logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/02/2017

Georg Friedrich Haendel 1685-1759

George Frideric Handel  c.1726-1728  Portrait attribué  à Balthasar Denner 1685-1749 Germany Huile sur toile 74,9 × 62,6 cm National Portrait Gallery, Londres..jpgGeorg Friedrich Haendel  

Né en 1685 à Halle, Germany.

Décédé en 1759 à Westminter, England.

Compositeur allemand naturalisé anglais en 1727.

 

 Concerti Grossi Opus 6 - Grave


podcast

 

Portrait c.1726-1728 attribué à Balthasar Denner (1685-1749), Germany.

Huile sur toile 74,9 × 62,6 cm   National Portrait Gallery, London.

29/01/2017

"Au Pauvre Jacques" 1820-1935

Les magasins parisiens de nouveautés textiles "Au Pauvre Jacques", situés au 51 & 53 boulevard du Temple et au 198 & 200 rue du Temple, furent fondés en 1820.

Au Pauvre Jacques  Affiche Van Geylen, Paris c.1866 Lithographie 150 x 120 cm.JPEG

"Au Pauvre Jacques

Affiche Van Geylen, Paris   c.1866      Lithographie 150 x 120 cm

"Boulevart du Temple" : Ce "t" terminal était un trait d’orthographe tout à fait courant à l’époque. Il est exact que l’orthographe "Boulevart" était attestée au 19ème siècle. Néanmoins, si elle était courante avant et vers les années 1830, elle tendait à se raréfier dans la seconde moitié du siècle.

En 1889-90 un nouveau magasin "Au Pauvre Jacques" est implanté à l'angle de la place de la République et de la rue du Temple. Ce magasin était l'ancêtre de "A La Toile d'avion" qui deviendra "Tati" et qui est aujourd'hui un magasin de vêtements de l'enseigne "Camaïeu".

Au Pauvre Jacques Affiche 1890  Imprimerie Th. Dupuy & Fils, Paris Lithographie 129 x 90 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Au Pauvre Jacques"         Affiche 1890

Imprimerie Th. Dupuy & Fils, Paris

Lithographie 129 x 90 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

J.B. Nob  18..-19.. Affiche 1890 Imprimerie Th. Dupuy, 22 rue des Petits-Hôtels, Paris  Lithographie 129 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

J.B. Nob  18..-19..         Affiche 1890

Imprimerie Th. Dupuy, 22 rue des Petits-Hôtels, Paris 

Lithographie 129 x 100 cm    Bibliothèque nationale de France, Paris.

La place de la République, située à la limite des 3°, 10° et 11° arrondissements de Paris, est une place de 280 mètres sur 120. Jusqu'en 1879, petite place triangulaire ornée d'une fontaine, elle s'appelait place du Château-d'Eau.
Elle prit sa physionomie actuelle sous le Second Empire et les travaux haussmanniens, qui dès 1852, virent le percement du boulevard de Magenta, des Amandiers (devenu avenue de la République) et du boulevard du Prince-Eugène, de nos jours boulevard Voltaire.
Le 14 juillet 1883, un monument dédié à la République, œuvre des frères Léopold et Charles Morice, fut inauguré au centre de la place. La place prendra le nom de place de la République en 1889, 6 ans après l'inauguration d'un monument.

Au Pauvre jacques (2).jpg

Au pauvre Jacques  Place de la République, Paris..jpg

Carte postale   Place de la République, Paris.

Eugène Ogé 1861-1936 France Au Pauvre Jacques 1901 Lithographie 140 x 100 cm Musée des Arts Décoratifs, Paris..jpg

Eugène Ogé 1861-1936 France

"Au Pauvre Jacques"    1901

Lithographie 140 x 100 cm   Musée des Arts Décoratifs, Paris.

Au Pauvre Jacques (3).JPG

Mention est faite du n° de téléphone et d'une extension du magasin sise au 24,26 rue Bérenger.

Au pauvre Jacques  Affiche 121,5 x 79,5 cm  Imprimerie Oullot 2, Place Voltaire, Paris  c.1990  Musée Carnavalet, Paris..jpg

"Au Pauvre Jacques"   c.1900    Affiche 121,5 x 79,5 cm 

Imprimerie Oullot 2, Place Voltaire, Paris. 

Musée Carnavalet, Paris.

Facture, datée du 8 juin 1906, due à Paul Costé  Encre bleue sur papier rosé, format 13,9 x 21,6 cm..jpg

Facture, datée du 8 juin 1906, due à Paul Costé 

Encre bleue sur papier rosé, format 13,9 x 21,6 cm.

Catalogue publicitaire du magasin Au pauvre Jacques  1924..jpg

1924   Catalogue publicitaire du magasin "Au pauvre Jacques".

En 1935, Marcel Boussac achète la chaîne parisienne de magasins de tissus "Au pauvre Jacques". Rebaptisée "A la toile d'avion", elle devient le principal organe de vente du Comptoir de l'industrie cotonnière (CIC), société de traitement et de vente de textiles crée par Boussac en 1911.
Dans l'incapacité de s'adapter aux évolutions du marché du textile, les 21 principales sociétés du groupe Boussac sont mises en règlement judiciaire en mai 1978.
Saint Frères, filiale du groupe Agache-Willot, achètent Boussac pour 700 millions de francs en août 1978. Mais la société Boussac-Saint-Frères continue d'être déficitaire et doit déposer le bilan en juin 1981.

27/01/2017

Le Grand Bazar de l’Hôtel de Ville 1856

François Xavier Ruel.jpgLe Grand Bazar de l’Hôtel de Ville, fut fondé en 1856 par François-Xavier Ruel (1823-1900), originaire d’Annonay, établi quincaillier à Lyon.

Venu à Paris en 1853, il achète aux fabricants un stock de bonneterie puis recrute quelques camelots pour vendre les articles dans de vastes parapluies.

Il constate que les meilleures ventes sont toujours réalisées au coin de la rue de Rivoli et de la rue des Deux-Portes-Saint-Jean (actuelle rue des Archives).
En 1856, il décide d'établir son magasin, "le Bazar Napoléon", à cet endroit. Il occupe une petite façade au 54 de la rue de Rivoli.

Eugène Oge 1861-1936 France  Bazar de l'Hôtel de Ville 1910   Lithographie 138 x 198 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Eugène Ogé  1861-1936       France 

"Bazar de l'Hôtel de Ville"   1910  

Lithographie 138 x 198 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

Progressivement, l'activité s'étend à tout un îlot d'immeubles et, en 1866, il prend en bail la plus grande partie de l’immeuble du 54 rue de Rivoli.

Émile Lévy 1826-1890  France Affiche de 1892 Lithographie 106 x 75 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Émile Lévy  1826-1890      France

Affiche de 1892     Lithographie 106 x 75 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Le magasin consacre trois étages à la vente et la première marque "Bazar de l'Hôtel de Ville" sera officiellement déposée le 17 octobre 1878.

c.1891 Affiches Camis, 58 rue Saint Sabin, Paris..jpg

c.1891    Affiches Camis, 58 rue Saint Sabin, Paris.

Henri Gray 1858-1924  France 1897 Lithographie 141 x 100 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Henri Gray   1858-1924         France

1897  Lithographie 141 x 100 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

Xavier Ruel décède en 1900 et laisse derrière lui une enseigne particulièrement prospère comptant 800 employés.
Sa femme et ses enfants reprennent l’entreprise et fondent en 1901 la société "Veuve Ruel et Cie".

Firmin Bouisset 1859-1925 France 1899 Lithographie 150 x 111 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Firmin Bouisset   1859-1925    France

"Bazar de l'Hôtel de Ville"    1899

Lithographie 150 x 111 cm    Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 1902, Henri Viguier (1877-1967), petit-fils de François-Xavier Ruel, prend la direction de la société. Il parachève l’œuvre de son aïeul et dirige les vastes travaux qui, réalisés de 1911 à 1913 selon les plans de l'architecte Auguste Roy, donnent au bâtiment sa célèbre rotonde et l'essentiel de sa structure moderne.

1913 Construction de la charpente métallique et de la rotonde..jpg

1913   Construction de la charpente métallique et de la rotonde.

Le magasin couvre 1 300 mètres de galeries bâties sur six étages, il devient l'un des grands magasins parisiens de la mode.

Editeur Verneau Charles, Paris 1890 Lithographie 139 x 95 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Editeur Charles Verneau, Paris 1890

Lithographie 139 x 95 cm Bibliothèque nationale de France, Paris.

Henri Viguier fut l'homme de toutes les grandes réalisations du magasin.
En 1924, l’enseigne change de nom et devient "Bazar de l’Hôtel de Ville".

Eugène  Ogé  1861-1936 France Bazar de l'Hôtel de  Ville 1899 Lithographie 137 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Eugène Ogé   1861-1936     France

"Bazar de l'Hôtel de  Ville"    1899

Lithographie 137 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 1931, le BHV devient une société anonyme. En 1954, un premier escalateur est inauguré. En 1960, Le BHV est introduit en bourse.

En 1966, le BHV, surélevé d'un étage, dispose de l’air conditionné.

Bazar de l'Hôtel de Ville  1890  Imprimerie Charles Verneau, Paris  Lithographie 120 x 80 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Bazar de l'Hôtel de Ville"    1890 

Imprimerie Charles Verneau, Paris 

Lithographie 120 x 80 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 1971, un parking, doté d’un accès direct au magasin, est ouvert au public.
En 1991, le groupe "Galeries Lafayette" se porte acquéreur du BHV.

Imprimerie Hermet rue de Rennes, Paris18.. Lithographie 94 x 131 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Imprimerie Hermet, rue de Rennes, Paris

"Bazar de l'Hôtel de Ville"  18..?

Lithographie 94 x 131 cm     Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 2013, Le Bazar de l'Hôtel de Ville, rénové, devient officiellement Le "BHV Marais", grand magasin généraliste propriété du groupe "Galeries Lafayette".

23/01/2017

Vann Nath 1946-2011

Vann Nath.jpgVann Nath, né en 1946 dans le village de Phum Sophy, province de Battambang, était un artiste peintre cambodgien.
Vann Nath grandit à Wat Sopee où il étudie dans la pagode. Sa famille étant très pauvre, dès l'âge de 14 ans, il travaille dans une usine où il perçoit un salaire dérisoire. Respectant la tradition cambodgienne, Vann Nath sert comme moine de 17 à 21 ans.
En 1965, il s'inscrit dans une école privée de peinture. Après deux ans d'études, il parvient à tirer profit de son travail de peintre.
En 1969, Vann Nath crée une petite entreprise et produit des affiches de cinéma et des portraits à l’effigie du roi Norodom Sihanouk.
En avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir au Cambodge.
Dans le cadre des réformes agraires du régime, l'artiste et sa famille sont brutalement déportés dans la commune rurale de Norea, près de Battambang, pour y travailler dans les rizières.
Le 29 décembre 1977, Vann Nath, accusé de violer le code moral instauré par l'Angkar*, est arrêté par les Khmers rouges.

Arrestation  Acrylique sur toile  Musée de Toul Sleng  (S-21), du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Arrestation

Acrylique sur toile 

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Emprisonné à Wat Kandal, temple bouddhiste utilisé comme centre de détention, Vann Nath est transféré le 7 janvier 1978 dans une prison de sécurité à Phnom Penh. Cette prison de sécurité, connue sous le nom de S-21 ou Tuol Sleng** par les Khmers rouges, était jusqu'au milieu des années 70 un lycée, qui, construit par les français vers 1950, était appelé Chao Ponhea Yat High School***.

Entrée au S-21  Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Entrée au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En août 1975, quatre mois après que les Khmers rouges aient gagné la guerre civile cambodgienne, le lycée fut transformé en prison. Les cinq bâtiments du complexe furent entourés de barbelés électrifiés et toutes les fenêtres furent munies de barreaux de fer. Les salles de classe furent transformées en de minuscules cellules carcérales et en chambres d'interrogatoire et de torture.

Photographie au S-21  Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Photographie des arrivants au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Prisonniers du S-21 attendant leur interrogatoire. Acrylique sur toile Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Prisonniers du S-21 attendant leur interrogatoire"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

De 1975 à 1979, environ 17 000 personnes, hommes, femmes et enfants, ont été emprisonnées, interrogées, torturées puis exécutées à Tuol Sleng et à Choeung Ek.

Interrogatoire au S-21 Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Interrogatoire au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Situé à 17 km au sud-ouest de Phnom Penh, Choeung Ek était le lieu principal d'exécution et le charnier de la prison de Tuol Sleng. Choeung Ek, d'une superficie de deux hectares, était sous les ordres de Douch, directeur du centre S-21.

Exécution au camp de Choeung Ek Acrylique sur toile   Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Exécution au camp d'extermination de Choeung Ek"

Acrylique sur toile  

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Le sept janvier 1979, Phnom Penh fut libéré par l'armée vietnamienne. Tuol Sleng ne comptait que sept prisonniers survivants.
Vann Nath fut l'un d'entre eux.

Self portrait Acrylique sur toile   c.1980 Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Self portrait"

Acrylique sur toile    c.1980 

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Il ne dut sa survie qu’à son talent de peintre. Douch****, l’impitoyable directeur de la prison de Tuol Sleng, l’épargna pour réaliser des portraits de Pol Pot*****.

Portrait de Pol Pot examiné par Douch..jpg

"Portrait de Pol Pot examiné par Douch"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Dès sa libération, Vann Nath témoigne de l’univers carcéral dans une série de tableaux d’un réalisme brut. Ses toiles seront ensuite de plus en plus souvent exposées au Cambodge et en France, notamment à l’université de Paris VIII qui s’est mobilisée pour perpétuer cette mémoire de l’extrême.

Mère et son enfant lors du génocide c. 1980 Acrylique sur toile 78 x 53 cm Collection privée..jpg

"Mère et son enfant lors du génocide"     c.1980

Acrylique sur toile 78 x 53 cm      Collection privée.

Plusieurs mois après sa libération, Vann Nath fut, durant la décennie suivante, recruté par l'armée cambodgienne pour combattre les Khmers rouges le long de la frontière thaïlandaise.
En 1998, Vann Nath publie l'unique récit écrit par un survivant de la prison: "Dans l’enfer de Tuol Sleng". Ce livre, publié en anglais et en suédois en 1998, sera traduit en français en 2008.

Tortures au S-21 Acrylique sur toile Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Tortures au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En 2001 et 2002, Vann Nath a travaillé intensivement avec le cinéaste cambodgien Rithy Panh lors de la réalisation d'un film documentaire intitulé "S-21: La machine de mort khmère rouge". Vann Nath, interviewé dans le film, y est confronté aux gardiens de l’époque de la prison de Tuol Sleng.

Vivre auprès des morts Acrylique sur toile   Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Vivre auprès des morts"

Acrylique sur toile  

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En juin 2009, Vann Nath, quoique malade, témoigne au procès de Douch.

Fin janvier 2011, Vann Nath était à Paris pour la tenue du Forum des Images intitulé "Un état du monde et du cinéma". A cette occasion, il participa à plusieurs débats sur le génocide cambodgien******.

Le 24 mai 2011, l'université de Paris VIII conféra le titre de "docteur honoris causa" à Rithy Panh et à Vann Nath.
Vann Nath est décédé d'un arrêt cardiaque le 5 septembre 2011 dans une clinique de Phnom Penh. Il était âgé de 66 ans.
Artiste unique dans l'histoire du Cambodge, l'infatigable porte-parole des victimes des Khmers rouges laisse un témoignage inestimable de la douloureuse histoire de son pays entre 1975 et 1979.


* l'Angkar dit aussi Angkar padevat (Organisation révolutionnaire) était le nom utilisé par le parti communiste du Kampuchéa (PCK, Parti communiste du Cambodge).
** Ponhea Yat Chao fut le dernier roi de l'empire khmer et le premier roi du Cambodge. Il a régné de 1417/1421 à 1462/1467.
*** Tuol Sleng en khmer signifie "colline des arbres vénéneux" ou "colline empoisonnée". La sinistre prison de Tuol Sleng est devenue depuis janvier 1980 un musée du génocide khmer.
**** Douch ou Duch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, fut, de 1975 à 1979 sous le régime des Khmers rouges, le directeur de la prison S-21 de Phnom Penh. En juillet 2007, Douch fut inculpé pour crimes contre l'humanité. En 2009, il a été condamné en appel à la détention à perpétuité par le tribunal parrainé par l'ONU.
***** Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sâr (1925-1998), fut, à partir de 1975, le chef principal du régime communiste cambodgien appelé Kampuchéa démocratique. Pol Pot est décédé en 1998 à Anlong Veng, petite ville du nord du Cambodge près de la frontière thaïlandaise.
****** Les crimes perpétrés sous le régime des Khmers rouges sont souvent désignés sous le nom de génocide cambodgien mais la qualification de génocide n'est pas reconnue sur le plan international pour le Cambodge. Il n'existe pas de consensus sur le nombre total de victimes; toutefois, les 1,7 million de morts -soit 21% de la population cambodgienne de l'époque-, évalués par le programme d'étude sur le génocide cambodgien de l'Université Yale, semblent de nos jours le chiffre le plus crédible.

19/01/2017

Charles Castellani 1838-1913

Charles Castellani.jpgCharles Castellani-Leonzi, né à Bruxelles en 1838, était un peintre de batailles.
Naturalisé français en 1874, Charles Castellani est décédé à Bois-le-Roi en 1913.

Les zouaves pontificaux à La bataille de Loigny 1879  Huile sur toile Musée de L'Armée, Paris..jpg

"Les zouaves pontificaux à La bataille de Loigny"   1879 

Huile sur toile            Musée de L'Armée, Paris.

Vers 1875, Charles Castellani eut l'idée de créer ses propres panoramas, spectacle pictural très en vogue à l'époque.
Exposés dans de grandes villes européennes telles Rome, Londres, Bruxelles, Madrid, les panoramas de Castellani connaissaient le succès.
En 1881, à Paris, dans une rotonde installée près de la place de la République, au 26 rue de Bondy, il ouvrit le "Grand Panorama National Français". Des panoramas de batailles et d'histoire y étaient proposés au public.
En 1883, après l'avoir exposé à Vienne, Castellani proposa au public un panorama consacré à la Commune de Paris.

Affiche Auteur inconnu Lithographie 60 x 40 cm 1883 Bibliothèque nationale de France..jpg

"La Commune  de Paris"    1883   Auteur inconnu

Lithographie 60 x 40 cm       Bibliothèque nationale de France.

La peinture panoramique de l'époque étant essentiellement dédiée à la représentation héroïque de la guerre de 1870 et au siège de Paris, le sujet était inédit.
Les dernières lois d'amnistie votées le 11 juillet 1880, La Commune n'était plus d'actualité et, Castellani étant ouvertement hostile à cette révolution, il pouvait paraître fort étonnant que l'artiste ait consacré un panorama à cet événement historique. (cf "Confidences d'un panoramiste, Aventures et Souvenirs" par Charles Castellani édité en 1895.)
Le panorama de la Commune exécuté par Castellani en 1883 fut certainement le seul consacré à cet événement.

Affiche Léon Choubrac dit Hope 1847-1885 France Lithographie 60 x 40 cm 1883 Bibliothèque nationale de France..jpg

 Léon Choubrac dit Hope   1847-1885      France

Lithographie 60 x 40 cm   1883    Bibliothèque nationale de France.

Ce panorama recèle de nombreuses zones d'ombre. Contrairement à la plupart des panoramas, il n'en existe aucune étude, esquisse, maquette, gravure, reproduction photographique ou livret explicatif. Son titre semble changer d'une affiche à l'autre : "La Commune de Paris, 1871" où "Le dernier jour de la Commune de Paris, 1871". Lors de sa présentation à Vienne, le panorama était intitulé "Vue de Paris des Buttes-Chaumont, le dernier jour de la Commune".

Les trois affiches connues vantant ce panorama montrent, sur un fond de paysage urbain incendié, un fédéré juché sur une barricade brandissant un drapeau rouge tandis que les soldats des troupes versaillaises donnent l'assaut.

Affiche Léon Choubrac dit Hope 1847-1885 Le Dernier jour de la Commune.jpg

Léon Choubrac dit Hope    1847-1885

"Le Dernier Jour de la Commune"    1883

Ces trois affiches, conformes à l'esprit du panorama, suggéraient une représentation spectaculaire de la Commune.
L'interprétation "versaillaise" du panorama de Castellani banalisait la violence des combats de "la semaine sanglante" de mai 1871. Devenu le spectacle d'une simple opération militaire de l'armée régulière, le panorama contribuait à diffuser une vision aseptisée de l'impitoyable et violente répression qui suivit la Commune.

Source : Bertrand Tillier  "La Commune, révolution sans images ?"  2004   Édition Champ Vallon.

 
 

14/01/2017

Louis Léopold Boilly 1761-1845

Les Grimaces, série de 92 lithographies satiriques qui, exécutées entre 1823 et 1826, seront éditées à Paris par le lithographe François-Séraphin Delpech (1778-1825) dans le "Recueil de grimaces".

Les cinq sens.jpg

"Les cinq sens"

Les faux toupets.jpg

"Les faux toupets"

Les Fumeurs et les Priseurs.jpg

"Les Fumeurs et les Priseurs"

Les gueux.JPEG

"Les gueux"

Les Lunettes.jpg

"Les Lunettes"

Les Moustaches 1824 Lithographie 24 x 31, 8 cm.JPG

"Les Moustaches"        1824

Lithographie    24 x 31, 8 cm

Réjouissances publiques, départ pour les distributions.jpg

"Réjouissances publiques, départ pour les distributions"

Les grimaces.JPEG

"Les grimaces"

Le pouvoir de l'Eloquence.jpg

"Le pouvoir de l'Eloquence"

Les Bossus.jpg

"Les Bossus"

07/01/2017

Louis Léopold Boilly 1761-1845

Les Grimaces, série de 92 lithographies satiriques qui, exécutées entre 1823 et 1826, seront éditées à Paris par le lithographe François-Séraphin Delpech (1778-1825) dans le "Recueil de grimaces".

Les nez camards.JPEG

"Les nez camards"

Les nez ronds.JPEG

"Les nez ronds"

Le Baume d'Acier.JPG

"Le Baume d'Acier"

L'Adroit Barbier.jpg

"L'Adroit Barbier"

La félicité parfaite.jpg

"La félicité parfaite"

Consultation de médecins.JPEG

"Consultation de médecins"

Les amateurs de tableaux  ca.1825 Lithographie Palais des Beaux-Arts de Lille, France..jpg

"Les amateurs de tableaux"         c.1825

Lithographie                Palais des Beaux-Arts de Lille, France.

Le Concert.jpg

"Le Concert"

Les antiquaires.JPEG

"Les antiquaires"

Les Cancans.jpg

"Les Cancans"

04/01/2017

Louis Léopold Boilly 1761-1845

Louis Léopold Boilly, peintre portraitiste français. Né en 1761 à La Bassée près de Lille, décédé à Paris en 1845.

Autoportrait en Jean qui rit  Dessin sur papier, crayon noir et rehauts de blanc 23 x 17,4 cm    Museum of Fine Arts, Boston, USA..jpg

"Autoportrait en Jean qui rit"

Dessin sur papier, crayon noir et rehauts de blanc    23 x 17,4 cm   

Museum of Fine Arts, Boston, USA.

Autoportrait dit Surprise Dessin sur papier Collection privée..jpg

"Autoportrait"  dit  "Surprise

Dessin sur papier            Collection privée.

Autoportrait grimaçant c.1822-1823 Crayon sur papier 24,8  x 19,7 cm Collection privée..jpg

"Autoportrait grimaçant"      c.1822-1823

Crayon, rehauts de blanc sur papier  24,8  x 19,7 cm      Collection privée.

Portraits du chanteur Simon Chenard et du peintre François-Pascal-Simon Gérard  c.1791 Crayon noir, rehauts de blanc, sur papier bleu, 19,2 x 28 cm Collection privée..jpg

"Portraits du chanteur Simon Chenard et du peintre François-Pascal-Simon Gérard"   c.1791

Crayon noir, rehauts de blanc sur papier bleu  19,2 x 28 cm     Collection privée.

Portraits de la famille de l'artiste et de ses serviteurs c.1800 Crayon,  rehauts de blanc  sur papier vélin brun clair  45 x 29,7 cm The Morgan Library & Museum New York..jpg

"Portraits de la famille de l'artiste et de ses serviteurs"   c.1800

Crayon, rehauts de blanc sur papier vélin brun clair  45 x 29,7 cm

The Morgan Library & Museum, New York.

Trois jeunes artistes dans un studio c.1820  Dessin crayon noir, rehauts de blanc sur papier beige Getty Center, Los Angeles, USA..jpg

"Trois jeunes artistes dans un studio"    c.1820 

Dessin crayon noir, rehauts de blanc sur papier beige

Getty Center, Los Angeles, USA.

Les Grimaces 1823-1823.jpg

"Les Grimaces"        1823

Metropolitan Museum of Art, New York. 

01/01/2017

Louis Léopold Boilly 1761-1845

Louis Boilly.jpgLéopold Boilly, né à La Bassée près de Lille en 1761, était un peintre portraitiste, miniaturiste et graveur français.
Fils d'un sculpteur sur bois, il est élevé à Douai, où, jusqu'à l'âge de dix-sept ans, il s'initie à la peinture auprès du professeur de l'académie d'art de la ville, Charles-Alexandre-Joseph Caullet (1741-1825).
Dès 1778, à Arras, il étudie la technique de la peinture en trompe-l'œil auprès de Dominique Doncre (1743-1820).

A trompe-l'oeil with a man's head through a canvas Huile sur toile 61 x 47 cm Collection privée..JPG

 "A trompe-l'oeil with a man's head through a canvas"

Huile sur toile   61 x 47 cm         Collection privée.

En 1785, il s'établit à Paris où il peint des scènes de rue et de la vie quotidienne.

L'averse, dit aussi Passez, payez c. 1805 Huile sur toile 32 x 40 cm Musée du Louvre, Paris..jpg

"L'averse"  dit aussi "Passez, payez"   c.1805

Huile sur toile  32 x 40 cm        Musée du Louvre, Paris.

Il exécute également des scènes de boudoir fort appréciées des riches amateurs d’art de l’Ancien Régime.

La visite reçue  1789 Huile sur toile 45 x 55 cm  Musée de l'hôtel Sandelin, Saint-Omer, France..jpg

"La visite reçue"     1789

Huile sur toile  45 x 55 cm   Musée de l'hôtel Sandelin, Saint-Omer, France.

Après 1789, cette catégorie traditionnelle d’acheteurs disparue, Boilly s'oriente vers la peinture de portraits. Il réalise des portraits de petit format, environ 22 x 16 cm, qui, peints rapidement, sont d’un prix raisonnable pour l’acheteur.

Portrait de femme Huile sur toile 18 x 13 cm Collection privée..JPG

"Portrait de femme"

Huile sur toile  18 x 13 cm        Collection privée.

Boilly remporte un grand succès, il réalisera environ 4 000 de ces petits portraits au cours de sa carrière.

Portrait d'un homme au gilet jaune  Huile sur papier marouflé sur toile 21,5 x 16,5 cm Collection privée..JPG

"Portrait d'un homme au gilet jaune"

Huile sur papier marouflé sur toile 21,5 x 16,5 cm      Collection privée.

Entre 1789 et 1791, il peint une série de huit œuvres pour le riche collectionneur avignonnais Esprit-Claude-François Calvet. Exécutées sur des thèmes imposés par Calvet, ces petites scènes de sujet moralisateur ou galant évoquent le genre et l'esprit de Jean-Honoré Fragonard (1732-1806).

L'Amant jaloux 1791 Huile sur toile 46 x 55 cm Musée de l'Hôtel Sandelin, Saint-Omer, France..jpg

"L'Amant jaloux"      1791

Huile sur toile    46 x 55 cm

Musée de l'Hôtel Sandelin, Saint-Omer, France.

Boilly expose pour la première fois au Salon de 1791. Il y est reconnu tant pour ses portraits et ses peintures en trompe-l'œil que pour ses scènes de genre aux thèmes galants ou grivois.

Honni soit qui mal y pense  Huile sur toile 42,2 x 32,5 cm  Collection privée..JPG

"Honni soit qui mal y pense

Huile sur toile   42,2 x 32,5 cm        Collection privée.

En 1794, dénoncé pour obscénité par le peintre révolutionnaire puritain Jean-Baptiste Wicar (1762-1834), la Société Républicaine des Arts le menace de poursuites par le Comité de salut public. Pour sa défense, Boilly invite les membres du Comité dans son atelier où il expose une série de toiles relevant de thèmes patriotiques.

Maximilien Robespierre c.1791 Huile sur toile 41 x 32 cm  Palais des Beaux-Arts de Lille, France..jpg

"Maximilien Robespierre"      c.1791

Huile sur toile  41 x 32 cm   Palais des Beaux-Arts de Lille, France.

Le chanteur Simon Chenard (1758-1832), en costume de Sans-Culotte 1792  Huile sur panneau 33,5 x 22,5 cm Musée Carnavalet, Paris..jpg

"Le chanteur Simon Chenard (1758-1832), en costume de Sans-Culotte"  1792

Huile sur panneau   33,5 x 22,5 cm         Musée Carnavalet, Paris.

Les peintures de Boilly, finement observées puis minutieusement exécutées, reflètent toute la diversité des coutumes et des costumes de la vie parisienne entre la Révolution et la fin de la Seconde Restauration.

Une dame accoudée à une table Huile sur carton 18,5 x 14,5 cm Collection privée..JPG

"Une dame accoudée à une table

Huile sur carton 18,5 x 14,5 cm       Collection privée.

Louis Léopold Boilly exposa régulièrement au Salon du Louvre de 1791 à 1824.
Son travail, très apprécié du public, fut récompensé d'une médaille d'or en 1804.

Intérieur d’un café c.1824  Huile sur toile  Musée Condé, Chantilly, France..jpg

"La partie de dames au café Lamblin au Palais-Royal"   c.1824 

Huile sur toile  38 x 55 cm        Musée Condé, Chantilly, France.

Entre 1823 et 1826, Boilly exécute une série de 92 lithographies satiriques. Elles seront ensuite publiées par le cabinet parisien du portraitiste lithographe François-Séraphin Delpech (1778- 1825) dans le "Recueil de grimaces".

Les Grimaces (2).jpg"

"Les Grimaces"

Louis Léopold Boilly, nommé chevalier de la Légion d'honneur, devient membre de l'Institut de France en 1833.

Le jeune porteur de lettre Huile sur papier marouflé sur toile 31 x 22,5 cm Collection privée..JPG

"Le jeune porteur de lettre"

Huile sur papier marouflé sur toile  31 x 22,5 cm     Collection privée.

Son œuvre compte environ 4500 portraits et 500 scènes de genre. Passé de mode après "Les Trois Glorieuses" de 1830, son travail reste aujourd'hui très apprécié pour son intérêt documentaire et historique.

Une loge, un jour de spectacle gratuit 1830 Musée Lambinet, Versailles.jpg

"Une loge, un jour de spectacle gratuit"     1830

Huile sur toile 32,5 x 41,5 cm      Musée Lambinet, Versailles

Louis Léopold Boilly est décédé à Paris en 1845 à l'âge de 83 ans.

En marge des grands courants picturaux de son temps, Boilly fut certainement l’un des artistes français les plus originaux des XVIII° et XIX° siècles.

Portrait d'une femme au turban Huile sur toile 22 x 17 cm Collection privée..JPG

"Portrait d'une femme au turban"

Huile sur toile  22 x 17 cm       Collection privée.

Ses trois fils, Julien Léopold (1796-1874), Édouard (1799-1854) et Alphonse Léopold (1801-1867), furent eux aussi artistes peintres.
En France, quelques-unes des toiles de Louis Léopold Boilly figurent dans les musées parisiens du Louvre, des Arts Décoratifs, Marmottan, Carnavalet, au palais des Beaux-Arts de Lille, au musée Sandelin de Saint-Omer, au musée Magnin de Dijon et au musée des Beaux-Arts de Rouen.

Portrait du compositeur François-Adrien Boieldieu 1800 Huile sur toile 65,5 x 54,5 cm Musée des Beaux-Arts Rouen, France..jpg

"Portrait du compositeur François-Adrien Boieldieu"    1800

Huile sur toile  65,5 x 54,5 cm    Musée des Beaux-Arts, Rouen, France.

Son travail est également exposé aux États-Unis, à l'Art Institute de Chicago, à la National Gallery de Washington, en Russie, au musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg et trois autres de ses toiles sont la propriété de la Wallace Collection de Londres.

Portrait d'un homme au cheveux blancs 1807 Huile sur toile 21,9 x 17 cm Collection privée..JPG

"Portrait d'un homme au cheveux blancs"    1807

Huile sur toile  21,9 x 17 cm      Collection privée.

En 1995-96, aux États-Unis, une importante exposition du travail de Boilly fut organisée au Kimbell Art Museum de Forth Worth et à la National Gallery of Art de Washington.

Portrait d'une jeune femme Huile sur toile 21,5 x 16,5 cm Collection privée..JPG

"Portrait d'une jeune femme"

Huile sur toile   21,5 x 16,5 cm          Collection privée.

A l'automne 2011, le Palais des Beaux-Arts de Lille présentait la première grande rétrospective de l’œuvre de Louis Boilly depuis 1930. Organisée à l’occasion du 250ème anniversaire de la naissance du peintre, l’exposition présentait 190 peintures et dessins en provenance de musées de France et de grands musées américains, anglais et russes.

29/12/2016

Nord .....

nord 3.JPG

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique