logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/07/2006

Eglise Saint-Louis-en-l'Ile..Paris IV

construction : entre 1664 et 1726 - Architectes: François Le Vau, puis Gabriel Le Duc et Jacques Doucet.

L'église est bordée par la rue Poulletier et un étroit passage. Sa façade, orientée sur la rue Saint-Louis-en-l'Ile, est ornée d'une horloge suspendue à une potence en fer et dominée par une tour-clocher d'un architecte inconnu, dont la flèche est ajourée d'ouvertures ovales et circulaires.

La première chapelle de l'Ile Saint-Louis ne sera construite qu'en 1622. Dédiée à l'origine à Notre-Dame de l'Isle, puis à saint Louis en 1634, elle servira de salle de réunion et de bureau de charité à saint Vincent de Paul. La signature du marché pour la construction d'une nouvelle église décidée en 1642 et conçue par François Le Vau, frère cadet de Louis Le Vau, n'interviendra qu'en 1656.
Retardé pour des raisons financières, le chantier débutera en 1664, date à laquelle Monseigneur de Péréfixe de Beaumont, archevêque de Paris, posera la première pierre. Une expertise conduite en 1675 par les architectes Daniel Gittard et Libéral Bruand, critiquera le plan de la construction et mettra en doute de la solidité de l'édifice.

Gabriel Le Duc, collaborateur de Le Muet au Val-de-Grâce, reprendra le chantier à la mort de ce dernier en 1670. Il achèvera le choeur et le transept reliés à l'ancienne chapelle conservée à titre provisoire, qui s'effondrera à la suite d'un orage en février 1701. L'architecte dessinera les plans de la nouvelle nef qui sera construite par son successeur, Jacques Doucet, en 1723.
L'église fut consacrée en 1726, sa construction demanda 62 ans de travaux.
Longue de 60m et large de 30m , l'église, de style jésuite, est le parfait exemple du baroque religieux français du XVIIème siècle.


Le grand portail d’entrée dessiné par Le Duc ne fut jamais exécuté. Un portail ouvrant dans la rue le remplace à titre provisoire depuis 1726 : Œuvre en chêne exécutée par Nicolas Legendre.


La tour clocher, originalité charmante de cette église, point remarquable de l’Ile Saint Louis, ne date que de 1765.
À l’origine, un campanile avait été construit au centre du transept, mais un orage le foudroya en 1740. Le clocher actuel le remplace depuis 1765, il est haut de 30 m. Ajouré, il est dit « à la polonaise ». On remarque son l’horloge à chiffres dorés accrochée à une potence en fer travaillé qui rappelle les enseignes de l’époque.


L'édifice comporte un vestibule suivi d'une nef de trois travées, bordée de bas-côtés qui donnent accès aux chapelles latérales.




Le transept, non saillant, est surmonté d'une coupole surbaissée supportée par quatre arcades. Les armes de France entourées du collier de l'Ordre du Saint-Esprit ornent sa clef. Le choeur à deux travées est entouré d'un déambulatoire à chapelles rayonnantes.




Jean-Baptiste de Champaigne, neveu de Philippe, semble avoir assuré la décoration intérieur de l'édifice.

Le buffet d'orgue, financé par l'abbé Bossuet en 1888, sera complété en 1923. Aujourd'hui déposé, il a été remplacé par un nouvel instrument en 2005.

L'église , transformée en dépôts de livres sous la révolution, sera en partie dépouillée à partir de 1791. Vendue comme bien national en 1798, elle ne sera rendue au culte qu'en 1817 par la ville de Paris qui en assure depuis l’entretien.
L'abbé Louis Bossuet, curé de la paroisse entre 1864 et 1888 , entreprendra un important programme de restauration et procédera à l'acquisition de nombreuses oeuvres d'art. La ville de Paris commandera 28 tableaux destinés au décor des chapelles latérales.

La ferveur des paroissiens du XIXe siècle ainsi que certains abbés – comme Bossuet – permit de constituer une extraordinaire collection d’œuvres d’art : huit peintures flamandes du XVIe siècle, les Disciples d’Emmaüs de Coypel , de nombreuses peintures italiennes du XVIIe et XVIIIe siècle ainsi que de magnifiques broderies à l’aiguille d’ornements liturgiques des XIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles.

L’église Saint Louis en l’Ile, aux riches décors intérieurs, reste un des meilleurs exemples du classicisme religieux français au XVIIème siècle. Conçue à l’image d’un petit salon aristocratique, elle est aujourd’hui un petit « musée » d’œuvres d'art originales et variées.

medium_slouisilep6.jpg

c'est l'orgue ...en grandeur nature , j'ai bien essayé ....j'ai pas réussi ...désolé !!!!

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique