logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/05/2015

Les derniers moulins de Montmartre, le Radet.

Dès la seconde moitié du XIX° siècle, les minoteries industrielles remplacèrent les moulins à vent d'autrefois.

Joseph-Marie Le Tournier dit La Brige 1892-1972 France Les Moulins de Montmartre en 1850 Aquarelle 18 x 14 cm  1957  Collection privée..jpg

 Joseph-Marie Le Tournier dit La Brige  1892-1972    France

"Les Moulins de Montmartre en 1850" 

Aquarelle 18 x 14 cm    1957       Collection privée.

Sur les quinze moulins qui existaient autrefois à Montmartre, les moulins dits "le Blute-Fin" situés au  75-77 rue Lepic et "le Radet" au 83 rue Lepic, sont aujourd'hui les seuls conservés.
Le "Radet" fut érigé en 1717 sur un terrain acquis par le meunier François Chapon. Dans les années 1760, le moulin fut entièrement reconstruit. Vendu au XVIII° siècle, le moulin-Chapon prit le nom de "Radet". En 1787, "le Radet" fut acheté par le propriétaire du moulin voisin, "le Boute-à-fin" puis "Blute-fin", le meunier Jacques-Baptiste Menessier.
En 1809, Nicolas-Charles, l'un des fils de  la famille Debray, achetait "le Blute-Fin", puis, en 1812, "le Radet". Si les moulins produisaient de la farine et pressaient les raisins des vignes de Montmartre, ils concassaient également les matériaux des plus divers.
En 1834, Nicolas-Charles Debray décidait de déplacer "le Radet" à côté du "Blute-Fin". On le fit glisser sur des madriers sur environ 130 mètres.

Le Radet et le Blute-fin vers 1845..jpg

Le "Radet"et le "Blute-fin"  vers 1845.

En 1834, victime du progrès et de la concurrence, "le Radet" perdit sa fonction de moulin. Nicolas-Charles Debray, propriétaire des moulins "Radet" et "Blute-Fin", ouvrait une guinguette près du "Radet". Ouvert les dimanches et les jours fériés de 15 heures à la tombée de la nuit, le "Bal Debray", bien que payant, devint vite très populaire.

Le moulin Radet et le bal du Moulin de la Galette, rue Lepic, Paris XVIIIe  Août 1899..jpg

Le moulin "Radet" et le bal du Moulin de la Galette, rue Lepic, Paris XVIIIe 

Août 1899.

Au fil des années, une grande salle fermée, entourée d'un jardin doté d'escarpolettes, succédera au bal de plein-air. En 1895, le bal Debray prit le nom de "Moulin de la Galette", enseigne qui sera ensuite transférée vers son proche voisin "le Blute-Fin".

Le Radet et la salle de bal du Moulin de la Galette vers 1900.JPG

Le "Radet" et la salle de bal du Moulin de la Galette vers 1900.

En 1915, le vieux moulin "Radet", menacé de démolition, fut sauvé par la mobilisation des parisiens. Son propriétaire, Pierre-Auguste Debray, l'offrit à la "Société du Vieux Montmartre" à la condition qu'il soit transféré dans un autre endroit. En 1925, la carcasse du "Radet" fut déplacée à l'angle de la rue Lepic et de la rue Girardon.
Le moulin et les terrains qui l'entourent ont été inscrits au titre des monuments historiques par un arrêté du 5 juillet 1958. "Le Radet" fut restauré en 1978 et, en octobre 2001, Lucien Poupeau, charpentier, bénéficiant des conseils de Marcel Charron, charpentier-amoulangeur en retraite, fut chargé de la rénovation des ailes.

Le Radet et le restaurant du  Moulin de la galette..jpg

"Le Radet" et le restaurant du "Moulin de la galette".

"Le Radet" domine le restaurant , "Le Moulin de la Galette", qui occupe actuellement le rez-de-chaussée du 83 rue Lepic.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique