logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/10/2014

Le Corps des Zouaves

Débarqué à l'aube du 14 juin 1830 à 30 kilomètres d'Alger dans la baie de Sidi-Ferruch, le corps expéditionnaire français, commandé par le général Louis de Bourmont, s'emparait des positions faiblement défendues par les Turcs.
Le Dey d'Alger, Hussein Pacha, capitulait le 5 juillet 1830 après plusieurs jours de durs combats. Le roi Charles X conférait le bâton de maréchal à Louis de Bourmont le 14 juillet 1830.

Le 15 août 1830, Bourmont constituait la première unité d’une milice forte de 500 indigènes. Cette troupe était issue de la tribu kabyle des Zwawa ou Zouaoua, peuplade qui offrit ses services à la France lors des débuts de la conquête de l’Algérie.
Charles Edouard Armand-Dumaresq  1826-1895  France Zouaves en tenue de campagne v. 1865-1870.jpg

Charles Edouard Armand-Dumaresq  1826-1895   France

"Zouaves en tenue de campagne"     v.1865-1870

Le 1er octobre 1830, le général Bertrand Clauzel, succédant à Louis de Bourmont, ordonnait la levée d’un bataillon de "Zouaves" recruté parmi les indigènes.

Jean Baptiste Édouard Detaille 1848-1912  France  Zouaves,tambour.jpg

Jean Baptiste Édouard Detaille   1848-1912     France 

"Zouaves, tambour."

Sous le règne de Louis-Philippe, l’ordonnance du 9 mars 1831 régularisait la création du Corps des Zouaves. L’armée dite d’Afrique était désormais officiellement composée d'unités venues de France et d'unités levées dans le pays ou corps spéciaux.
L’ordonnance royale du 7 mars 1833 modifiait sensiblement l’organisation du corps des  Zouaves. Des mesures plus strictes réglementaient et limitaient le recrutement des autochtones. Confronté aux difficultés d'accès au corps des Zouaves, l'effectif des troupes indigènes diminuera au fil des années.

Victor Armand Poirson 1859-1893 France Zouave Aquarelle 1886.jpg

Victor Armand Poirson   1859-1893     France

"Zouave"  1886          Aquarelle

Une ordonnance royale du 8 septembre 1841 réorganisait la composition de l’armée française. Elle prescrivait la formation d’un régiment de Zouaves formé de trois bataillons composés essentiellement de métropolitains et de Français d'Afrique du Nord.
Le 7 décembre 1841, une nouvelle ordonnance royale réorganisait l'infanterie d'Afrique. Trois bataillons de tirailleurs indigènes, un pour chacune des provinces d'Alger, d'Oran et de Constantine, étaient constitués. Les troupes indigènes issues du corps des Zouaves furent incorporées dans ces bataillons de tirailleurs (Turcos).
Dès 1842, les Zouaves, tout en conservant leur uniforme, étaient devenus des régiments d'infanterie exclusivement français.

Zouaves 1870.jpg

"Zouaves"  guerre franco-prussienne  1870

Les régiments de marche de Zouaves (R.M.Z.) prendront part à la première guerre mondiale. Quelques régiments composés de bataillons de Zouaves et de Tirailleurs formeront des régiments mixtes (R.M.Z.T).

Bernard Jullian Zouave 1914  Dessin 50 x65 cm.jpg

Bernard Jullian    France

"Zouave 1914"    Dessin 50 x 65 cm

En août 1914, des bataillons de Zouaves issus des quatre régiments d’active se trouvaient sur le front. En décembre 1914 et en janvier 1915, cinq nouveaux régiments de Zouaves, dont trois en Algérie et deux au Maroc, seront constitués.

Zouave 1914  Autochrome Collection privée..jpg

"Zouave 1914"         Autochrome    Collection privée.

Après les premiers mois du conflit, l’Etat-major, jugeant l'uniforme des zouaves et des tirailleurs trop voyant et inadapté au théâtre des opérations, décidait de le modifier. Dès 1915, la tenue de drap kaki, dite "moutarde" devenait la caractéristique de l’armée d’Afrique et des troupes coloniales.
A l'arrière du front, la chéchia et la ceinture de laine bleue permettaient encore de distinguer les zouaves des autres combattants.

Eugène Burnand  1850-1921 Switzerland Josef-Louis Helminger, de Riedwir (Alsace), zouave de l’armée française. Musée national de la Légion d'honneur, Paris..jpg

Eugène Burnand   1850-1921     Switzerland

"Josef-Louis Helminger, de Riedwir (Alsace), zouave de l’armée française."

1917   Musée national de la Légion d'honneur, Paris.

En première ligne, les chéchias, lorsqu'elles n'étaient pas encore remplacées par le casque métallique Adrian modèle 1915, étaient masquées par des manchons de toile de couleur sable.
De la couleur de ces nouvelles tenues, qualifiées du sobriquet de "moutarde", naîtra la nuance kaki qui s'imposera dans toute l'armée après 1922.
Les zouaves, comme les tirailleurs et les spahis, retrouveront leur tenue "orientale" lors des prises d'armes, des cérémonies et comme tenue de sortie à partir de 1928.

Zouaves 1914.jpg

Zouaves 1914

La devise du 4° régiment de zouaves était "Être zouave est un honneur. Le rester est un devoir."
Les régiments de Zouaves, comme toutes les troupes africaines, furent souvent employés lors d’assauts particulièrement meurtriers. Les régiments coloniaux seront maintes fois anéantis, remaniés et reformés.
A Mesnil Les Hurlus, Marne Les Zouaves à l'Assaut 25 septembre 1915..jpg

"A Mesnil Les Hurlus, Les Zouaves à l'Assaut."

25 septembre 1915.

Village du nord-est de la Marne, Mesnil-lès-Hurlus comptait 97 habitants en Août 1914. Complètement détruit pendant la première guerre mondiale, le village ne fut jamais rebâti.

Seconde offensive de Champagne. Du 25 septembre au 7 octobre 1915, 140 000 soldats Français, Africains et Marocains seront tués, blessés et disparus en près de douze jours de combats.
"Là, en Champagne, sur douze kms de pauvre terre, 2 millions d’hommes ont passé une année à s’entre-tuer. Cinq villages disparaîtront à tout jamais, il s’agit de Mesnil-les-Hurlus, de Perthes-les-Hurlus, d’Hurlus, de Tahure et de Ripont.
En octobre 1915 enfin, après plus de 300 assauts  infructueux, les fantassins français enlèvent les tranchées. Cette offensive d’automne fut un affreux échec malgré le petit gain de terrain qui provoqua un instant des espoirs démesurés."
"Je les grignote"  Champagne 1914-1915 de Louis Guiral   éd. Le Livre d'histoire.

Combat du 9° Zouaves à Cœuvres et Valsery (Aisne), 15 juin 1918.jpg

"Combat du 9° Zouaves à Cœuvres et Valsery (Aisne), 15 juin 1918."

Après le régiment d'infanterie coloniale du Maroc (RICM)  et le régiment de marche de la Légion étrangère, les régiments de zouaves et les régiments de tirailleurs algériens et tunisiens furent parmi les plus décorés de l'armée française.

Le drapeau du 9e Zouaves 1918.jpg

"Le drapeau du 9° Zouaves  1918"

Dans le département du Pas-de-Calais, en contrebas de la rivière Souchez, au lieu-dit les Ecouloirs, "La vallée des Zouaves" commémore le souvenir des durs combats menés par la division marocaine le 8 mai 1915 pour la conquête de la crête de Vimy.
Le corps des Zouave sera dissous en 1962 après la fin de la guerre d'Algérie.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique