logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/10/2013

Fleuristes d'autrefois

John Ferguson Weir 1841–1926  United States.jpg

John Ferguson Weir   1841–1926    United States 

Eugène Claude 1841-1922  France.jpg

Eugène Claude   1841-1922      France

Federico Olaria  1849-1898  Spain.jpg

Federico Olaria    1849-1898     Spain

Eugène Henri  Cauchois 1850-1911  France.jpg

Eugène Henri Cauchois    1850-1911     France

Emile Godchaux 1860-1938 France.jpg

Emile Godchaux   1860-1938     France

Franz A. Bischoff 1864-1929 United States.jpg

Franz Arthur Bischoff   1864-1929      United States

Ada Frances Butler  1870-1914  Australia.jpg

Ada Frances Butler   1870-1914       Australia

 

19/08/2013

Fleuristes d'autrefois

Henri Fantin-Latour 1836-1904.jpg

Henri Fantin-Latour  1836-1904       France

François Rivoire anémones.jpg

François Rivoire  1842-1919       France

Eugene Henri Cauchois 1850-1911.jpg

Eugene Henri Cauchois   1850-1911      France

Franz Bertram Aulich 1856-1925 United States.jpg

Franz Bertram Aulich    1856-1925      United States

Charles Armand Etienne Thomas 1857-1892 France.jpg

Charles Armand Etienne Thomas  1857-1892      France

Aldo Mazza 1880-1964  olio   1928.JPG

Aldo Mazza   1880-1964       Italy

 

05/06/2013

Fleuristes d'autrefois

Jean-Baptiste Robie 1821-1910  Belgium.jpg

 Jean-Baptiste Robie   1821-1910       Belgium

Andre Benoit Perrachon 1827-1909.jpg

Andre Benoit Perrachon   1827-1909    France

Alfred Godchaux 1835-1895.jpg

Alfred Godchaux    1835-1895    France

Jean_Benner_Summer_Flowers_in_A_Vase_on_A_Ledge_1820_Oil_on_Canvas.jpg

Jean Benner   1836-1906     France

Alexis Kreyder 1839-1912.jpg

Alexis Kreyder   1839-1912     France

Charles Gilbert Martin 1839-1905 PANIER AUX COQUELICOTS.jpg

Charles Gilbert Martin  1839-1905    France

Dominic Rozier  1840-1901.jpg

Dominique Rozier  1840-1901   France

 

24/12/2012

Clara Peeters 1594 - apr. 1657 ?

clara.jpgClara Peeters, née à Anvers en 1594, était une artiste peintre flamande. Sa date de naissance ne peut être établie avec certitude, cependant, une dénommée Clara Peeters a été baptisé le 15 mai 1594 en l'église Sainte Walburge d'Anvers.
Sa formation picturale comme son parcours restent encore aujourd'hui l'objet de spéculations. Son nom ne figure dans aucune des listes des membres de la guilde des peintres des Pays-Bas, mais les listes établies à Anvers, ville où elle a certainement travaillé à ses débuts, s'avèrent incomplètes pour la période considérée.
Artiste probablement autodidacte mais toutefois fort précoce, elle signe et date dès l'âge de 14 ans une peinture en 1608.

Nature morte aux fruits et fleurs  vers 1608-09  Huile sur cuivre  64 x 89 cm Ashmolean Museum of Art and Archaeology, Oxford. UK.jpg

"Nature morte aux fruits et fleurs"    après 1608-09

  Huile sur cuivre  64 x 89 cm   Ashmolean Museum of Art and Archaeology, Oxford, UK

A 17 ans, Clara Peeters est déjà une artiste accomplie et d'autres natures mortes seront signées et datées en 1611 et 1612

Nature morte aux fleurs et bretzels 1611  Huile sur panneau 52 x 73 cm  Musée du Prado, Madrid.jpg

"Nature morte aux fleurs et bretzels"     1611 

Huile sur panneau   52 x 73 cm      Musée du Prado, Madrid

Fleurs et gobelets  1612  Huile sur bois 49 x 59.5 cm Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, Germany.jpg

"Fleurs et gobelets"   1612      Huile sur bois  49 x 59.5 cm

Staatliche Kunsthalle, Karlsruhe, Germany

Fait remarquable, quelques natures mortes, dont celle du musée de Karlsruhe, comportent l'autoportrait miniature de l'artiste.

Fleurs et gobelets, détail.jpg

Détail  "Fleurs et gobelets

Sur la coupe de second plan il est possible de discerner le visage de l'artiste.


La présence de Clara Peteers sera signalée à  Amsterdam en 1612 puis à La Haye en 1617.

Nature morte au fromage, amandes et bretzels, vers 1612-1615  Huile sur panneau  34,5 x 49 cm   Cabinet royal de peintures, Mauritshuis, La Haye, Pays Bas.jpg

"Nature morte au fromage, amandes et bretzels"  vers 1612-1615 

Huile sur panneau   34,5 x 49 cm 

Cabinet royal de peintures, Mauritshuis, La Haye, Pays Bas


En 1639, on trouve trace d'un acte de mariage entre une certaine Clara Peeters et Hendrick Joosen en l'église de Sainte Walburge d'Anvers.

Vanitas - Auto-portrait  présumé   v.1611-20  Huile sur panneau  35.5 x 48 cm Collection privée.jpg

"Vanitas" - Auto-portrait  présumé -   v.1611-20 

Huile sur panneau  35.5 x 48 cm      Collection privée


Clara Peeters fut l’une des rares femmes peintre du XVII° siècle en Flandres.
La nature morte, genre noble de la peinture flamande dès la fin du XVIe siècle, est  encore au siècle suivant le seul genre autorisé aux quelques femmes artistes que connaissent les Pays-Bas.

Nature morte au colvert, lièvre, écureuil et corbeille de raisin  v. 1610 Huile sur panneau 50,8 x 74,6 cm Collection privée.jpg

"Nature morte au colvert, lièvre, écureuil et corbeille de raisin"   v.1610

Huile sur panneau  50,8 x 74,6 cm    Collection privée

Les œuvres de Clara Peeters, aux fonds toujours sombres, s'inscrivent dans la lignée des natures mortes du maître anversois Osias Beert l'ancien (1580-1624).
Si Clara Peeters s'est exercée à de multiples variations sur le thème des fromages, coquillages, poissons, crustacés ou gibiers, elle sut cependant très vite développer sa propre technique comme une gamme de sujets très personnelles.

Nature morte aux poissons et au chat   Huile sur bois  33,02  x 45,72 cm  National Museum of Women in the Arts, Washington, United States.jpg

"Nature morte aux poissons et au chat"    Huile sur bois  33,02 x 45,72 cm 

National Museum of Women in the Arts, Washington, United States

En très grande majorité, ses natures mortes s’inscrivent dans la peinture dite de "tables mises" ou représentations d'objets ou de nourritures diverses disposés sur des tables dressées.

Nature morte au fromage, artichaut et cerises  vers 1625   Huile sur bois  46.67 x 33.34 cm Los Angeles County Museum, United States.jpg

"Nature morte au fromage, artichaut et cerises"  vers 1625   Huile sur bois  46.67 x 33.34 cm

Los Angeles County Museum, United States


Sur la cinquantaine de natures mortes attribuées à Clara Peeters, trente six sont signées et neuf, échelonnées de 1608 à 1654, sont datées.
Clara Peeters eut une grande influence sur l’art de son temps, son rôle et son apport dans l’élaboration de la peinture dite "ontbijtje"* ou de “petit-déjeuner” au début du XVIIe siècle en Flandres sont depuis longtemps reconnus.

Une table vers 1610 1615  Huile sur panneau 55 cm x 73 cm  Musée du Prado, Madrid.jpg

"Une table"  vers 1610-1615     Huile sur panneau  55 cm x 73 cm

Musée du Prado, Madrid


Il semblerait que sa dernière peinture date de 1657 mais la date exacte, le lieu et les circonstances de son décès demeurent inconnus.

Huile sur  panneau 47 x 33.4 cm  Collection privée.jpg

Huile sur panneau  47 x 33.4 cm     Collection privée

Outre des collections privées, son travail figure au musée du Prado, au Staatliche Kunsthalle de Karlsruhe, au Mauritshuis de La Haye, au County Museum de Los Angeles, au National Museum of Women in the Arts de Washington et à l'Ashmolean Museum d'Oxford.

*"ontbijtje", terme néerlandais signifiant nature morte de petit-déjeuner ou repas léger que l’on peut prendre à toute heure du jour.

30/04/2012

François Rivoire 1842-1919

francoisrivoire.jpg

Peintre de fleurs, spécialisé dans les aquarelles, gouaches et pastels, né à Lyon en 1842.

Elève de Jean-Marie Reignier (1815-1886) à l'école des Beaux-Arts de Lyon.

Il débute chez les soyeux en dessinant des motifs floraux sur tissus, puis, installé à Paris dans un atelier montmartrois, il dispense des cours de peinture.

Bouquet de roses 1861 huile sur toile 46x37,5 cm.jpg
"Bouquet de roses"    1861
huile sur toile   46 x 37,5 cm

Professeur réputé, il expose au Salon des artistes français dès 1866. Ses aquarelles de fleurs y seront médaillées en 1883 et 1886.

François Rivoire 1.jpg
Aquarelle gouachée

Sociétaire des Artites Français en 1886 puis membre de la Société de pastellistes français en 1888, il reçoit une médaille de bronze lors de l'exposition universelle de 1889.

françois r.jpg
pastel    99 x 69 cm

Après avoir participé à l'exposition universelle de Paris en 1900, il est élevé au grade de Chevalier de la Légion d'honneur en 1906.

francois-rivoire-still-life-of-peonies-and-roses.jpg
"Pivoines et roses"   aquarelle

Ami de Claude Monet, il se retire près de Giverny, au Grand-Saint-Léger, où il décéde en 1919.

anémones.jpg
"Anémones et roses"    aquarelle


Son travail est exposé dans les musées de Lyon, Saint-Etienne, Grenoble, Paris (Luxembourg), Le Mans, Reims, Rioms, Dunkerque, Valenciennes, Arras, Mulhouse, Amiens et Tolède.


17/10/2011

Giorgio Morandi 1890-1964

MORANDI_Giorgio.jpgGiorgio Morandi est un peintre et graveur italien né à Bologne en 1890.

De 1907 à 1913, il suit les cours de l'Académie des Beaux-Arts de sa ville natale. Les bolognais Severo Pozzati et Osvaldo Licini, futurs adeptes du mouvement "futuriste", seront parmi ses compagnons d'étude.

En 1909 et 1910, il assiste aux biennales de Venise où il découvre les peintures d'Auguste Renoir.

Il visite Florence et le musée des Offices. Il étudie les œuvres des primitifs italiens tels Giotto, Masaccio et Paolo Uccello.

1911.jpg
Giorgio Morandi   "Paysage"  1911
huile sur toile 37,5 x 52 cm   Milan, Pinacoteca di Brera
.
En 1911, lors de l'exposition internationale de Rome, il s'intéresse aux toiles de Claude Monet et de Paul Cézanne.

En mars 1914, en compagnie des "Futuristes italiens", Mario Bacchelli, Giacomo Vespignani, Severo Pozzati et Osvaldo Licini, il expose treize tableaux et quatre dessins au crayon à l'hôtel Baglioni de Bologne.

Le mois suivant, avec l'une de ces natures mortes et l'un de ces dessins, Morandi participe à la première "Exposition Libre Futuriste" organisée par la galerie Sprovieri de Rome.

1925. Óleo sobre tela. 63 x 48,5 cm. Fondazione Magnati Rocca, Mamiano di Traversetolo. Parma. Italia..jpeg
"Autoportrait"   1925
huile sur toile  63 x 48,5 cm   Parme, fondation Magnami-Rocca 
.  

La municipalité de Bologne le recrute en qualité d'enseignant en arts plastiques dans les écoles élémentaires de la ville. Il exercera cette fonction jusqu'en 1929.

Mobilisé et affecté à Parme en 1915 alors que l'Italie est en guerre, il tombe gravement malade et sera très vite réformé.

A la fin de la guerre, Morandi s’éloigne du courant futuriste. Il entre dans la mouvance de la peinture métaphysique.

1918.jpg
"Nature morte"   1918 
huile sur toile 54 x 35   Parme, fondation Magnami-Rocca   

En 1919, son ami, l'écrivain Giuseppe Raimondi, le présente à Carlo Carrà et Georgio de Chirico, peintres fondateurs en 1917 du mouvement "Pittura Metafisica" (peinture métaphysique).

Ces derniers sont très proches de l'équipe de rédaction d'une revue littéraire "La Ronda" qui, publiée à Rome de 1919 à 1923, se préoccupe essentiellement de la défense de l'art et de la littérature.

Morandi rencontre Mario Broglio, l'un des chefs de file des intellectuels dirigeants de "La Ronda".

Broglio, peintre et critique, fondateur de la revue "Valori plastici" - Valeurs Plastiques - en 1918, finalise un contrat avec Morandi pour la vente de ses œuvres. Ce contrat sera ensuite reconduit jusqu'en 1924.

De 1919 à 1922, Mario Broglio organise des expositions collectives à Berlin, Hambourg, Dresde et Hanovre. Les œuvres de Morandi y côtoient les tableaux de Carlo Carrà, de Georgio de Chirico, d'Edith Walterowna et les sculptures d'Ossip Zadkine.

1929.jpg
1929   huile sur toile

Dès 1923, comme beaucoup d'artistes et d'intellectuels italiens, il est en contact avec le groupe du Novecento. Mouvement artistique fondé à Milan en 1922 sous le régime fasciste de Mussolini, le Novecento obtient des subventions de tout ordre et des commandes de l'Etat. Il s'oppose à toute notion d'avant-garde et prône le retour au classicisme et aux valeurs de la Renaissance italienne.

Bien que n'appartenant pas officiellement au groupe du Novecento, Morandi participe aux expositions de Milan en 1926 et 1929.

1929 b.jpg
1929   huile sur toile

En 1927, Morandi participe à la première exposition internationale de la gravure moderne organisée à Florence.

Invité aux biennales de Venise, il y expose une suite de gravures en 1928 puis, en 1930, deux eaux-fortes et quatre tableaux.

Il participe également à l'exposition de gravures de la bibliothèque nationale de Paris.

MORANDI-1927-28.jpg
"Paysage"   1927-28 

Début 1930, en raison de "sa réputation bien établie", la chaire des techniques de gravure de l'académie des Beaux-Arts de Bologne lui est attribuée. Il occupera ce poste jusqu'en 1956, date de son départ à la retraite.

giani morandi 1932.jpg
1932    huile sur toile  62,2 x 72 cm 
  Rome, Galerie nationale d'art moderne  

Morandi affirme sa présence sur le plan international. Ses œuvres sont exposées à Athènes, Vienne, aux Etats-Unis où, entre 1929 et 1939, il figure à cinq reprises au Carnegie Prize de Pittsburgh.

1936.jpg
1936
.
En 1939, à Rome, la troisième édition de la Quadriennale d'art national consacre une salle entière aux œuvres de Morandi. 42 tableaux, 12 eaux-fortes et 2 dessins y sont exposés.

Après une vive controverse quant à l'attribution des prix, Morandi obtiendra le deuxième prix de peinture.

giorgio-morandi 1938.jpeg
1938

Une importante série de ses toiles sera ensuite exposée à San Francisco lors de la "Golden Gate Exhibition".

giorgio morandi 1938.jpg
1938   huile sur toile  24,1 x 39,7 cm   New York, musée d'art moderne  

En juin 1943, confronté aux troubles politiques de l'époque, Morandi se retire à Grizzana, petite ville des Apennins près de Bologne où il passe régulièrement ses vacances depuis 1913. Il y exécute une série de paysages de la campagne émilienne.

1941.jpg
"Paysage"  1941
huile sur toile 37 x 40 cm      Milan, musée d'art contemporain  

Depuis 1985, la ville de Grizzana, rendant hommage à l'artiste, porte le nom de Grizzana-Morandi. Un centre de documentation y présente une collection de documents sur le peintre.

morandi G 1940.jpg
1940 

Revenu à Bologne fin 1944, Morandi réalise quelques unes de ses œuvres les plus représentatives de cette période.

morandi 1942.jpg
1942

En 1945, Roberto Longhi, historien de l'art réputé, présente 21 des tableaux de Morandi à la galerie del Fiore de Florence. Cette exposition mettra en lumière le caractère fondamental de l'œuvre de Morandi.

Morandi 1946.jpg
1946   huile sur toile  37,5 x 47,5 cm
Londres, Tate Modern Gallery

En 1948, Morandi, devenu membre de l'académie de Saint-Luc de Rome, reçoit le premier prix de peinture de la Biennale de Venise.

1946.jpg
1946

Dans le cadre des Biennales de São Paulo au Brésil, il reçoit le grand prix de gravure en 1953 puis le premier prix de peinture en 1957.

giorgio-morandi 1953.jpg
1953

En 1954, sous l'égide de ''l'Arts Council of Grent Britain", il expose à la "New Burlington Galleries" de Londres, en 1956 en Suisse au Kunstmuseum de Winterthur, puis à Munich et à New York en 1957.

1957.jpg
1957    huile sur toile   30 x 35 cm 
collection particulière 
.
Le travail de Morandi lui vaut les témoignages d'admiration de cinéastes italiens tels Federico Fellini qui, en 1959, expose quelques uns de ses tableaux dans "La Dolce Vita", tout comme Antonioni dans "La Nuit" en 1961.

En 1962, en Allemagne, il reçoit le prix Rubens de la ville de Siegen.

7535.jpg
1961

En février 1964, Giorgio Morandi signe son dernier tableau. Il meurt à Bologne quelques mois plus tard, à l’âge de 74 ans.

De nombreuses rétrospectives lui seront consacrées : au palais de l'Archiginnasio de Bologne en 1966, au musée national d'art moderne de Paris en 1971, à la galerie d'art moderne de Rome et au musée Pouchkine de Moscou en 1973.

31.jpg

Les six cents toiles et gravures de Morandi figurent tant dans des collections privées que dans de nombreux musées européens.

A Bologne, le musée Morandi, situé dans le palais communal, abrite plus de 200 œuvres de l'artiste et la reconstitution de son atelier.

Morandi 1962.jpg
1962
.
L'art de Morandi s'éloigne de toute école et de tout mouvement particulier. Entouré d'objets usuels et familiers qu'il dispose sur une étagère ou sur une table en de savantes compositions sans cesse renouvelées, il peint ....... 
La forme, le volume, la texture et la couleur des objets traduisent peu à peu autant d'archétypes géométriques abstraits et, de la peinture de Morandi, se dégage une étrange poésie que meublent la solitude et le silence.

"Pour moi il n'y a rien d'abstrait ; par ailleurs, je pense qu'il n'y a rien de plus surréel, et rien de plus abstrait que le réel."

Giorgio Morandi, avril 1957.

 

27/12/2009

Marion Ellis Rowan 1848-1922

Ellis_Rowan01.jpgMarion Ellis Rowan née Ryan est un peintre naturaliste australien.
Née à Killan dans l'état de Victoria en 1848, elle étudie dans une école privée de Melbourne.

Très jeune, elle se passionne pour la représentation de la flore et de la faune australienne. Bien que totalement autodidacte dans le domaine pictural, ses aquarelles de fleurs sauvages, d'oiseaux et de papillons attestent d'une qualité exceptionnelle.

Ellis Rowan5.jpg


Sa famille et plus tard son mari, Charles Rowan, officier britannique qu'elle épouse en 1873, l'encouragent à exposer ses oeuvres.
Elle rejoint son mari affecté dans la région de Taranaki en Nouvelle Zélande.

Ellis Rowan10.jpg


En 1877, les Rowan sont de retour dans l'état de Victoria.

Ellis Rowan n'a jamais cessé de peindre et, de 1879 à 1893, ses œuvres figurent dans des expositions tant en Australie, qu'en Inde, qu'en Angleterre, qu'en Europe et aux Etats-Unis. Elle y reçoit de nombreux prix dont 10 médailles d'or.

Ellis Rowan4.jpg


En 1888, à Melbourne, lors de l'exposition internationale du centenaire, elle est honorée de la plus haute distinction.
Cette récompense suscite l'envie et la jalousie de certains artistes qui estiment que son travail, qu'ils qualifient d'art mineur, n'est qu'une simple illustration de la flore et de la faune.

Ellis Rowan9.jpg


Après la mort de son mari en 1892, Ellis voyage en Nouvelle-Zélande, à Londres et aux États-Unis où elle expose ses oeuvres.

Ellis Rowan 27.jpg


En 1898, elle publie "Flower Hunter in Queensland and Nouvelle-Zélande", récit d'aventures basé sur des lettres écrites à son mari et des amis.

Au cours de son séjour à New York, elle illustre trois livres publiés par son amie, la botaniste américaine Alice Lounsberry.
"A Guide to the Wild Flowers" en 1899, puis "A Guide to the Trees" en 1900 et "Southern Wild Flowers and Trees" en 1901.

Ellis Rowan3.jpg


En 1905, elle expose à Londres avec succès et la reine Victoria achète trois de ses tableaux.

Ellis Rowan6.jpg

En 1906, de retour en Australie, elle poursuit sa quête à travers le continent pour y répertorier de nouvelles espèces de fleurs sauvages.

Ses tableaux atteignent des prix relativement élevés et le gouvernement d'Australie du Sud achète 100 de ses peintures, celui du Queensland 125.

Ellis Rowan7.jpg


En 1916 et 1918, elle visite par deux fois la Papouasie-Nouvelle-Guinée et tente de trouver et d'illustrer des fleurs jusque-là non répertoriéees par les botanistes.

Ellis Rowan11.jpg


Accompagnée d'un seul guide local et vivant dans des conditions difficiles, très souvent dangereuses, dans un territoire à l'époque quasi-inconnu et très mal cartographié, elle réussit à peindre, au cours de son second séjour, 47 des 52 espèces connues des oiseaux de paradis.

Ellis_Rowan25.jpg


Un superbe volume d'illustrations résulte de ses voyages.

Fin 1918, agée de 70 ans et souffrante de paludisme, elle revient en Australie.

Ellis_Rowan29.jpg


Ellis Rowan a certainement produit, au cours de sa vie aventureuse, le plus grand nombre de peintures et d'illustrations de la flore et de la faune australienne qu'aucun autre artiste de son temps.

En 1920, une exposition regroupant 1 000 de ses peintures est organisée à Sydney.

Ellis Rowan29.jpg


Ellis Rowan décède à Victoria en 1922.

En 1923, le gouvernement australien propose au parlement fédéral l'acquisition de la collection Rowan.
Le débat au parlement porte, non seulement sur le prix, mais suscite, de plus, des opinions contradictoires au sein de l'assemblée. Certains parlementaires critiquent les tableaux qu'ils qualifient "d'art mineur" et de faible valeur artistique.

Il est finalement décidé d'acheter 947 tableaux d'Ellis Rowan pour une valeur de 5 000 livres.

Ellis_Rowan26.jpg


La collection Rowan est aujourd'hui présentée à la Bibliothèque Nationale de Canberra.
Cette exposition satisfait à l'un des souhaits de l'artiste : Mon travail doit être mis à la disposition du peuple australien.

ellis rowan30.jpg


Selon ses propres termes :
"Mon amour pour la flore de l'Australie, à la fois si unique et si fascinant, et mon désir de compléter ma collection de tableaux de fleurs, m'ont conduit vers d'autres états, le Queensland et les régions les plus reculées du continent Australien.
L'excitation de la recherche et la joie de trouver des spécimens rares, voire inconnus, m'ont amplement récompensée de toutes les difficultés, de la fatigue et des privations endurées."

Ellis rowan 48..jpg



Cf : La collection Ellis Rowan de la National Library of Australia

06/04/2009

Blanche Odin 1865-1957

medium_blanche_odin_96.jpgBlanche Odin est une aquarelliste française née à Troyes en 1865.

En 1876
, la famille Odin s’installe à Maubourguet, petite ville proche de Tarbes dans le département des Hautes-Pyrénées

A partir de 1877, Blanche se rend régulièrement en cure à Bagnères de Bigorre.

Dès 1882, elle part chaque année étudier quelques mois à Paris.
L’Ecole des Beaux-arts n'étant pas encore accessible aux femmes, elle travaille dans l’atelier de Mme De Cool et dans une Académie où elle étudie le dessin.

Elle suit également les cours de la miniaturiste Herbelin.

En 1889, Blanche travaille à Maubourguet, elle y donne des cours d’aquarelle.
Elle envoie ses œuvres aux Salons de Paris et y remporte ses premiers succès.

medium_blanche_odin_4.jpg

Elle se lie d'amitié avec Madeleine Lemaire, aquarelliste de renom, qui se plaisait à réunir dans son atelier-salon parisien des jeunes artistes et les personnalités les plus diverses.
Blanche y rencontre l’écrivain Jules Lemaitre qui lui demande d’illustrer les "Contes blancs" qui seront édités en 1900.

En 1900, Blanche a 35 ans, elle est connue dans les milieux artistiques et littéraires.
Ses œuvres sont reçues à l’Exposition Universelle et elle expose au "Salon des Femmes Peintres".

medium_blanche_odin_75.jpg
 "Dédicace à la rose"
 

 
medium_blanche_odin500.jpg
L’Etat lui achète plusieurs aquarelles.


Elle ouvre un atelier dans le 6ième arondissement de Paris, rue du Vieux Colombier.
Blanche partage désormais sa vie entre Paris et Maubourguet.

Entre 1900 et 1928, elle expose dans de nombreux salons parisiens et 5 aquarelles seront achetées par l'Etat.

medium_blanche_odin_72.jpgmedium_blanche_odin_l.jpg

Lors de ses séjours à Maubourguet, Blanche réalise quelques paysages et quelques portraits.

 

medium_Blanche_Odin_001..jpg
Portrait de sa mère  1895

Mais son thème de prédilection reste les roses.

 

Vers 1925, sa palette évolue très sensiblement, elle maîtrise alors parfaitement toutes les techniques de l'aquarelle.
Elle réalise ses premières séries de roses et ses fleurs deviennent aussi vives qu'éclatantes.

medium_blanche_odin_j.jpg
medium_blanche_odin_54.jpg

Les bouquets s’épanouissent dans les vases des plus variés....en faïence, en verre, en terre, en cristal ou en porcelaine de Chine.

medium_b._odin.jpg
medium_blanche_odin_6.jpg
medium_blanche_odin_48.jpg
medium_blanche_odin_74.jpg

En 1928, l'Etat, moyennant la somme de 3 000 francs, achète une des aquarelles de la série : "Roses Variées"
medium_blanche_odin_9.jpg
"Roses Variées"
 

En 1934, elle s’installe définitivement au 6 de la rue Gambetta à Bagnères-de-Bigorre.

Elle continue de présenter ses oeuvres au Salon des Artistes Français.
Aquarelliste de grand talent, reconnue pour la maîtrise de son art, elle y est très vite classée "Hors concours".
Elle participera réguliérement à ce salon jusqu'en 1945 tout en continuant d'exposer dans la galerie parisienne de Georges Petit.

medium_blanche_odin_76.jpg

Blanche Odin travaillait "mouillé sur mouillé", c'est à dire sur du papier très épais préalablement mouillé.
A partir de 1934, elle choisira de peindre toutes ses aquarelles sur un arrière plan à fond neutre.

medium_blanche_odin_11.jpg

Virtuose de la couleur, de la lumière et de la fusion des teintes complémentaires, elle travaillait très vite et pouvait peindre plusieurs aquarelles dans la même journée.

Ses aquarelles, d'une perfection technique sans faille, sont celles d'une aquarelliste au sommet de son art.

medium_blanche_Odin9.jpg
 
En 1938, elle offre à la ville de Bagnères de Bigorre 48 aquarelles qu'il est encore aujourd'hui possible
 d'admirer  au Musée des Beaux Arts Salies.
medium_blancha_odin_7.jpg

En 1949, elle est nommée Chevalier de la Légion d'Honneur et reçoit le titre d'Officier de l'Instruction Publique.

 

medium_Blanche_Odin_00.b.jpg
 

 

Jusqu'à la fin de sa vie, Blanche peindra devant sa fenêtre, au 6 de la rue Gambetta.

Cette grande dame de l’aquarelle s'est éteinte à Bagnères de Bigorre en 1957.

medium_Blanche_Odin_1.jpg

 

Selon les termes de Paul Cardeilhac, poète bagnèrais, elle restera à tout jamais "La fée des roses et des fleurs".

 

Blanche Odin, la collection du musée Salies à Bagnères-de-Bigorre :
http://www.museesbagneres.fr/blanche_odin_013.htm

 

Mme Monique Pujo-Monfran, elle aussi aquarelliste pyrénéenne, a publié plusieurs livres aux superbes photos relatifs à la vie et à l'oeuvre de Blanche. 

http://www.monfran.fr/Monfran2012/Ouvrages.html

medium_pas.aq..jpgmedium_lum.aq..jpg

Ces livres ont été tous deux publiés aux éditions "Equinoxe" dans la collection "Couleurs du Sud" respectivement en  2001 et 2005.

28/11/2008

Ada Frances Butler 1870-1914

Ada Frances Butler était une artiste peintre australienne née en 1870 dans l'état insulaire de Tasmanie.
 
ada frances butler.jpg 
.
Trésorière de la Société "Art de Tasmanie" d'Hobart en 1885-86, elle y expose en 1897, 1899 et 1900.
 
ada frances butler.1.jpg
 
Ada Frances (Fanny) Butler est décédée à Hobart en 1914.
 
ada frances butler.0.jpg
"Flowers of Tasmania"
paintings of 1912-1914

11/12/2006

Florilège

medium_g.jeannin.jpgGeorges Jeannin
1841-1925
France

medium_0_euge.jpg

Eugene Henri Cauchois
1850-1911
France

medium_0_elis.jpg

Elisa Antoinette Georget
1843-1914 ?
France

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique