logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/08/2014

Bataille du Cateau-Landrecies, 25 et 26 août 1914

Le matin du 25 août 1914, le corps expéditionnaire britannique, pressé depuis Mons par la I° armée allemande du général von Kluck, poursuivait sa retraite vers le sud. Les routes traversant la forêt de Mormal étaient fortement encombrées par les civils belges et français fuyant l'avance des armées allemandes. Les deux corps de l'armée britannique durent se séparer et contourner la forêt de Mormal. 

armée anglaise en forêt.jpg

"Armée britannique en lisière de forêt"

Le soir du 25 août, le 1° corps arrivait sur Landrecies et Maroilles et le 2° corps sur Caudry et le Cateau. A la droite des Britanniques, la V° armée française du général Lanrezac, sous la pression de la II°armée allemande du général von  Bülow, refluait rapidement vers la rivière Oise, Guise et Saint-Quentin.

Au vu des dernières positions de la V° armée française, le maréchal French, jugeant la position du corps expéditionnaire britannique trop avancée, décidait de poursuivre la retraite et de regrouper les deux corps d'armée derrière les rivières Oise et Somme.

Régiment britannique.jpg

"Régiment britannique."

Le général Smith-Dorrien, commandant le 2° corps d'armée britannique ne fut pas de cet avis. Bravant les ordres de French, il décidait de livrer bataille. Dans la nuit du 25 au 26 août, il en informait le quartier général britannique basé à Saint-Quentin. French, malgré de fortes réticences, acceptera la décision du général Smith-Dorrien. 

Nuit du 25 au 26 août 1914, Landrecies, 1° corps d'armée du lieutenant-général Douglas Haig.

Le 25 août, le 1° corps du lieutenant-général Douglas Haig , attaqué à Landrecies, sera contraint de reculer.
Dans la soirée du 25 août, les soldats de la deuxième division britannique affrontaient les Allemands de la première armée du général Von Kluck aux abords de Landrecies.

The Scots Guards, régiment d'élite écossais au combat.jpg

"The Scots Guards, régiment d'élite écossais au combat."

5 000 anglais fatigués d'une longue marche feront face à 8 000 allemands venant d'être transportés par des camions. Les combats seront furieux.

Richard Caton Woodville 1856-1927  England  Landrecies, corps à corps entre le 3 Coldstream Guards et l'infanterie allemande..jpg

Richard Caton Woodville   1856-1927     England 

"Landrecies, corps à corps entre le 3° Coldstream Guards et l'infanterie allemande."

Les Anglais avaient barricadé la rue principale de Landrecies et le pont sur la rivière Sambre fut défendu.

Landrecies, combat de rue..jpg

"Landrecies, combat de rue."

Des combats de nuit se dérouleront dans la ville et sur les routes au nord et à l'ouest de Landrecies.

William Barnes Wollen  1857-1936  England Landrecies 25 août 1914.jpg

William Barnes Wollen    1857-1936     England

"Landrecies, 25 août 1914".

Landrecies, nuit du 25 août 1914..jpg

"Landrecies, nuit du 25 août 1914".

Le matin du 26 août, les assauts allemands ont été contenus. Les Britanniques ont perdu 200 soldats et les Allemands 127. Le 1° corps britannique refluant en direction d’Étreux, le 2° corps d'armée du général Smith-Dorrien se trouvera isolé.

Matin du 26 août 1914, Le Cateau, II° corps d'armée du général Smith-Dorrien.

Le matin du 26 août, le général Smith-Dorrien commandant le II° corps d'armée britannique, bien que face à un ennemi aux forces très supérieures, refusait la retraite.

Le Cateau, 26 Août 1914.jpg

"Observateurs britanniques au Cateau, 26 Août 1914"

Le II° corps fut attaqué sur une ligne Esnes-Caudry-Le Cateau à partir de 9h par trois des corps de la première armée allemande.

Les batteries anglaises seront rapidement réduites au silence par l'artillerie allemande.

Le Cateau, l'infanterie britannique face à la cavalerie allemande.jpg

"Le Cateau, l'infanterie britannique face à la cavalerie allemande"

Les Allemands jetant le gros de leurs forces sur la gauche du II° corps, le général Smith-Dorrien demandait le soutien du corps de cavalerie du général Sordet.

Henri Georges Chartier  1859-1924  France Dragons français.jpg

Henri Georges Chartier   1859-1924     France

"Dragon du corps de cavalerie Sordet"

La montée en ligne de la cavalerie française bloquera les troupes allemandes dans leur tentative de débordement de l'aile gauche britannique.

La division de cavalerie du général Allenby fut chargée de combler la brèche de 12 km ouverte entre le 1° et le 2° corps britannique.

6th Dragoon Guards (Carabineers).jpg

6th Dragoon Guards (Carabineers) 1914

Le soir du 26 août, le 2e corps d'armée britannique, luttant contre des forces trois fois supérieures en nombre, fut menacé d’encerclement. Il sera contraint de reprendre la retraite.

Terence Cuneo Le Cateau, 26 Août 1914, capitaine Douglas Reynolds.jpg

Terence Cuneo  England

"Le Cateau, 26 Août 1914, le capitaine Douglas Reynolds sauvant les canons."

Le capitaine Douglas Reynolds et les artilleurs Frederick Luke et Job Drain sauvant les canons de la 37° batterie menacés par l'avancée de l'infanterie allemande.Ils seront tous trois décorés de la Victoria Cross.

Le corps de cavalerie du général Sordet fut chargé de protéger la retraite du 2°corps d'armée britannique.

Alphonse De Neuville.jpg

Alphonse De Neuville   1836-1885      France

"Cuirassiers français"

Les pertes du 2° corps, près de 8 000 hommes hors de combat et 38 canons détruits, étaient très importantes.
Alarmé par les rapports des combats, French donnera un ordre de retraite générale vers le sud et déplacera son Q.G. de Saint Quentin à Noyon.   
- Le 1° corps d'armée devait se replier sur la rivière Oise vers Origny-Sainte-Benoite.
- Le 2° corps derrière le canal de Saint-Quentin.

Troupe britannique en France.jpg

"Troupe britannique en France."

Si la bataille du Cateau eut le mérite de retarder d'une journée l'avance des troupes allemandes, elle n'en avait pas moins affaibli considérablement les forces du corps expéditionnaire britannique.   
Le maréchal French reconnaîtra plus tard que "les conséquences de nos pertes à la bataille du Cateau se firent sentir jusque pendant la bataille de la Marne et les premières opérations sur l’Aisne."

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique