Plusieurs de ses œuvres restant inachevées, Arturo Michelena est décédé à Caracas en 1898, à l'âge de 35 ans.

Les chiots Huile sur toile.jpg

"Les chiots"       Huile sur toile

Cascade Catuche 1898 Huile sur toile 101 x 61 cm Galerie Nationale d'Art, Caracas.jpg

"Cascade Catuche"     1898

Huile sur toile 101 x 61 cm     Galerie Nationale d'Art, Caracas.

Avec Martín Tovar y Tovar (1827-1902) et Cristóbal Rojas (1857-1890), Arturo Michelena fut l'un des plus grands peintres vénézuéliens du 19ème siècle.

19/12/2015

Vlaho Bukovac 1855-1922

Vlaho Bukovac.jpgVlaho Bukovac, né Biagio Faggioni en 1855 à Cavtat, petite ville de Dalmatie, était un artiste peintre croate.
Né d'un père italien et d'une mère croate, Biagio Faggioni, influencé par le poète Medo Pucić (1821-1882), prendra le nom de Vlaho Bukovac en 1877.
En 1877, aidé par Medo Pucić et l'évêque Josip Juraj Strossmayer, mécène et fondateur de l'Académie croate des sciences et des arts, Bukovac se rend à Paris où il intègre l'École des Beaux-Arts pour y suivre les cours d'Alexandre Cabanel (1823-1889). Dès 1878, Bukovac expose au Salon de Paris.

Le violiniste Armando Meneghello 1885 Huile sur toile  44,5 x 31,5 cm Galerie des Beaux-Arts, Split, Croatie..jpg

"Le violiniste Armando Meneghello"   1885

Huile sur toile 44,5 x 31,5 cm   Galerie des Beaux-Arts, Split, Croatie.

Fleur 1887 Huile sur toile 127 × 97 cm Collection privée..jpg

"Fleur"    1887

Huile sur toile 127 × 97 cm     Collection privée.

Au printemps 1890 Huile sur panneau 65,5 x 46 cm Collection privée..jpg

"Au printemps"     1890

Huile sur panneau   65,5 x 46 cm     Collection privée.

Durant quinze ans, jusqu'en 1893, il présentera des paysages, des nus et des portraits aux Salons parisiens.

Portrait de Katarine Bibice 1891  Huile sur toile 60 x 48 cm Collection privée..jpg

"Portrait de Katarine Bibice"    1891 

Huile sur toile  60 x 48 cm         Collection privée.

Dès 1886, entré en relation avec les marchands d'art de Londres, Vicars Brothers, il effectue plusieurs voyages en Angleterre où il exécute nombre de portraits.

Jeune homme à la pipe 1891 Huile sur toile 46 x 38 cm Collection privée..jpg

"Jeune homme à la pipe"    1891

Huile sur toile  46 x 38 cm      Collection privée.

En 1893, de retour à Zagreb, Bukovac devint très vite le chef de file de nombreux événements culturels et artistiques. Organisateur de la première exposition artistique au palais de l'Académie, il initie le projet de construction du Pavillon des arts de Zagreb en 1895.

Portrait de Gustav Pongratz 1893 Huile sur toile 130 x 93 cm Collection privée..jpg

"Portrait de Gustav Pongratz"     1893

Huile sur toile  130 x 93 cm      Collection privée.

En 1896, Bukovac participe à l'exposition commémorative du millénaire de Budapest.

Portrait de Miss Berger 1897 Huile sur toile 85 x 110 cm  Collection Moderna galerija, Zagreb..jpg

"Portrait de Miss Berger"     1897

Huile sur toile  85 x 110 cm    Collection Moderna galerija, Zagreb.

En 1897, devenu l'un des membres les plus éminents de "l'école multicolore" de Zagreb, il incite les jeunes artistes à délaisser la "Société Académique" et fonde la "Société des Artistes Croates".

Baronne Rukavina 1898 Huile sur toile 53 x 64 cm Musée national de Serbie Belgrade..jpg

"Baronne Rukavina"    1898

Huile sur toile 53 x 64 cm   Musée national de Serbie, Belgrade.

Portrait d'une jeune femme 1900 Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Portrait d'une jeune femme"    1900

Musée national de Serbie, Belgrade.

En 1898, la "Société des Artistes Croates" organise sa première exposition, le "Salon croate". En désaccord avec le peintre académique, Izidor Kršnjavi (1845-1927), Bukovac quitte Zagreb et se retire dans sa ville natale de Cavtat jusqu'en 1902.

Rêveries 1905  Huile sur toile 58 x 43 cm Collection privée..jpg

"Rêveries"      1905

Huile sur toile   58 x 43 cm        Collection privée.

En 1900, Bukovac participe à l'Exposition Universelle de Paris.

En 1903, il est nommé professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Prague. Il y enseignera durant près de vingt ans.

Portrait de Branko Radulovic 1910 Huile sur toile Musée Bukovac, Cavtat, Croatie..jpg

"Portrait de Branko Radulovic"     1910

Huile sur toile       Musée Bukovac, Cavtat, Croatie.

En 1915, une exposition de son travail est organisée à Prague.

Portrait d'une jeune artiste 1914  Huile sur toile 125 x 90 cm Collection privée..jpg

"Portrait de la fille de l'artiste"    1914 

Huile sur toile  125 x 90 cm         Collection privée.

Portraitiste de grande notoriété, Bukovac était membre honorifique de l'Académie royale de Serbie.

Alexander I, Roi de Serbie, Croatie et Slovenie  1922  Huile sur toile  85 x 115 cm Musée national de Serbie, Belgrade..jpg

"Alexander II, Roi de Serbie, Croatie et Slovènie"  1922 

Huile sur toile   85 x 115 cm    Musée national de Serbie, Belgrade.

Vlaho Bukovac est décédé à Prague en 1922 à l'âge de 67 ans. Il repose dans son village natal de Cavtat.

Depuis 1964, la maison de son enfance est devenue le musée Vlaho Bukovac.

Self Portrait  1914 Huile sur toile 50 x 40 cm Collection privée..jpg

"Self Portrait"    1914

Huile sur toile  50 x 40 cm      Collection privée.

Vlaho Bukovac fut l'un des plus remarquables peintres croates. Influençant toute une génération de jeunes artistes, il est considéré comme l'un des fondateurs de la peinture croate moderne.

13/12/2015

Victor Meirelles de Lima 1832-1903

Victor Meirelles.jpgVictor Meirelles de Lima, né à Florianópolis en 1832, était un peintre néoclassique brésilien.
En 1846, une de ses aquarelles fut remarquée par le peintre français Félix Taunay (1795-1881), directeur de l'académie Impériale des Beaux-Arts de Rio de Janeiro. Ce dernier décidant de prendre en charge les études du jeune artiste, Victor Meirelles suivra les cours de l'académie Impériale des Beaux-Arts de 1847 à 1852.
En 1852, une bourse d'études lui permet de se rendre en Europe.
En 1853, Victor Meirelles débarque au Havre, passe brièvement à Paris puis séjourne à Rome et à Florence. A Rome, il étudie le portrait et le paysage à l'Académie de Saint-Luc auprès de Tommaso Minardi (1787-1871) et de Nicola Consoni (1814-1884). Les comptes rendus qu'il envoie à l'Académie Impériale de Rio lui vaudront trois renouvellements de son stage en Europe.

Etude de tête 1856 Huile sur toile 59,70 x 49,70 cm Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro..jpg

"Etude de tête"      1856

Huile sur toile   59,70 x 49,70 cm

Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro.

En 1856, il part pour Milan puis pour Paris où il restera jusqu'en 1860. Au cours de cette période, il perfectionne sa technique à l'École des Beaux-Arts auprès de Léon Cogniet (1794-1880).
En 1861, sa toile, "Première messe au Brésil", acceptée au Salon de Paris, reçoit les félicitations du jury.

La première messe au Brésil 1860-61 Huile sur toile 268 x 356 cm Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro..jpg

"La première messe au Brésil"   1860-61

Huile sur toile 268 x 356 cm     Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro.

En 1861, de retour au brésil, Victor Meirelles est élevé au grade de chevalier de l'Ordre du Christ et de l'Ordre Impérial de la Rose par Dom Pedro II.
En 1862, il est nommé professeur honoraire de l'Académie Impériale puis, en 1863, il occupe la chaire de "Peinture d'histoire".

Dom Pedro II, deuxième et dernier empereur du Brésil  1864 Huile sur toile.jpg

"Dom Pedro II"  1864  Deuxième et dernier empereur du Brésil.  

Huile sur toile  252 × 165 cm    Musée d'Art de São Paulo.

En 1868, il reçoit la commande officielle de deux tableaux historiques, "Le combat naval du Riachuelo" et "Le siège de Humaitá", épisodes liés à la guerre de la Triple Alliance contre le Paraguay (1865-1870).

Combat naval de Riachuelo 1882-1883 Musée National d'Histoire,  Rio de Janeiro..jpg

"Combat naval de Riachuelo"    1882-1883

Musée National d'Histoire, Rio de Janeiro.

En 1875 et les années suivantes, il exécute plusieurs tableaux commandés par des membres de la famille impériale brésilienne.
En 1885, Victor Meirelles commence l'exécution d'une vue panoramique de Rio de Janeiro. En 1888, la peinture fut exposée à Bruxelles et, en 1889, l'œuvre reçut la médaille d'or de l'Exposition Universelle de Paris.

Portrait d'une jeune femme 1880  Huile sur toile 74 x 60 cm Collection privée..jpg

"Portrait d'une jeune femme"    1880 

Huile sur toile  74 x 60 cm      Collection privée.

En 1889, la république étant proclamée au Brésil, l'Académie Impériale devint l'École Nationale des Beaux-Arts. Victor Meirelles, comme beaucoup d'artistes officiels de la monarchie, fut révoqué.
Sans ressources, il installa le panorama de Rio de Janeiro dans une baraque où il demandait une somme modique aux visiteurs. Une partie des recettes étant indispensable à ses besoins, il offrait la partie résiduelle à la Sainte Maison de la Miséricorde de Rio de Janeiro.

Bataille de Guararapes 1879  Huile sur toile 494,5 x 923 cm Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro..jpg

"Bataille de Guararapes"   1879 

Huile sur toile 494,5 x 923 cm

Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro.

En 1893, Victor Meirelles tenta vainement de fonder sa propre école de peinture. Tombé dans la misère, malade et abandonné de tous, il cessa de peindre.

Portrait d'un vieil homme Huile sur toile  Musée Victor Meirelles,Florianópolis, Brésil..jpg

"Portrait d'un vieil homme"

Huile sur toile     Musée Victor Meirelles,Florianópolis, Brésil.

Victor Meirelles est décédé dans sa modeste maison de Rio de Janeiro en 1903.
Quelques années après sa mort, ses peintures panoramiques furent reléguées dans des dépôts où l'humidité les fit moisir et pourrir. Jugées irrécupérables, les œuvres furent détruites.
Quelques unes de ses toiles et de nombreux croquis figurent dans les musées de São Paulo et de Rio de Janeiro.

Siège de Humaita 1886 Gouache sur papier 53,5 x37 cm Pinacothèque de l'état de Sao Paulo..jpg

"Siège de Humaita"    1886

Gouache sur papier    53,5 x 37 cm

Pinacothèque de l'état de São Paulo.

En 1952, la maison natale du peintre à Florianópolis est devenue le musée Victor Meirelles.
Auteur de peintures d'histoire, de portraits, de paysages et de scènes de genre, Victor Meirelles de Lima fut l'un des plus grands peintres académiques du Brésil.

21/11/2015

Spiridon Spiro Bocaric 1876-1941

s_bocaric.jpgSpiridon Spiro Bocaric, né à Budva en 1876, était un peintre monténégrin.
Dès l'âge de douze ans, son frère aîné, Anastas, lui donne ses premières leçons de peinture.
En 1894, il suit les cours de l'école de dessin de Venise où, en 1895, il intègre l'académie des Beaux-Arts.
En 1896, il rejoint son frère Anastas dans la ville serbe de Novi Sad.
De 1897 à 1914, il vit et travaille à Sarajevo.

Sarajevo, mosquée de mosquée de Gazi Husrev-beg 1909 Huile sur toile Collection privée..jpg

"Sarajevo, mosquée de mosquée de Gazi Husrev-beg"   1909

Huile sur toile         Collection privée.

En 1914, Spiro Bocaric s'installe définitivement à Banja Luka, ville de Bosnie-Herzégovine.
Spiro Bocaric devint rapidement une figure importante de la vie culturelle et sociale de Banja Luka et de sa région.

Le vieux pont de Mostar, Bosnie-Herzégovine 1909 Huile sur toile Collection privée..jpg

"Le vieux pont de Mostar, Bosnie-Herzégovine"    1909

Huile sur toile        Collection privée.

Très intéressé par la photographie, Spiro Bocaric fut l'un des pionniers du cinéma dans le pays. Ses photographies constituent aujourd'hui un précieux témoignage de la vie en Bosnie à cette époque.

Les blanchisseurs 1908 Huile sur toile 44 x 33 cm Collection privée..JPG

"Les blanchisseurs"      1908

Huile sur toile   44 x 33 cm         Collection privée.

Spiro Bocaric était non seulement un peintre, mais également un écrivain auteur d'études ethnographiques et de traités sur l'art populaire bosniaque.

Galerie d’art contemporain, Budva, Monténégro..jpg

"Portrait d'un vieil homme"

Galerie d’art contemporain, Budva, Monténégro.

En 1930, Spiro Bocaric sera le premier directeur du musée de Vrbas Banovina, tout récemment créé à Banja Luka. Auteur de nombreuses conférences, Spiro Bocaric, soulignant l'importance du rôle du musée de Vrbas Banovina dans le patrimoine national, parvint à susciter le plus grand intérêt du public. Il s'en suivit une vaste collecte de divers objets et de multiples dons de broderies, de vêtements, d'armes, d'outils et d'objets précieux aujourd'hui encore exposés au musée.

Enfants à la fontaine Huile sur toile 96 x 75 cm Collection privée..jpg

"Enfants à la fontaine"

Huile sur toile   96 x 75 cm        Collection privée

En 1932, Bocaric publie le premier guide touristique de la Banovine du Vrbas, province du royaume de Yougoslavie nouvellement créé. Ce guide, "Vrbas banate", illustré de nombreuses photographies, fut édité en anglais, en allemand, en français et en serbe.

Jeunes bergers dans un paysage de montagne Huile sur toile 111 x 74 cm Collection privée..jpg

"Jeunes bergers dans un paysage de montagne"

Huile sur toile   111 x 74 cm      Collection privée.

Le 31 décembre 1932, un décret du roi Alexandre Ier de Yougoslavie décerne à Spiro Bocaric, peintre et directeur du musée de la Banovine du Vrbas à Banja Luka, l'Ordre de la Couronne yougoslave.

Portrait d'un vieil homme.jpg

"Portrait d'un vieil homme"

En 1937, Bocaric devint le réalisateur du film documentaire ethnographique "Villes et régions de Vrbas Banovina".

Deux femmes musulmanes devant la mosquée Huile sur toile 47 x 69 cm Collection privée..jpg

"Deux femmes musulmanes devant la mosquée"

Huile sur toile   47 x 69 cm     Collection privée.

Peintre de premier plan, adepte du réalisme académique, Spiro Bocaric fut ensuite influencé par la technique divisionniste de l'artiste italien néo-impressionniste Giovanni Segantini (1858-1899).

Porteur d'eau.JPG

"Porteur d'eau"

Spiro Bocaric fut arrêté par les Oustachis en 1941 à Banja Luka. Il est décédé dans le camp de concentration de Jadovno, près de la ville de Gospić, en juillet 1941.

Musée de la République serbe, Banja Luka, Bosnie-Herzégovine..jpg

"Portrait d'une femme"

Musée de la République serbe, Banja Luka, Bosnie-Herzégovine.

Le musée de Sarajevo expose plusieurs de ses portraits et le musée de la République serbe de Banja Luka en Bosnie-Herzégovine conserve cinquante-sept de ses toiles.

17/10/2015

George Evstatiev 1875-1923

George Evstatiev, né en 1875 à Stara Zagora, était un peintre académique bulgare.
En 1891, il se rend en Italie où il intègre l'Académie des Beaux-Arts de Florence. Diplômé en 1894, il obtient, de plus, en cette même année, une médaille d'or.

Evstatiev  Chèvres.JPG

"Les chèvres"

Huile sur toile         Plovdiv Art Gallery, Bulgaria.

De 1894 à 1898, il poursuit sa formation à l'Académie des Beaux-Arts de Rome puis, de 1899 à 1900, à l'Académie des Beaux-Arts de Paris et de Munich.

Evstatiev Georgy.jpg

"Tulovska Grove"

Huile sur toile   Galerie d'Art de Stara Zagora, Bulgarie.

De retour en Bulgarie, il est nommé professeur de dessin à Stara Zagora, sa ville natale. Il y exécute une série de paysages et quelques portraits de parents et de collègues.

Evstatiev.jpg

"Portrait d'une dame"

Huile sur toile   Galerie d'Art de Stara Zagora, Bulgarie.

Dès 1905, il s'installe définitivement à Sofia. Nommé professeur à la Haute Ecole Nationale des Beaux-Arts, Evstatiev s'exerce à la caricature politique et à la bande dessinée. De 1905 à 1907, ses dessins seront publiés dans le journal britannique "Evening Mail".
Evstatiev s'oriente ensuite vers le portrait officiel de militaires, d'hommes politiques, de  banquiers, d'intellectuels et de femmes célèbres.

Evstatiev George Ivanov  Portrait of Tsaritsa Eleonora of Bulgaria 1908  Huile sur toile.jpg

 "Portrait of Tsaritsa Eleonora of Bulgaria"    1908 

Huile sur toile

Evstatiev Portrait d'un militaire 1909 Huile sur toile toile 140 x 77 cm.jpg

"Portrait d'un militaire"     1909 

Huile sur toile   140 x 77 cm

Lors du premier conflit mondial, George Evstatiev fut mobilisé en qualité de peintre officiel de l'armée.

Evstatiev  Portrait de Paul von Hindenburg 1915 Huile sur toile 85 x 118 cm Collection privée..jpg

  "Portrait de Paul von Hindenburg"     1915

Huile sur toile  85 x 118 cm      Collection privée.

Portrait du général Kliment Boyadzhiev Huile sur toile..jpg

"Portrait du général Kliment Boyadzhiev"

Huile sur toile   Galerie d'Art de Stara Zagora, Bulgarie.

Durant les deux premières décennies du 20° siècle, Evstatiev exécutera plusieurs dizaines de portraits dont, en 1916, celui de l'écrivain et poète Ivan Vazov.

Evstatiev  Portrait de l'écrivain Ivan Vazov 1916 Huile sur toile Musée Ivan Vazov, Sofia..jpg

"Portrait de l'écrivain Ivan Vazov"     1916

Huile sur toile        Musée Ivan Vazov, Sofia.

George Evstatiev est décédé en 1923 à l'âge de 48 ans.

Son travail est exposé dans la Galerie nationale des Beaux-Arts, au musée national d'histoire militaire, au musée "Ivan Vazov" de Sofia, dans les galeries d'art de Plovdiv, de Stara Zagora et dans de nombreuses collections privées. 

11/09/2015

José Ferraz de Almeida junior 1850-1899

Almeida Júnior.jpgJosé Ferraz de Almeida junior, né en 1850 à Itu, ville de l'état de São Paulo, était un peintre réaliste brésilien.
Dès 1869, Almeida intègre l'Académie Impériale des Beaux-Arts de Rio de Janeiro où il suit les cours du français Jules Le Chevrel (1810-1872) et des brésiliens Victor Meirelles de Lima (1832-1903) et Pedro Américo (1843-1905).

Monge Capuchinho 1874  Huile sur bois 58 x 47 cm  Museu de Arte de São Paulo..jpg

"Monge Capuchinho"    1874 

Huile sur bois  58 x 47 cm        Museu de Arte de São Paulo.

En 1876, lors d'une exposition à São Paulo, l'empereur du Brésil Dom Pedro II, découvrant le travail d'Almeida, lui offre un soutien financier. Une bourse d'études mensuelle de 300 francs permet à Almeida de s'établir à Montmartre en novembre 1876 et de suivre les cours de l'École des Beaux-Arts de Paris. Elève du peintre académique Alexandre Cabanel, il expose, entre 1879 et 1882, aux quatre éditions du Salon de Paris.

As Lavadeiras 1875 Huile sur toile 82 x 42 cm Collection privée..jpg

"As Lavadeiras"     1875

Huile sur toile  82 x 42 cm        Collection privée.

En 1882, après un bref voyage en Italie, Almeida est de retour au Brésil. En 1883, il ouvre un studio à São Paulo. Contribuant à la formation de nouvelles générations d'artistes, il donne des cours de dessin et de peinture tout en exécutant des portraits de notables et d'hommes politiques.

Portrait de Victorino Carmilo 1890  Huile sur toile 232,9 x 141,3 cm Museu de Arte de São Paulo..jpg

"Retrato de Victorino Carmilo"   1890 

Huile sur toile  232,9 x 141,3 cm   Museu de Arte de São Paulo.

Retrato de D. Joana Liberal da Cunha 1892  Huile sur toile 73 x 60 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..JPG

"Retrato de Dona Joana Liberal da Cunha"    1892 

Huile sur toile  73 x 60 cm    Pinacoteca do Estado, São Paulo.

En 1884, il figure à l'exposition générale des Beaux Arts de Rio de Janeiro et le gouvernement impérial lui décerne le titre de Chevalier de l'Ordre de la Rose.

O Derrubador Brasileiro 1879 Huile sut toile 227 x 182 cm  Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro..jpg

"O Derrubador Brasileiro"    1879

Huile sur toile    227 x 182 cm

Musée national des Beaux-Arts, Rio de Janeiro.

Entre 1887 et 1897, Almeida junior effectue trois autres voyages en Europe, dont le dernier en compagnie de l'un de ses élèves, titulaire d'une bourse d'État, Pedro Alejandrino Borges (1856-1942).

Cascata do Votorantim 1893  Huile sur toile 116 x 87 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"Cascata do Votorantim"      1893 

Huile sur toile 116 x 87 cm   Pinacoteca do Estado, São Paulo.

Caipiras Negaceando 1888 Huile sur toile  82 x 65 cm Museu Nacional de Belas Artes, Rio de Janeiro..jpg

"Caipiras Negaceando"     1888

Huile sur toile  82 x 65 cm    Museu Nacional de Belas Artes, Rio de Janeiro.Munhós brothers 1893 Huile sur toile 82 x 116 cm Collection privée..jpg

"Munhós brothers"    1893

Huile sur toile  82 x 116 cm       Collection privée.

Ayant parfaitement assimilé l'héritage des peintres français Gustave Courbet (1819-1877) et Jean-François Millet (1814-1875), Almeida délaisse les thèmes et le style académique. Illustrant la vie quotidienne des fermiers et des "caipiras" de la région de São Paulo, il en exécute des portraits comme des scènes naturalistes.

Etude pour la tête d'un Caipira 1893 Huile sur toile 58 x 47 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"Etude pour la tête d'un Caipira"      1893

Huile sur toile  58 x 47 cm    Pinacoteca do Estado, São Paulo.

Amolação Interrompida 1894 Huile sur toile 200 x 140 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"Amolação Interrompida"    1894

Huile sur toile 200 x 140 cm  Pinacoteca do Estado, São Paulo.

Caipira hachant du tabac 1893 Huile sur toile 70 x 50 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"Caipira hachant du tabac"       1893

Huile sur toile  70 x 50 cm      Pinacoteca do Estado, São Paulo

Ces nouveautés dans les thèmes et le style ne nuisent en rien à sa popularité et l'Académie, qui expose ses œuvres régionalistes, lui décerne une médaille d'or en 1898.

O Importuno 1898 Huile sur toile 145 x 97 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..JPG

"O Importuno"     1898

Huile sur toile 145 x 97 cm    Pinacoteca do Estado, São Paulo.

Paisagem fluvial 1899  Huile sur bois 23,5 x 34 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"Paisagem fluvial"     1899 

Huile sur bois  23,5 x 34 cm  Pinacoteca do Estado, São Paulo. O violeiro  1899  Huile sur toile 141 x 172 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"O violeiro"     1899 

Huile sur toile 141 x 172 cm  Pinacoteca do Estado, São Paulo.Saudade 1899 Huile sur toile 197 x 101 cm Pinacoteca do Estado, São Paulo.jpg

"Saudade"     1899

Huile sur toile 197 x 101 cm  Pinacoteca do Estado, São Paulo.

Victime d'un crime passionnel, José Ferraz de Almeida junior est décédé dans la ville brésilienne de Piracicaba en 1899.

Moça com Livro non datée Huile sur toile 50 x 61 cm  Museu de Arte de São Paulo.jpg

"Moça com Livro"     non daté

Huile sur toile   50 x 61 cm     Museu de Arte de São Paulo.

Célèbre de son vivant, Almeida junior est considéré comme le peintre fondamental de l'école réaliste brésilienne du XIX° siècle.

O negrinho Pastel  43,8 x 29,5 cm Museu da Casa Brasileira, São Paulo.jpg

"O negrinho

Pastel  43,8 x 29,5 cm   Museu da Casa Brasileira, São Paulo.

 Nhá Chica 1895 Huile sur toile 109 x 72 cm  Pinacoteca do Estado, São Paulo..jpg

"Nhá Chica"     1895

Huile sur toile 109 x 72 cm    Pinacoteca do Estado, São Paulo. Garoto com Banana 1897  Huile sur toile 59 x 44 cm Collection privée..jpg

"Garoto com Banana"    1897 

Huile sur toile  59 x 44 cm      Collection privée.

Au Brésil, la "Journée des Arts Plastiques" est célébrée chaque 8 mai, jour de naissance du peintre. 

 

24/01/2014

Louis-Marie de Schryver 1862-1942

Louis Marie de Schryver.jpg

Louis-Marie de Schryver, né à Paris en 1862, était un peintre français.

Autodidacte mais talentueux et fort précoce, il expose dès l'âge de 14 ans deux natures mortes "Marguerites et  chrysanthèmes" et "Violettes et fleurs de printemps" au Salon de 1876.

En 1877, il étudie dans l'atelier parisien de Philippe Rousseau (1816-1887) et poursuit ses expositions au Salon.

La marchande-de-fleurs.jpg

"La marchande de fleurs"  Avenue de l'Opéra, Paris. 

En 1879, de Schryver reçoit pour son tableau "Les lilas" une médaille de bronze à l'Exposition Universelle de Sydney.
En 1886, il ouvre un atelier rue Pergolèse dans le 16° arrondissement de Paris.

La marchande de fleurs 1886  Huile sur toile  60,3 x 49,5 cm  Collection privée.jpg

"La marchande de fleurs"   1886 

Huile sur toile  60,3 x 49,5 cm     Collection privée.

Spécialiste des scènes de rue de la vie parisienne, il éprouve une véritable prédilection pour le monde des fleurs et des fleuristes, thème récurrent dans son travail.

Arc de Triomphe, Paris  1886   Huile sur toile 70,4 x 103,5 cm Collection privée.jpg

"Arc de Triomphe, Paris"   1886  

Huile sur toile  70,4 x 103,5 cm     Collection privée.

Avenue de l'Opéra, Paris 1891  Huile sur toile 54,6 x 71,8 cm Collection privée.jpg

"Avenue de l'Opéra, Paris"     1891 

Huile sur toile   54,6 x 71,8 cm     Collection privée.

Rue de Rivoli, Paris 1892.Jpeg

"Rue de Rivoli, Paris"     1892

 La marchande de fleurs.jpg

"Avenue de l'Opéra, Paris"

En 1888, Louis-Marie de Schryver est élu membre de la Société des Artistes Français.

Après l'averse, place du théâtre- francais  1889  Huile sur toile 72 x 92 cm   Collection privée.jpg

"Après l'averse, place du Théâtre-Francais"   1889

Huile sur toile 72 x 92 cm    Collection privée.

Rue du faubourg Saint Honoré, 1890.jpg

"Rue du faubourg Saint Honoré, Paris"    1890

1890  Huile sur toile 70,2 x 91,7 cm Collection privée.jpg

       "Avenue de L'Opéra, Paris"       1890 

Huile sur toile 70,2 x 91,7 cm       Collection privée.

En 1891, de Schryver travaille dans l'atelier du portraitiste Gabriel Ferrier (1847-1914).

Portrait d'une jeune fille  1898   Huile sur toile  50,5 x 38,5 cm  Collection privée.jpg

"Portrait d'une jeune fille"   1898  

Huile sur toile  50,5 x 38,5 cm      Collection privée.

En 1893, il est élu membre honoraire de la Société des Beaux-Arts de Montréal. 

Place de la Concorde, Paris  1892.jpg

"Place de la Concorde, Paris"    1892

La marchande de fleurs, place de la Concorde, Paris.jpg

"La marchande de fleurs, place de la Concorde, Paris"   1893.

En 1900, il reçoit une médaille d'or lors de l'Exposition Universelle de Paris.

La vendeuse de fleurs et de fruits  1898  Huile sur panneau  20,32 x 16,51 cm    Collection privée.jpg

"La vendeuse de fleurs et de fruits"   1898 

Huile sur panneau  20,32 x 16,51 cm      Collection privée.

En 1901, Louis-Marie de Schryver expose au Salon une toile intitulée "Lesbiennes". Ce tableau provoque un scandale et doit être retiré de l'exposition.

Beauté et pétales de roses  1901  Huile sur toile  60,3 x 80 cm   Collection privée.jpg

"Beauté et pétales de roses"    1901 

Huile sur toile  60,3 x 80 cm    Collection privée.

Au début du 20° siècle, de Schryver, fasciné par les courses automobiles, se plaît à peindre des scènes de courses. Il expose une de ses toiles, "L'arrivée du vainqueur au premier prix de l'Automobile Club", au Salon des Artistes Indépendants de 1907.

L'arrivée du vainqueur  1906  Grand prix de l' A.C.F Le Mans.jpg

"L'arrivée du vainqueur"  1906    Grand prix de l' A.C.F, Le Mans.

Le public n'éprouvant que peu d'intérêt pour ce genre de peintures, Louis-Marie de Schryver reprend, dès 1910, les vues et les scènes de rues de Paris. 

Place de l'Opéra, Paris.jpg

"Place de l'Opéra, Paris"

Avenue du bois de Boulogne.jpg

"Avenue du bois de Boulogne, Paris"

Au cours de sa longue carrière, Louis-Marie de Schryver s'est essayé à diversifier sa production. Il réalise des portraits, des natures mortes et des scènes de genre.

Le jour du bain  Huile sur toile  67,3 x 54,6 cm Collection privée.jpg

"Le jour du bain"   Huile sur toile  67,3 x 54,6 cm   Collection privée.

Marielle  1898  Huile sur panneau 24,2 x 21,6 cm Collection privée.Jpeg

"Marielle"  1898  Huile sur panneau 24,2 x 21,6 cm   Collection privée.

Rue Royale, Paris 1898  Huile sur toile 56,5 x 83,2 cm  Collection privée.jpg

"Rue Royale, Paris"     1898 

Huile sur toile 56,5 x 83,2 cm      Collection privée.

Le marchand des  quatre saisons 1895 Huile sur toile  173 x 225 cm  Musée des Beaux-Arts, Cambrai, France.JPG

"Le marchand des quatre saisons"     1895

Huile sur toile 173 x 225 cm    Musée des Beaux-Arts, Cambrai, France.

L'essentiel de son travail gravite cependant autour du monde des fleurs.

Avenue de l'Opéra, Paris 1891 Huile sur toile 69,2 x 97,8 cm Collection privée.jpg

"Avenue de l'Opéra, Paris"   1891

Huile sur toile  69,2 x 97,8 cm       Collection privée.

Le marché aux fleurs, 1895.jpg

"Le marché aux fleurs, Paris"     1895

Avenue des Champs-Elysées, Paris  1895   Huile sue toile 54 x 73,7 cm  Collection privée.jpg

"Avenue des Champs-Elysées, Paris"     1895  

Huile sur toile  54 x 73,7 cm      Collection privée.

L a vendeuse de fleurs  v.1896  Huile sur panneau  Collection Privée.jpg

"La vendeuse de fleurs"    v.1896 

Huile sur panneau     Collection Privée.

Paris, vendeuse de fleurs  1897   Huile sur panneau 20,32 x 15,24 cm  Collection privée.jpg

"Paris, vendeuse de fleurs"     1897  

Huile sur panneau 20,32 x 15,24 cm  Collection privée.

1901.jpg

1901

Entre 1919 et 1925 de Schryver travaille en Rhénanie, territoire occupé à l'époque par les troupes françaises. Il y peindra quelques toiles patriotiques, des natures mortes et des paysages.
Louis de Schryver exposera régulièrement aux Salons durant toute sa carrière.

Place de  l'Opéra, Paris  v.1925.jpg

"Place de l'Opéra, Paris"    v. 1925

Considéré comme l'un des meilleurs peintres de la Belle Epoque, son travail constitue un véritable témoignage de la vie parisienne. 

Place de l'Opéra, 1927   Huile sur toile.Jpeg

"Place de l'Opéra, Paris"     1927  

Huile sur toile    Collection privée.  

Louis-Marie de Schryver est décédé à Neuilly en 1942.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique