logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/02/2017

La Réclame et l'humour ...

Chapellerie anglaise Henry, Paris Affiche  1884 Imprimerie Delanchy  Ancourt et Cie, Paris Lithographie 86 x 75 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Chapellerie anglaise Henry", Paris.

Affiche  1884    Imprimerie Delanchy  Ancourt et Cie, Paris.

Lithographie 86 x 75 cm    Bibliothèque nationale de France, Paris.

Le chapeau Laurent  Imprimerie Edw. Ancourt & Cie, Paris  1890 Lithographie 100 x 74 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Le chapeau Laurent" , Paris 

Imprimerie Edward Ancourt & Cie, Paris    1890

Lithographie 100 x 74 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris.

La New Home 1894 Imprimerie spéciale New Home 20, rue de la Reynie, Paris Lithographie 80 x 60 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"La New Home"   1894

Imprimerie spéciale New Home 20, rue de la Reynie, Paris.

Lithographie 80 x 60 cm    Bibliothèque nationale de France, Paris.

Eugène Ogé 1861-1936 France  Billards Brunswick 1910 Lithographie 79 × 118 cm Musée des Arts décoratifs, Paris..jpg

Eugène Ogé   1861-1936        France 

"Billards Brunswick"   1910        Lithographie 79 × 118 cm

Musée des Arts décoratifs, Paris.

Eugène Ogé 1861-1936 France Tanneries Mie Devin Nantes 1911 Lithographie 63 x 43 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Eugène Ogé    1861-1936     France

"Tanneries Mie Devin"  Nantes    1911

Lithographie 63 x 43 cm       Bibliothèque nationale de France, Paris.

Leonetto Cappiello 1875-1942 France Affiche 1920 Lithographie 200 x 140 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Leonetto Cappiello      1875-1942       France

Affiche "Le Jaeger"  Paris    1920

Lithographie 200 x 140 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

19/02/2017

"Au Paradis des Dames" 1856-1914 ?

En 1856, pour son inauguration, le magasin de nouveautés à l'enseigne "Au Paradis des Dames" lance une grande campagne de publicité.
Une première affiche est commandée à l'imprimeur parisien Delas et Cie.

Au Paradis des Dames Affiche 1856 Imprimerie Delas et Cie Lithographie 135 x 108 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Affiche 1856      Imprimerie Delas et Cie

Lithographie 135 x 108 cm      Bibliothèque nationale de France, Paris.

Quelques mois plus tard, Jean Alexis Rouchon reprendra cette composition dans une nouvelle affiche en couleurs.

Jean Alexis Rouchon 1794-1878  Affiche 1856  Gravure sur bois  145 x 103 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Jean Alexis Rouchon    1794-1878   France  

Affiche 1856        Gravure sur bois  145 x 103 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Situé initialement au 10 et 12 rue de Rivoli, le magasin s'est agrandi au 8 de la même rue en 1888.

Eventail publicitaire Au Paradis des Dames 1888.JPG

Eventail publicitaire  "Au Paradis des Dames"   1888

En 1900, les affiches sont éditées par l'imprimerie artistique J. Minot, 34 rue des Martyrs à Paris.

Au Paradis des Dames  Imprimerie artistique J. Minot, 34 rue des Martyrs, Paris. Affiche 1900  Lithographie 120 x 80 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Affiche 1900     Imprimerie artistique J. Minot, 34 rue des Martyrs, Paris.

Lithographie 120 x 80 cm     Bibliothèque nationale de France, Paris.

Affiche  1901  Lithographie  80 x 60 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Affiche  1901 

Lithographie  80 x 60 cm       Bibliothèque nationale de France, Paris.

L'enseigne "Au Paradis des Dames" semble disparaître en 1914.

Aujourd'hui, le 8,10 de la rue de Rivoli est occupé par une boutique "Camaïeu", entreprise de distribution de vêtements prêt-à-porter féminins.

16/02/2017

La Réclame et les slogans ...

Au XIX° siècle, certaines enseignes usaient déjà de slogans tant accrocheurs que racoleurs.

Jean Alexis Rouchon 1794-1878 France A l'Oeil 1864 Gravure sur bois en couleur 125 x 98 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Jean Alexis Rouchon   1794-1878      France

"A l'Oeil "  1864     Gravure sur bois  125 x 98 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Ouverture Maison de la Rue du Pont Neuf 1870 Lithographie  94 x 115 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Ouverture Maison de la Rue du Pont-Neuf"   1870

Lithographie  94 x 115 cm 

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Affiche 1890  Imprimerie Emile Levy, Paris Lithographie 129 x 96 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Affiche 1890     Imprimerie Emile Levy, Paris

Lithographie 129 x 96 cm     Bibliothèque nationale de France, Paris.

 

13/02/2017

Dehaynin Père & Fils

Originaire de Valenciennes, la famille Dehaynin, établie négociants en charbon à Paris, firent fortune au XIXe siècle.
Euryale Dehaynin (1813–1887), fondateur de la Société de Charbonnage Dehaynin Père & Fils, rachète, en 1842, un brevet relatif à l'invention du charbon aggloméré *.
En 1853, il dépose un brevet pour la fabrication d'un nouveau coke, appelé coke-briquette, destiné à la consommation des locomotives, des hauts-fourneaux et autre usages industriels.

Leonetto Cappiello 1875-1942  France Affiche Dehaynin Prix d'été  1912  Lithographie 140 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Leonetto Cappiello   1875-1942    France

Affiche "Dehaynin  Prix d'été"     1912 

Lithographie 140 x 100 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

Après le décès d'Euryale en 1887, sa veuve, Joséphine Louise Sallerin, fit don à la ville de Paris d'un vaste terrain situé près du bassin de la Villette, sur le quai de la Loire.
En 1903, la ville de Paris entreprit de percer une voie nouvelle sur ce terrain.
En 1907, la ville de Paris, reconnaissante, baptisa cette voie du 19° arrondissement rue Euryale Dehaynin.

Rue  Euryale Dehaynin prise depuis l'avenue Jean Jaurès..jpg

Rue  Euryale Dehaynin prise depuis l'avenue Jean Jaurès.

Paris, XIX     c. 1920

* Les poussières de charbon issues de l'extraction de la houille, mélangées au goudron provenant des résidus des cokeries, forment une pâte homogène destinée à la fabrication de boulets ou briquettes de charbon.

11/02/2017

Jean-Alexis Rouchon 1794-1878

Jean-Alexis Rouchon, né en 1794, était un imprimeur de papiers peints établi à Paris.
En 1844 puis en 1851, il dépose deux brevets relatifs à "l'application de l'impression sur papier peint à l'impression en couleurs des affiches".

Jean Alexis Rouchon Affiche 1852 Gravure sur bois 155 x 99 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Jean Alexis Rouchon   1794-1878

Affiche 1852    Gravure sur bois 155 x 99 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Le procédé consistait à graver, pour chacune des couleurs, des planches de bois qui seront appliquées alternativement sur le support papier. Des lettres mobiles, elles aussi gravées sur bois, seront utilisées pour la typographie.

Jean Alexis Rouchon Affiche 1853 Gravure sur bois Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Affiche  1853        Gravure sur bois

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Ces affiches polychromes, éditées dans des formats inédits -150 cm de hauteur- furent les premières à être apposées sur les murs des villes de France.

Jean Alexis Rouchon Affiche 1856  Gravure sur bois 142 x 101 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Affiche  1853         Gravure sur bois

Bibliothèque nationale de France, Paris.

L'imprimerie Rouchon reçoit des commandes de nombreux "magasins de nouveautés", précurseurs des grands magasins.

Jean Alexis Rouchon  Maison de la Belle Jardinière. Vue intérieure d'une partie des trois principales galeries. 1849 Affiche 270 x 220 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Affiche 1864    Gravure sur bois 130 x 101 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Les affiches, éditées aux motifs des enseignes, comportent slogans et réclames.

Jean Alexis Rouchon Affiche 1857   Gravure sur bois  103 x 69 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Affiche    1864         Gravure sur bois  130 x 101 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Théâtres de variétés, spectacles divers et marques de produits alimentaires lui passent également commande.

Jean Alexis Rouchon Affiche 1864 Gravure sur bois 130 x 101 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Affiche  1864         Gravure sur bois 130 x 101 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

La production de l'imprimerie Rouchon, plusieurs centaines d'affiches crées durant près de vingt ans, se caractérise par une signalétique particulière : pratique des aplats*, contrastes de couleurs puissants, simplification du trait, typographie restreinte et sans fioriture.

Jean Alexis Rouchon Affiche 1863 Gravure sur bois  46 x 33 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Affiche    1863             Gravure sur bois  46 x 33 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Malgré son succès, l'imprimerie Rouchon restera une entreprise isolée. De nos jours, les affiches de Rouchon sont devenues très rares. Les épreuves du dépôt légal, conservées à la Bibliothèque nationale de France de Paris, semblent les seules connues.

Gravure sur bois 105 x 70 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Gravure sur bois   105 x 70 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Dès 1866, les progrès techniques de la lithographie et l'ouverture du premier atelier parisien de Jules Chéret (1836-1932), rendent obsolètes le procédé de la gravure sur bois utilisé par l'imprimerie Rouchon.

* Un aplat ou à-plat, en imprimerie, peintures et arts graphiques, désigne une surface de couleur uniforme qui ne varie ni en luminosité, ni en pureté.

06/02/2017

"Aux Enfants Sages" 1850-1890

Magasins de poupées et de jouets de luxe créés en 1850. Situés au 13, 15, 17 et 18 Passage Jouffroy, Bld Montmartre à Paris, les propriétaires en étaient Jules Albert Monnier, Benon et Cie et le fabricant Guiton.

aux Enfants sages Imprimerie Rouchon 24, rue du faubourg Saint Denis, Paris..jpg

"aux Enfans sages"

Imprimerie Rouchon 24, rue du faubourg Saint Denis, Paris.

Enfant vient du latin "infans", pour "non fans". Du latin "in farer", celui qui ne parle pas"
"infans" : définition dans le dictionnaire latin-français, Félix Gaffiot, Hachette, 1934 : tout petit enfant encore incapable de parler.

Aux Enfants Sages 1.JPG

"Aux Enfans Sages"

Aux Enfants Sages.jpg

"Aux Enfants Sages"

Poupée 1870, exclusivité Guiton..jpg

Vers 1870, cette poupée, haute de 46 cm, était vendue en exclusivité par la boutique parisienne de la maison Guiton, successeur, "Aux Enfants Sages", passage Jouffroy, Paris.

Automate dit   Madame au piano  c.1872  Hauteur 36 cm..jpg

Automate dit "Madame au piano"     c.1872

Hauteur 36 cm.

Le piano porte une étiquette de bronze "Guiton, Constructeur, 15 Passage Jouffroy, Paris", indiquant que le jouet a été vendu par le magasin de jouets de luxe, "Aux Enfants Sages", fondé en 1850 et détenu par Guiton en 1872.

Appareil Guiton.JPG

"Aux enfants sages" : Appareil photographique Guiton de 1875

Le constructeur Guiton proposait des appareils photographiques complets et portatifs pour réaliser soi-même portraits et paysages..... Le nécessaire contient dans un coffret en bois clair comprenant la chambre (boitier avec dépoli, châssis en bois clair, objectif diaphragme à tourelle), six flacons étiquetés à l’enseigne de la maison Guiton, vase à pied, cuvette en céramique et deux plaques en verre.

Aux Enfants Sages Paris.jpg

Extension constatée en 1889, une boutique supplémentaire au 18 Passage Jouffroy.

Récompensée lors de l'exposition universelle de Paris en 1889, l'enseigne du passage Jouffroy, "Aux Enfants sages", disparaît subitement en 1890.   

02/02/2017

Georg Friedrich Haendel 1685-1759

George Frideric Handel  c.1726-1728  Portrait attribué  à Balthasar Denner 1685-1749 Germany Huile sur toile 74,9 × 62,6 cm National Portrait Gallery, Londres..jpgGeorg Friedrich Haendel  

Né en 1685 à Halle, Germany.

Décédé en 1759 à Westminter, England.

Compositeur allemand naturalisé anglais en 1727.

 

 Concerti Grossi Opus 6 - Grave


podcast

 

Portrait c.1726-1728 attribué à Balthasar Denner (1685-1749), Germany.

Huile sur toile 74,9 × 62,6 cm   National Portrait Gallery, London.

29/01/2017

"Au Pauvre Jacques" 1820-1935

Les magasins parisiens de nouveautés textiles "Au Pauvre Jacques", situés au 51 & 53 boulevard du Temple et au 198 & 200 rue du Temple, furent fondés en 1820.

Au Pauvre Jacques  Affiche Van Geylen, Paris c.1866 Lithographie 150 x 120 cm.JPEG

"Au Pauvre Jacques

Affiche Van Geylen, Paris   c.1866      Lithographie 150 x 120 cm

"Boulevart du Temple" : Ce "t" terminal était un trait d’orthographe tout à fait courant à l’époque. Il est exact que l’orthographe "Boulevart" était attestée au 19ème siècle. Néanmoins, si elle était courante avant et vers les années 1830, elle tendait à se raréfier dans la seconde moitié du siècle.

En 1889-90 un nouveau magasin "Au Pauvre Jacques" est implanté à l'angle de la place de la République et de la rue du Temple. Ce magasin était l'ancêtre de "A La Toile d'avion" qui deviendra "Tati" et qui est aujourd'hui un magasin de vêtements de l'enseigne "Camaïeu".

Au Pauvre Jacques Affiche 1890  Imprimerie Th. Dupuy & Fils, Paris Lithographie 129 x 90 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Au Pauvre Jacques"         Affiche 1890

Imprimerie Th. Dupuy & Fils, Paris

Lithographie 129 x 90 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

J.B. Nob  18..-19.. Affiche 1890 Imprimerie Th. Dupuy, 22 rue des Petits-Hôtels, Paris  Lithographie 129 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

J.B. Nob  18..-19..         Affiche 1890

Imprimerie Th. Dupuy, 22 rue des Petits-Hôtels, Paris 

Lithographie 129 x 100 cm    Bibliothèque nationale de France, Paris.

La place de la République, située à la limite des 3°, 10° et 11° arrondissements de Paris, est une place de 280 mètres sur 120. Jusqu'en 1879, petite place triangulaire ornée d'une fontaine, elle s'appelait place du Château-d'Eau.
Elle prit sa physionomie actuelle sous le Second Empire et les travaux haussmanniens, qui dès 1852, virent le percement du boulevard de Magenta, des Amandiers (devenu avenue de la République) et du boulevard du Prince-Eugène, de nos jours boulevard Voltaire.
Le 14 juillet 1883, un monument dédié à la République, œuvre des frères Léopold et Charles Morice, fut inauguré au centre de la place. La place prendra le nom de place de la République en 1889, 6 ans après l'inauguration d'un monument.

Au Pauvre jacques (2).jpg

Au pauvre Jacques  Place de la République, Paris..jpg

Carte postale   Place de la République, Paris.

Eugène Ogé 1861-1936 France Au Pauvre Jacques 1901 Lithographie 140 x 100 cm Musée des Arts Décoratifs, Paris..jpg

Eugène Ogé 1861-1936 France

"Au Pauvre Jacques"    1901

Lithographie 140 x 100 cm   Musée des Arts Décoratifs, Paris.

Au Pauvre Jacques (3).JPG

Mention est faite du n° de téléphone et d'une extension du magasin sise au 24,26 rue Bérenger.

Au pauvre Jacques  Affiche 121,5 x 79,5 cm  Imprimerie Oullot 2, Place Voltaire, Paris  c.1990  Musée Carnavalet, Paris..jpg

"Au Pauvre Jacques"   c.1900    Affiche 121,5 x 79,5 cm 

Imprimerie Oullot 2, Place Voltaire, Paris. 

Musée Carnavalet, Paris.

Facture, datée du 8 juin 1906, due à Paul Costé  Encre bleue sur papier rosé, format 13,9 x 21,6 cm..jpg

Facture, datée du 8 juin 1906, due à Paul Costé 

Encre bleue sur papier rosé, format 13,9 x 21,6 cm.

Catalogue publicitaire du magasin Au pauvre Jacques  1924..jpg

1924   Catalogue publicitaire du magasin "Au pauvre Jacques".

En 1935, Marcel Boussac achète la chaîne parisienne de magasins de tissus "Au pauvre Jacques". Rebaptisée "A la toile d'avion", elle devient le principal organe de vente du Comptoir de l'industrie cotonnière (CIC), société de traitement et de vente de textiles crée par Boussac en 1911.
Dans l'incapacité de s'adapter aux évolutions du marché du textile, les 21 principales sociétés du groupe Boussac sont mises en règlement judiciaire en mai 1978.
Saint Frères, filiale du groupe Agache-Willot, achètent Boussac pour 700 millions de francs en août 1978. Mais la société Boussac-Saint-Frères continue d'être déficitaire et doit déposer le bilan en juin 1981.

27/01/2017

Le Grand Bazar de l’Hôtel de Ville 1856

François Xavier Ruel.jpgLe Grand Bazar de l’Hôtel de Ville, fut fondé en 1856 par François-Xavier Ruel (1823-1900), originaire d’Annonay, établi quincaillier à Lyon.

Venu à Paris en 1853, il achète aux fabricants un stock de bonneterie puis recrute quelques camelots pour vendre les articles dans de vastes parapluies.

Il constate que les meilleures ventes sont toujours réalisées au coin de la rue de Rivoli et de la rue des Deux-Portes-Saint-Jean (actuelle rue des Archives).
En 1856, il décide d'établir son magasin, "le Bazar Napoléon", à cet endroit. Il occupe une petite façade au 54 de la rue de Rivoli.

Eugène Oge 1861-1936 France  Bazar de l'Hôtel de Ville 1910   Lithographie 138 x 198 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Eugène Ogé  1861-1936       France 

"Bazar de l'Hôtel de Ville"   1910  

Lithographie 138 x 198 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

Progressivement, l'activité s'étend à tout un îlot d'immeubles et, en 1866, il prend en bail la plus grande partie de l’immeuble du 54 rue de Rivoli.

Émile Lévy 1826-1890  France Affiche de 1892 Lithographie 106 x 75 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Émile Lévy  1826-1890      France

Affiche de 1892     Lithographie 106 x 75 cm

Bibliothèque nationale de France, Paris.

Le magasin consacre trois étages à la vente et la première marque "Bazar de l'Hôtel de Ville" sera officiellement déposée le 17 octobre 1878.

c.1891 Affiches Camis, 58 rue Saint Sabin, Paris..jpg

c.1891    Affiches Camis, 58 rue Saint Sabin, Paris.

Henri Gray 1858-1924  France 1897 Lithographie 141 x 100 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Henri Gray   1858-1924         France

1897  Lithographie 141 x 100 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

Xavier Ruel décède en 1900 et laisse derrière lui une enseigne particulièrement prospère comptant 800 employés.
Sa femme et ses enfants reprennent l’entreprise et fondent en 1901 la société "Veuve Ruel et Cie".

Firmin Bouisset 1859-1925 France 1899 Lithographie 150 x 111 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Firmin Bouisset   1859-1925    France

"Bazar de l'Hôtel de Ville"    1899

Lithographie 150 x 111 cm    Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 1902, Henri Viguier (1877-1967), petit-fils de François-Xavier Ruel, prend la direction de la société. Il parachève l’œuvre de son aïeul et dirige les vastes travaux qui, réalisés de 1911 à 1913 selon les plans de l'architecte Auguste Roy, donnent au bâtiment sa célèbre rotonde et l'essentiel de sa structure moderne.

1913 Construction de la charpente métallique et de la rotonde..jpg

1913   Construction de la charpente métallique et de la rotonde.

Le magasin couvre 1 300 mètres de galeries bâties sur six étages, il devient l'un des grands magasins parisiens de la mode.

Editeur Verneau Charles, Paris 1890 Lithographie 139 x 95 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Editeur Charles Verneau, Paris 1890

Lithographie 139 x 95 cm Bibliothèque nationale de France, Paris.

Henri Viguier fut l'homme de toutes les grandes réalisations du magasin.
En 1924, l’enseigne change de nom et devient "Bazar de l’Hôtel de Ville".

Eugène  Ogé  1861-1936 France Bazar de l'Hôtel de  Ville 1899 Lithographie 137 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

Eugène Ogé   1861-1936     France

"Bazar de l'Hôtel de  Ville"    1899

Lithographie 137 x 100 cm Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 1931, le BHV devient une société anonyme. En 1954, un premier escalateur est inauguré. En 1960, Le BHV est introduit en bourse.

En 1966, le BHV, surélevé d'un étage, dispose de l’air conditionné.

Bazar de l'Hôtel de Ville  1890  Imprimerie Charles Verneau, Paris  Lithographie 120 x 80 cm Bibliothèque nationale de France, Paris..JPEG

"Bazar de l'Hôtel de Ville"    1890 

Imprimerie Charles Verneau, Paris 

Lithographie 120 x 80 cm   Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 1971, un parking, doté d’un accès direct au magasin, est ouvert au public.
En 1991, le groupe "Galeries Lafayette" se porte acquéreur du BHV.

Imprimerie Hermet rue de Rennes, Paris18.. Lithographie 94 x 131 cm  Bibliothèque nationale de France, Paris..jpg

Imprimerie Hermet, rue de Rennes, Paris

"Bazar de l'Hôtel de Ville"  18..?

Lithographie 94 x 131 cm     Bibliothèque nationale de France, Paris.

En 2013, Le Bazar de l'Hôtel de Ville, rénové, devient officiellement Le "BHV Marais", grand magasin généraliste propriété du groupe "Galeries Lafayette".

23/01/2017

Vann Nath 1946-2011

Vann Nath.jpgVann Nath, né en 1946 dans le village de Phum Sophy, province de Battambang, était un artiste peintre cambodgien.
Vann Nath grandit à Wat Sopee où il étudie dans la pagode. Sa famille étant très pauvre, dès l'âge de 14 ans, il travaille dans une usine où il perçoit un salaire dérisoire. Respectant la tradition cambodgienne, Vann Nath sert comme moine de 17 à 21 ans.
En 1965, il s'inscrit dans une école privée de peinture. Après deux ans d'études, il parvient à tirer profit de son travail de peintre.
En 1969, Vann Nath crée une petite entreprise et produit des affiches de cinéma et des portraits à l’effigie du roi Norodom Sihanouk.
En avril 1975, les Khmers rouges prennent le pouvoir au Cambodge.
Dans le cadre des réformes agraires du régime, l'artiste et sa famille sont brutalement déportés dans la commune rurale de Norea, près de Battambang, pour y travailler dans les rizières.
Le 29 décembre 1977, Vann Nath, accusé de violer le code moral instauré par l'Angkar*, est arrêté par les Khmers rouges.

Arrestation  Acrylique sur toile  Musée de Toul Sleng  (S-21), du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Arrestation

Acrylique sur toile 

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Emprisonné à Wat Kandal, temple bouddhiste utilisé comme centre de détention, Vann Nath est transféré le 7 janvier 1978 dans une prison de sécurité à Phnom Penh. Cette prison de sécurité, connue sous le nom de S-21 ou Tuol Sleng** par les Khmers rouges, était jusqu'au milieu des années 70 un lycée, qui, construit par les français vers 1950, était appelé Chao Ponhea Yat High School***.

Entrée au S-21  Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Entrée au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En août 1975, quatre mois après que les Khmers rouges aient gagné la guerre civile cambodgienne, le lycée fut transformé en prison. Les cinq bâtiments du complexe furent entourés de barbelés électrifiés et toutes les fenêtres furent munies de barreaux de fer. Les salles de classe furent transformées en de minuscules cellules carcérales et en chambres d'interrogatoire et de torture.

Photographie au S-21  Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Photographie des arrivants au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Prisonniers du S-21 attendant leur interrogatoire. Acrylique sur toile Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Prisonniers du S-21 attendant leur interrogatoire"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

De 1975 à 1979, environ 17 000 personnes, hommes, femmes et enfants, ont été emprisonnées, interrogées, torturées puis exécutées à Tuol Sleng et à Choeung Ek.

Interrogatoire au S-21 Acrylique sur toile Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Interrogatoire au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Situé à 17 km au sud-ouest de Phnom Penh, Choeung Ek était le lieu principal d'exécution et le charnier de la prison de Tuol Sleng. Choeung Ek, d'une superficie de deux hectares, était sous les ordres de Douch, directeur du centre S-21.

Exécution au camp de Choeung Ek Acrylique sur toile   Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Exécution au camp d'extermination de Choeung Ek"

Acrylique sur toile  

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Le sept janvier 1979, Phnom Penh fut libéré par l'armée vietnamienne. Tuol Sleng ne comptait que sept prisonniers survivants.
Vann Nath fut l'un d'entre eux.

Self portrait Acrylique sur toile   c.1980 Musée de Toul Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Self portrait"

Acrylique sur toile    c.1980 

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Il ne dut sa survie qu’à son talent de peintre. Douch****, l’impitoyable directeur de la prison de Tuol Sleng, l’épargna pour réaliser des portraits de Pol Pot*****.

Portrait de Pol Pot examiné par Douch..jpg

"Portrait de Pol Pot examiné par Douch"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

Dès sa libération, Vann Nath témoigne de l’univers carcéral dans une série de tableaux d’un réalisme brut. Ses toiles seront ensuite de plus en plus souvent exposées au Cambodge et en France, notamment à l’université de Paris VIII qui s’est mobilisée pour perpétuer cette mémoire de l’extrême.

Mère et son enfant lors du génocide c. 1980 Acrylique sur toile 78 x 53 cm Collection privée..jpg

"Mère et son enfant lors du génocide"     c.1980

Acrylique sur toile 78 x 53 cm      Collection privée.

Plusieurs mois après sa libération, Vann Nath fut, durant la décennie suivante, recruté par l'armée cambodgienne pour combattre les Khmers rouges le long de la frontière thaïlandaise.
En 1998, Vann Nath publie l'unique récit écrit par un survivant de la prison: "Dans l’enfer de Tuol Sleng". Ce livre, publié en anglais et en suédois en 1998, sera traduit en français en 2008.

Tortures au S-21 Acrylique sur toile Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Tortures au S-21"

Acrylique sur toile

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En 2001 et 2002, Vann Nath a travaillé intensivement avec le cinéaste cambodgien Rithy Panh lors de la réalisation d'un film documentaire intitulé "S-21: La machine de mort khmère rouge". Vann Nath, interviewé dans le film, y est confronté aux gardiens de l’époque de la prison de Tuol Sleng.

Vivre auprès des morts Acrylique sur toile   Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge..jpg

"Vivre auprès des morts"

Acrylique sur toile  

Musée de Tuol Sleng du génocide cambodgien, Phnom Penh, Cambodge.

En juin 2009, Vann Nath, quoique malade, témoigne au procès de Douch.

Fin janvier 2011, Vann Nath était à Paris pour la tenue du Forum des Images intitulé "Un état du monde et du cinéma". A cette occasion, il participa à plusieurs débats sur le génocide cambodgien******.

Le 24 mai 2011, l'université de Paris VIII conféra le titre de "docteur honoris causa" à Rithy Panh et à Vann Nath.
Vann Nath est décédé d'un arrêt cardiaque le 5 septembre 2011 dans une clinique de Phnom Penh. Il était âgé de 66 ans.
Artiste unique dans l'histoire du Cambodge, l'infatigable porte-parole des victimes des Khmers rouges laisse un témoignage inestimable de la douloureuse histoire de son pays entre 1975 et 1979.


* l'Angkar dit aussi Angkar padevat (Organisation révolutionnaire) était le nom utilisé par le parti communiste du Kampuchéa (PCK, Parti communiste du Cambodge).
** Ponhea Yat Chao fut le dernier roi de l'empire khmer et le premier roi du Cambodge. Il a régné de 1417/1421 à 1462/1467.
*** Tuol Sleng en khmer signifie "colline des arbres vénéneux" ou "colline empoisonnée". La sinistre prison de Tuol Sleng est devenue depuis janvier 1980 un musée du génocide khmer.
**** Douch ou Duch, de son vrai nom Kaing Guek Eav, fut, de 1975 à 1979 sous le régime des Khmers rouges, le directeur de la prison S-21 de Phnom Penh. En juillet 2007, Douch fut inculpé pour crimes contre l'humanité. En 2009, il a été condamné en appel à la détention à perpétuité par le tribunal parrainé par l'ONU.
***** Pol Pot, de son vrai nom Saloth Sâr (1925-1998), fut, à partir de 1975, le chef principal du régime communiste cambodgien appelé Kampuchéa démocratique. Pol Pot est décédé en 1998 à Anlong Veng, petite ville du nord du Cambodge près de la frontière thaïlandaise.
****** Les crimes perpétrés sous le régime des Khmers rouges sont souvent désignés sous le nom de génocide cambodgien mais la qualification de génocide n'est pas reconnue sur le plan international pour le Cambodge. Il n'existe pas de consensus sur le nombre total de victimes; toutefois, les 1,7 million de morts -soit 21% de la population cambodgienne de l'époque-, évalués par le programme d'étude sur le génocide cambodgien de l'Université Yale, semblent de nos jours le chiffre le plus crédible.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique