logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/01/2011

Le mouvement Shin-Hanga

Le mouvement Shin-Hanga , littéralement "Renouveau Pictural" ou "Nouvelles Gravures", est un mouvement artistique né au Japon vers 1908 sous l'impulsion de l'éditeur d'estampes Shôzaburô Watanabe (1885-1962).

Hiroshi Yoshida 1926 Glittering Sea.jpg

Hiroshi Yoshida   1926   "Mer Scintillante"

.

Le Shin-Hanga, tout en le renouvelant, s'inscrit dans l'héritage et le concept de l'ukiyo-e (images du monde flottant), estampes très populaires au Japon du XVIIe au XIXe siècle.

La production d'une estampe de l'école ukiyo-e, tout comme celle du mouvement Shin-Hanga, est une œuvre collective qui nécessite le concours du traditionnel quatuor : peintre, graveur, imprimeur, éditeur.

Tsuchiya Koitsu 1933 Benkei Bridge at Night.jpg
Koitsu Tsuchiya   1933  "Pont de Benkei la nuit" 
 

Libéré de toutes contraintes techniques par le travail complémentaire des artisans, l'artiste ne se préoccupe que de sa seule tâche de peintre.

Kawase Hasui Snow at Miyajima 1935.jpg

Kawase Hasui   1935   "Neige à Miyajima". 

L'ukiyo-e traite de multiples scènes populaires, le Shin-Hanga, tout en conservant les thèmes traditionnels, s'approprie les techniques issues de l'art occidental : perspective italienne, dégradés de couleurs très élaborés, utilisation du clair-obscur…

Ito Shinsui's Windy Evening From Twelve Sights Of Ooshima.jpg

Ito Shinsui    "Le soir, vent sur Ooshima"

 
Les artistes du mouvement 
Shin-Hanga, influencés par les impressionnistes, privilégient les paysages (sansui-ga) et les thèmes de nuit, de neige, de brume, de pluie, qu'ils imprègnent d'un jeu d'ombres et de lumières...

Shiro Kasamatsu Soir de pluie sur l'etang de Shinobazu 1938.jpg

Shiro Kasamatsu   1938   "Soir de pluie sur l'étang de Shinobazu".

.

 Hiroshi Yoshida (1876-1950), Koitsu Tsuchiya (1879-1949), Kawase Hasui (1883-1957), Itô Shinsui (1898-1972), Shiro Kasamatsu (1898-1992), Ito Takashi (1894-1982), seront des paysagistes majeurs de ce mouvement.

Ito Takashi Lake Towada 1932.jpg
Ito Takashi   1932   "Lac Towada"

Le mouvement artistique du Shin-Hanga prit fin en 1962 avec la mort de Shôzaburô Watanabe, mais la société fondée par l'éditeur continuera de produire des estampes et la galerie Watanabe est aujourd'hui encore ouverte à Tokyo.

 

14/01/2011

le Nihonga, peinture tradionnelle japonaise

Sans titre 3.jpg

.

Nihonga, par opposition à yôga qualifiant l'art étranger, signifie littéralement peinture (ga) japonaise (nihon).

Issue du groupe des peintures orientales, la peinture japonaise est un héritage des grandes voies picturales chinoises.

Le Nihonga traditionnel est conçu sur la base d'une peinture à l'eau entiérement préparée par l'artiste qui n'utilise que des matériaux naturels : bois, papier, pigments naturels d'oxydes de métaux, de terre ou de coquillages broyés avec de la colle animale.

Le support est un papier marouflé sur bois ou une soie tendue sur cadre.

Dès le debut de l'ère Meiji en 1868, l'impact de l'art occidental sur le Japon fut immense. Confronté à ce déferlement, un mouvement conservateur, le niongha, prit la défense de l'art traditionnel japonais.

Les peintres Kano Hogai (1828-1888) et Hashimoto Gaho (1835-1908), considérés comme les fondateurs du mouvement nihonga, étaient membres de l'association "Kanga-kai" – Société d'appréciation de la peinture de style japonais- fondée en 1884 pour la défense de l'art oriental. 

.

 

Adeptes de la perspective italienne et d'effets d'ombres et de lumières, ils réformeront le vieille école académique Kanô avant de participer à la fondation de l'école des Beaux-Arts de Tôkyô en 1887.

Kiyochika Kobayashi Torii and Full Moon.jpg

 Kiyochika Kobayashi  "Torii and Full Moon"  no dated   

 

Leur mouvement inspirera des artistes comme Kobayashi Kiyochika (1847-1915), célèbre pour ses illustrations de livres, et Watanabe Seitei (1851-1918), peintre du mouvement Shin-hanga.

Le Yùgen signifiant "subtil et profond", est souvent évoqué pour qualifier une œuvre de l'école Nihonga.

Watanabe Seitei.jpg
Watanabe Seitei    v. 1900   "Birds on Weeping Cherry Tree"
.

C'est ce concept qui, dans les thèmes traditionnels du Nihonga tels que les montagnes, les pins, les rivières, les cascades, les nuages, les brumes et la neige, conjugue intimité et poésie propres au Japon.

Kobayashi Kiyoshika 1915.jpg
Kiyochika Kobayashi   v. 1910   "Coolie Pulling a Rickshaw"

La relative simplicité et le sentiment de sérénité qui se dégagent d'une œuvre Nihonga trouvent probablement leurs origines dans l'un des plus vieux styles de peinture japonaise, le "Yamato-e".* 

Kobayashi Kiyoshika 1900.jpg

          Kobayashi Kiyoshika     v. 1900   " le Taro Inaru dans les Rizières d'Asukasa" 

De ses débuts à nos jours, le nihonga, au fil des générations de peintres, des styles et des courants successifs, fut l'objet de multiples évolutions.

Kobayashi Kiyoshika 1915 1915.jpg

    Kobayashi Kiyoshika   1915     "Moon on a Chilly Night at Akashicho" 

Au début du XX° siècle, quelques artistes de la seconde génération nihonga, tout en restant fidèles à la peinture japonaise traditionnelle, s'essaient à l'adapter aux techniques issues du monde occidental.

Ce nouveau style, le mōrōtai-bossen, s'appuie sur la perspective mais le trait du dessin s'estompe au profit des dégradés de couleurs.

Ce courant, encore vigoureux aujourd'hui, doit beaucoup à l'érudit Okakura Kakuzō (1862-1913) également connu sous le nom de Okakura Tenshin, auteur du célèbre "Livre du thé" publié en 1906. 

Okakura Tenshin 1862-1913.jpgOkakura Tenshin fut, en 1887, l'un des principaux fondateurs puis le directeur de la première école des Beaux-Arts du Japon. 

Evincé de son poste en 1898 à la suite d’une lutte de pouvoir, il fonde l'Institut des Arts Japonais (Nihon Bijutsu-in) où se retrouvent  les adeptes de l'art traditionnel et les artistes pratiquant le mōrōtai-bossen ou nouveau nihonga.

Yokoyama Taikan 1868 - 1958.jpg

Yokoyama Taikan (1868-1958), proche collaborateur et ami d'Okakura, sera l'un des pionniers du  renouveau de la peinture traditionnelle japonaise.

Son style, où le trait disparaît au profit des combinaisons de couleurs, fut à l'époque, péjorativement qualifié du terme  mōrōtai (mōrō signifiant "confus","vague", "flou "), terme chargé de connotations négatives et cette technique très innovante sera, en son temps, sévèrement critiqué par les peintres traditionnels. 

Yokoyama Taikan 1958 Snowy Peack with Cranes ..jpg
Yokoyama Taikan   1958  "Snowy Peack with Cranes"

Yokoyama Taikan n'en restera pas moins l'un des principaux artisans du renouveau de la peinture traditionnelle nihonga et son influence est encore sensible aujourd'hui.

Au fil des années, sous l'impulsion des peintres du courant progressif, les sujets se sont occidentalisés et, si le nihonga est encore enseigné dans les grandes universités japonaises, il est maintenant bien loin de ses racines. 

Blue Birds at Night s.jpg.

*Le Yamato-e est un style pictural propre au Japon qui, inspiré par le bouddhisme Zen, se développe vers le milieu du IX° siècle.  

Considéré comme le style japonais traditionnel, le Yamato-e est un art qui traite de scènes de la vie quotidienne et de thèmes typiquement japonais.

Il résulte d'une réaction et d'une opposition à l'art et aux thèmes chinois perçus à l'époque au Japon comme accessibles aux seuls érudits.

.

Watanabe Seitei    v. 1900   "Blue Birds at Night"

 

 

 

 

05/01/2011

Takahashi Hiroaki dit "Shotei" 1871-1945

Takahashi Hiroaki Shotei.jpgTakahashi Hiroaki dit "Shotei", de son véritable nom Matsumoto Katsutaro, est un peintre japonais né à Tokyo en 1871.

Il fut adopté à l’âge de neuf  ans par la famille Takahashi dont il prit le nom.

Son oncle Matsumoto Fuko (1840-1923) l'initia à la peinture traditionnelle Nihonga* et, dès neuf ans, Takahashi copiait des œuvres anciennes.

A 16 ans, travaillant au Département Impérial des Affaires Etrangères, il copie des originaux de médailles et d'objets de cérémonie.

En 1891, avec un ami peintre Terazaki Kogyo, il participe à la fondation de la "Société de la Jeune Peinture du Japon".

Au cours de ces premières années, Takahashi expose ses propres peintures et travaille comme illustrateur de journaux, de magazines et de manuels scientifiques.

Iris at Horikiri 1916 waranebe.jpg
"Iris at Horikiri"      1916      Ed. Watanabe

En 1896, il conçoit des lithographies pour l'éditeur Hokunkai.

Puis, dès 1907, l’histoire de Takahashi devient indissociable de celle de Watanabe Shôzaburô (1885-1962), le concepteur du style Shin-Hanga.**

Watanabe fut le plus célèbre éditeur d’estampes du XXe siècle. Il ne quitta jamais le Japon mais sut créer des images qui séduiront très vite les amateurs européens et américains.

Ses estampes perpétuaient une vision romantique du vieux Japon qui, disparu dès la fin de l’époque Edo*** (1868), faisait encore rêver les étrangers.

Watanabe, recrutant Takahashi comme premier artiste en 1907, lui fit exécuter, sous son contrôle, les premiers dessins emblématiques du style Shin-Hanga.

Arai Inn 8 views south of the capital 1921 Watanabe.jpg

"Auberge Arai" -8 vues de la capitale- 1921  Ed. Watanabe

Takahashi prit dès lors le pseudonyme de "Shotei" et se spécialisa dans le dessin de paysages.

Les touristes et les collectionneurs étrangers, nostalgiques du "vieux Japon", s'intéresseront très vite aux estampes signées de son nom et, durant de nombreuses années, les dessins de Takahashi seront le fer de lance de la production de l'éditeur Watanabe.

Ikegami 8 views of the capital 1922.1.jpg
"Ikegami"   -8 vues de la capitale -    1922
Ed. Watanabe 
.

En 1921, tout en continuant d'utiliser la signature de "Shotei", signature désormais bien connue des pays occidentaux, Takahashi prit également le pseudonyme d'Hiroaki.

Shotei dessina environ 500 estampes pour Watanabe avant le tremblement de terre de Kanto en septembre 1923.

L'atelier et la galerie de Watanabe furent totalement détruits dans l’incendie qui suivit le séisme.

L’éditeur et ses artistes reprirent néanmoins leurs activités et Shôtei, en quelques années, dessina 250 estampes dont beaucoup étaient des reproductions de planches gravées avant 1923, toutes brûlées dans l’incendie.

Edo River 1923 Watanabe.jpg

"Edo River"    1923         Ed. Watanabe

Watanabe, négociant remarquable et homme d’affaire avisé, entrepris dès lors d'adapter sa production au goût des collectionneurs : les estampes anciennes étaient rééditées dans des couleurs plus vives, les estampes nouvelles s'appuyaient sur les techniques artistiques du monde occidental : dégradés des couleurs, utilisation du clair-obscur et de la perspective italienne. 

Junks in Inatori Bay 1926 Watanabe.jpg

                 "Jonques dans la baie d'Inatori"   1926     Ed. Watanabe.

Méthodique, rigoureux, Watanabe avait organisé la production de son atelier en spécialisant chacun des membres de son équipe.

Sous sa direction et son contrôle, les artistes réalisaient les peintures que des graveurs puis des imprimeurs convertissaient en estampes.

Il semblerait qu'après 1923, Watanabe ait laissé Takahashi dans l’ombre en le cantonnant dans une production purement commerciale, traditionnelle et peu innovante.

Le rôle de Takahashi consistait uniquement à alimenter le catalogue de l’éditeur d'une production de qualité, très classique mais adéquate au goût du marché et fort lucrative.

Red Lacquered Gate at Hongo 1926 watanabe.jpg

           "Porte Laquée Rouge à Hongo"     1926                       

          Ed. Watanabe                  

 

Parallèlement, Watanabe encourageait de jeunes artistes tels Natori Shunshen, Kawase Hasui, Koson Ohara, Shiro Kasamatsu et Ito Shinsui à s'inscrire dans le Shin-Hanga, le renouvellement pictural que prônait l'éditeur. La plupart de ces artistes devinrent ensuite les chefs de file du mouvement Shin-Hanga.

Dans les années 1930, travaillant toujours pour Watanabe mais probablement pour bénéficier d'une plus grande liberté d'expression, Takahashi collabore avec l'éditeur Fusui Gabo.

Fuji from Lake Sai 1929 - 1932 ed. Fusui Gabo.jpg
"Mont Fuji depuis le lac Sai"  1929-1932  Ed. Fusui Gabo 
.

Chez ce dernier, non seulement il devient éditeur de reproductions d’Ukiyo-e, mais il lui est également permis d'exploiter des thèmes qu'interdisaient la rigueur commerciale imposée par Watanabe.

Fuji from Lake Yamanaka 1939 32 éd. Fusui Gabo.jpg

"Mont Fuji depuis le Lac Yamanaka"  1939   Ed. Fusui Gabo 

.

Chez Fusui, il dessine des estampes de taille plus grande dites ōban (env. 38 x 25 cm) , rompant ainsi avec les formats chūban (env. 26 x 19 cm) le plus souvent imposés par Watanabe.

Homeward bound boats; blue and golden sky 1936 Watanabe.jpg
"Bateaux sur le chemin du retour; ciel bleu et or"    1936
Ed. Watanabe

Dans les années 30, il réalisera également plus de 200 estampes pour l'éditeur Shôbidô Tanaka dont 12 mitsugiri-ban (18 x 39,5 cm) et environ 180 estampes de plus petite taille.

Mount Fuji From Mizukubo, 1932.jpg
 "Mont Fuji depuis  Mizukubo"   1936   Ed. Watanabe
.

Takahashi n'a dessiné qu'une quantité limitée d'estampes de grand format de type oban, mais ses nombreux chūban et mitsugiri-ban, formats plus intimistes dits "commerciaux " constituent un riche héritage.

Fort prisées des collectionneurs européens et américains, les estampes de Takahashi Hiroaki étaient en grande majorité exportés vers l'Occident. Il fut, de ce fait, célèbre tant au Japon qu'à l’étranger.

Country house at Negishi 1936 watanabe.jpg
"Country house at Negishi"     1936
Ed. Watanabe 
.  

Pagoda 1939 ed.Shobido Tanaka.jpg.

La date et les circonstances de son décès ne sont pas connues avec précision. Un dictionnaire d'artistes japonais indique sa mort en 1944. Le catalogue de Watanabe, publié en 1951, le déclare victime de la bombe atomique lancée sur Hiroshima le 6 août 1945, ville où Takahashi s'était rendu en visite chez sa fille.

Plus vraisemblablement, selon les archives de sa famille et aux dires de ses descendants, il serait mort, victime d'une pneumonie, le 11 février 1945.

.

 

"Pagode"     1939   

Ed. Shôbidô Tanaka
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique